1er juin 2010, La Maddalena. Le mistral s’est calmé et les régates ont repris.

Avec eux, c’est sûr, pas d’ennui ! Après avoir mené toute la course, les Français d’ALEPH ont perdu leur premier match d’une seule seconde face à Mascalzone Latino. A bord du bateau italien, Thierry Fouchier parle d’ « une régate très, très serrée du début à la fin. Ils n’ont rien lâché et nous non plus. Sur le dernier portant, nous arrivons à les masquer et à leur faire rater leurs deux derniers empannages. Ca nous permet de revenir devant et de les passer de trois mètres sur la ligne d’arrivée. Belle régate au contact ! »

Aujourd’hui trimmer pour Mascalzone, Fouchier a navigué avec ALEPH à Auckland. Qu’est-ce qui a fait la différence aujourd’hui ? « Nous avons mieux manœuvré et mieux utilisé le bateau qu’eux. Nous ne nous sommes pas quittés de la régate. C’était le premier qui craquait qui passait derrière, et ils ont craqué en premier. »

Puis, contre Luna Rossa, c’est un mauvais affalage de spi qui enlève à ALEPH toute chance de victoire. « C’est typiquement dû au stress et au manque d’entraînement, et ça nous a couté cher. » Déçu, le tacticien Fred Guilmin reste positif et tire un premier bilan de cette journée. « Ca nous donne envie de nous entraîner pour la suite ! L’équipage sort de quatre jours ‘off’ à cause des conditions météo et du programme. Notre team est neuf et digérer tout ce que nous avons appris jusqu’ici prend du temps. »

Après six courses disputées aujourd’hui dans 15 à 20 nœuds de vent, c’est Artemis qui mène de six points, talonné par Emirates Team New Zealand et Synergy, cinq points chacun. Seules huit équipes se qualifieront pour les quarts de finale. ALEPH et BMW Oracle sont respectivement dixième et neuvième du classement provisoire. Il ne reste que cinq matchs avant la fin du Round Robin et les choses s’annoncent mal pour les Français et les Américains.

A la barre de BMW Oracle, James Spithill a remporté deux courses aujourd’hui contre Mascalzone et Azzurra. Trop tard : le récent vainqueur de l’America’s Cup reste à l’avant-dernière place. Les Américains n’ont plus de course prévue dans le Round Robin et sont donc, en théorie, éliminés.

Pour suivre la course, rendez-vous sur le site de l’épreuve, www.louisvuittontrophy.com. Une couverture en ligne et en direct du Louis Vuitton Trophy y est disponible. Le site officiel (en français, anglais, italien et russe) offre de nombreuses informations sur les équipages ainsi qu’une rubrique « Magazine », des documents audio, vidéo et des photographies.

Classement provisoire
 =1.  Artemis, 6-2, 6 points
  =2.  Emirates Team New Zealand, 5-3, 5 points
  =2.  Synergy Russian Sailing Team, 5-4, 5 points
  =4.  Mascalzone Latino Audi Team, 5-2, 4 points *
  =4.  All4One, 4-3, 4 points
  =4.  Azzurra, 4-5, 4 points
  =4.  TEAMORIGIN, 4-3, 4 points
    8.  Luna Rossa, 3-6, 3 points
    9.  BMW Oracle Racing Team, 3-6, 3 point
=10.  ALEPH Sailing Team, 2-6, -2 points *

  *  Pénalité déduite par le jury/Umpires

Flight 19, Match 2 : BMW Oracle bat Mascalzone Latino Audi, 00:26
14 nœuds de vent. James Spithill (BMW Oracle) pousse Mascalzone Latino sous le comité. Les rivaux s’encerclent et Gavin Brady est pénalisé deux fois ! BOR mène quasiment de deux longueurs sur la ligne. Dans son sillage, le bateau italien doit immédiatement exécuter sa première pénalité. Au moment de repartir, Mascalzone accuse 180 mètres de retard. Les Italiens finissent 26 secondes derrière. Les Umpires minimisent les dégâts en supprimant leur pénalité restante.

Flight 20, Match 1 : Mascalzone Latino Audi bat ALEPH, 00:01
Bertrand Pacé prend un bon départ en partant à droite et en virant rapidement. ALEPH mène mais Gavin Brady reste proche, souvent à moins d’une longueur. C’est le dernier bord de portant qui est fatal aux Français : deux empannages ratés et Mascalzone Latino les dépose sur la ligne. 

Flight 13, Match 2 : Luna Rossa bat ALEPH, 01:45

Bertrand Pacé se bat pour la droite au départ, mais la ligne est favorable à la bouée et Luna Rossa prend la tête. Les choses se gâtent à la fin du premier bord de portant. Une fois la porte sous le vent passée, l’équipage d’ALEPH n’arrive pas à hisser le génois et à affaler le spi. Le bateau français continue un moment avant de repartir au près. Loin devant, Ed Baird s’échappe vers la victoire.

Flight 13, Match 2 : BMW Oracle Racing bat Azzurra, 00:15
Le vent monte – 20 nœuds. Francesco Bruni (Azzurra) laisse ce match s’échapper dès le départ. Alors que James Spithill part à la bouée, Bruni part lentement vers le comité et accuse déjà 114 mètres de retard sur la ligne, très favorable à gauche. Un temps précieux que les Italiens ne récupéreront pas.

Flight 19, Match 1 : Azzurra bat TEAMORIGIN, 01:03  
Le Britannique Ben Ainslie part à la bouée, 18 mètres devant. Francesco Bruni le talonne. La côte est proche et Ainslie réclame de l’eau quand Bruni vire sur la lay-line bâbord. A partir de là, les Italiens creusent leur avance jusqu’à l’arrivée.

Flight 3, Match 2 : Artemis bat Emirates Team New Zealand, 00:18
Après un pré-départ animé, Terry Hutchinson (Artemis) revient sur la ligne et part sous le vent devant ETNZ. A la bouée au vent, le bateau suédois perd son tangon mais le récupère intact et reste en tête. Les Kiwis réclament à plusieurs reprises – en vain. Artemis gagne