A l’approche des îles du Cap Vert

Troisième jour de mer dans ce Trophée Jules Verne et changement de décor au large de la Mauritanie pour Pascal Bidégorry et ses hommes. La fraicheur de l’accueil au large du Cap Finisterre est à présent bel et bien dans le sillage du Maxi Banque Populaire V qui entre dans le vif d’un sujet à présent dominé par des vents mollissant et un mercure en hausse du côté des températures. Avec plus de 280 milles d’avance sur le tableau de marche, le Maxi Trimaran poursuit sa belle entrée en jeu et maintient sa moyenne.

A un peu plus de 500 milles au large du continent africain et plus précisément de la Mauritanie, le Maxi Banque Populaire V continue de gagner du terrain sur le temps de référence du Trophée Jules Verne, le trimaran géant trace sa route dans la descente vers le premier point de passage intermédiaire, l’équateur. A bord, la température est montée d’un cran et les vestes de cirés ont déserté le pont, sous l’effet du thermomètre et d’une activité décrite ce midi par Pascal Bidégorry comme très studieuse : « Depuis ce matin nous constatons un gros changement de température. Cette nuit on était encore en ciré et ce matin il fait une de ces chaleurs… c’est de la folie ! On a pas mal bossé pour envoyer de la toile, changer de gennaker. On est entrain d’avancer le matériel dans le bateau pour recentrer les poids parce qu’on a en moyenne 15 nœuds de vent alors que toute la nuit on avait entre 22 et 24 nœuds. Mais c’était prévu, on descend vers le chaud, il y a un peu moins d’air. »

Prendre de l’élan pour l’équateur

La frontière symbolique entre hémisphère Nord et hémisphère Sud devrait être franchie au sixième jour de mer. Autre point critique à négocier, l’anticyclone de Sainte-Hélène devrait lui aussi jouer avec les nerfs de l’équipage tant le nombre de milles consacré à son contournement pourrait constituer un handicap plus ou moins prononcé. Une situation qui n’empêchait pas Pascal Bidégorry de faire preuve d’une bonne dose d’humour à l’occasion de la vacation vidéo hebdomadaire organisée en direct de la Fédération Française de Voile à Paris : « La mer est plate, c’est sympa. C’est plus que sympa et je trouve même qu’il en manque un peu ! L’équateur ? Il va falloir y aller avec de l’élan. On essaie d’ailleurs d’en prendre un maximum et de travailler dessus… »

Faire contre mauvaise fortune bon cœur, voilà donc bien la philosophie appliquée en ce moment à bord du Maxi Banque Populaire V. Particulièrement conscients du fait qu’à l’échelle d’un tour du monde, les écarts se font aussi vite qu’ils se creusent, les quatorze hommes du bord achèvent de prendre leurs marques dans un bonheur partagé d’être en mer et d’écrire enfin cette aventure attendue.

Record à battre

Pour devenir nouveau détenteur du record, le Maxi Banque Populaire V devra être de retour au plus tard le 11 mars 2011 à 19 heures 55 minutes 37 secondes (heure de Paris).

Temps de référence

Groupama 3 (Franck Cammas) : 48j 7h 44min 52s

Avance/Retard à 16h00

271 milles d’avance par rapport au temps de référence

Equipage du Maxi Banque Populaire V

Pascal Bidégorry : skipper, hors quart

Juan Vila : navigateur, hors quart

Quart n°1

Yvan Ravussin : Chef de quart, responsable vidéo et composite

Brian Thompson : barreur-régleur

Thierry Chabagny : barreur-régleur

Pierre-Yves Moreau : Numéro un, responsable accastillage et composite

Quart n°2

Fred Le Peutrec : Chef de quart

Emmanuel Le Borgne : barreur-régleur, responsable médical

Erwan Tabarly : barreur-régleur, responsable électronique

Ronan Lucas : Numéro un, responsable sécurité

Quart n°3

Jérémie Beyou : Chef de quart

Kevin Escoffier : barreur-régleur, responsable vidéo

Xavier Revil : barreur-régleur, responsable avitaillement à bord

Florent Chastel : Numéro un, responsable médical et gréement

Marcel van Triest : routeur à terre