2018 : à l’heure du bilan

Texte :

Avant de pointer l’étrave vers une nouvelle année, il est temps de regarder dans le rétroviseur. Quel regard porter sur 2018 et son florilège de manifestations, d’innovations et de résultats de haut niveau ? Embarquez sur notre rétrospective !

Haut volphoto-1

Sans forfanterie, aucune, les Suisses ont largement dominé la scène volante en 2018. Avec une saison entamée par la victoire surprise de Tilt à Riva lors du premier championnat du monde de GC32 et une conclusion par un nouveau titre d’Alinghi en Extreme Sailing Series, la réputation des Suisses volants n’est plus à faire. En voile olympique, l’année a été belle, même si la moisson aurait pu être meilleure. Au final, Maud Jayet (Laser Radial) et le duo Schneiter/Cujean (49er) ont qualifié la nation pour les JO. De bons espoirs subsistent en 2019 pour décrocher des tickets olympiques en RS:X, 470 (homme et femme), ainsi qu’en Finn. Et que dire de la fin d’année avec la très belle progression d’Alan Roura au sein de la classe Imoca qui se classe 7e de la Route du Rhum. Soulignons aussi la ténacité remarquable de Jacques Valente qui a essuyé les nombreuses dépressions sur son Class40 Vintage et est tout de même parvenu à aller au bout de son rêve en 30 jours.

Les rendez-vous incontournables

Photo-22018 était aussi une année ponctuée d’anniversaires et d’événements nautiques qui prennent toujours plus d’ampleur. Citons le Bol d’Or Mirabaud qui a fêté sa 80e édition en grande pompe, ou encore la classe Blu26 qui peut se féliciter de ses 10 ans d’existence et de la vigueur de son championnat en Suisse alémanique. La Swiss Sailing League peut également être fière de son bilan sportif. En trois petites années, elle a réussi l’exploit de fédérer les clubs à travers le pays. À la recherche de financements urgents, souhaitons à la SSL de surmonter cette tempête, car son action répond à de réels besoins. Pour clore le chapitre événementiel, mentionnons encore la Windweek à Brunnen et le Salon nautique du Léman qui continuent de drainer un vaste public vers la voile et les activités nautiques en général.

Les innovations de premier planphoto-3

L’année écoulée a été riche en termes d’innovations. Les Suisses savent encore et toujours se faire remarquer quand il s’agit de développer notre sport. Ainsi, la mise à l’eau du Monofoil Gonnet a fait grand bruit et le monocoque volant devrait battre quelques records de vitesse l’an prochain. Le petit Skeeta de Quant Boats a lui aussi pu démontrer son potentiel, tandis que le concept d’aile gonflable – IWS – d’Édouard Kessi a fait le tour du monde et pourrait bien influencer le futur de l’industrie nautique. Plus modeste, mais surtout plus compact, pratique et économique, notre Reverso by Skippers s’est offert un renouveau de sa gamme qui le rende plus désirable que jamais.

Toujours plus de Skippers

photo-4-1Enfin, en 2018, nos chers lecteurs ont été gratifiés d’une double ration de Skippers. Nous avons ainsi augmenté la pagination de nos numéros, créé un carnet spécial multicoque pour l’été et un portfolio pour l’hiver. Notre nouveau hors-série Skippers Travel qui a vu le jour au printemps a reçu des échos positifs. Sur le front numérique, une nouvelle formule de notre newsletter hebdomadaire est née grâce aux efforts de notre marketing manager Laurent Zulfi et nous avons d’ores et déjà lancé un chantier pour vous offrir un site tout neuf en 2019.

Avec tout cela, les membres de la rédaction de Skippers n’oublient pas d’unir leur voix et leurs pensées pour vous souhaiter de très belles fêtes de fin d’année, un millésime 2019 rempli de joie et de succès, et comme on dit dans le jargon :  » toujours un peu d’eau sous la quille ». Bon vent !