« C’est un cap… C’est une péninsule… » en vue pour Dee Caffari et Anna Corbella sur la troisième étape du Tour de l’Espagne à la Voile

Sixième des deux premières étapes du Vuelta a Espana a Vela, l’équipage de GAES Centros Auditivos a franchi la ligne de départ de la troisième étape de la course longue de 220 milles menant la flotte de Gijon à Sanxenxo en Galice à midi aujourd’hui. Dee Caffari revient la seconde étape du Tour afin de trouver les points à améliorer pour le reste de l’épreuve et raconte :

« Avec peu de profondeur en dehors du canal de Santander et un départ prévu à 15 heures au portant et avec la marée, nous avons quitté notre mouillage. Avec peu d’espace de manœuvre et huit 60 pieds Open IMOCA qui partaient en même temps, les skippers se sont tous accordés à ne pas sortir les spinnakers…

« Alors que nous nous apprêtions à hisser la grand-voile, j’ai entendu un bruit qui devient un peu trop familier… déjà entendu lors du convoyage… une goupille cassée. Nous nous sommes retrouvés à dériver vers la plage avec une grand-voile à trois ris coincée dans la bastaque. J’ai viré de bord pour rester dans le canal et nous sommes partis au portant sur le courant de la marée. Nous avons choisi une option prudente avec notre génois alors que  le reste de la flotte partait sous gennaker. GAES Centros Auditivos a rapidement pris de la vitesse sous un ris, solent et ballast. Nous avons vite rattrapé notre retard et rejoint W Hotels et Estrella Damm. Après avoir vu Safran et Movistar virer et devant laisser la priorité à Movistar, nous nous sommes un peu précipités et avons également viré. Ce n’était pas une bonne stratégie pour nous et nous avons aussi commis une erreur en matossant sur le pont. La barre s’est retrouvée coincée et nous avons fait un virement imprévu. Il nous a fallu un peu de temps pour reprendre la route et nous avons sans doute perdu environ 4 milles.

« Après ça, il a fallu travailler dur pour regagner le temps perdu et rependre notre bataille de virements avec Estrella Damm jusqu’à Gijon, malheureusement, encore à leur avantage… »

En se projettant sur la troisième étape, Dee explique : « Cette course va avoir des conditions climatiques très différentes des deux précédentes et notre objectif est d’être plus rapide pour jouer avec la tête de la flotte. »

Sa complice Anna Corbella ajoute : « Cette étape devrait être plus agréable parce que nous allons naviguer au portant et ça ira plus vite. Nous passerons également le Cap Finistère ce qui va créer des changements dans les conditions rencontrées. »