Adrien Hardy remporte la 3ème étape

20 heures 8 minutes et 45 secondes Adrien Hardy a franchi en vainqueur la ligne d’arrivée à Kinsale (Irlande). Le skipper d’AGIR Recouvrement s’offre ainsi sa première victoire d’étape dans la plus dure des courses au large : la Solitaire du Figaro. Aux commandes de la flotte depuis mercredi matin 11h, le jeune nantais (26 ans) a démontré avec brio tout son talent et son sens marin. Adrien Hardy a bouclé les 349 miles entre Brest et Kinsale en 54 heures à la vitesse moyenne de 6,45 nœuds. Le podium est complété par Yann Eliès (Generali -Europ Assistance) et Jean-Pierre Nicol (Bernard Controls).

  

Imaginez-vous en tête d’une échappée du Tour de France après le passage d’un col avec à vos trousses Lance Armstrong, Alberto Contador ou Eddy Merckx : les mollets chauffent, le stress tout autant que le plaisir inondent votre cerveau. Imaginez-vous maintenant dans un bateau de course de 10 mètres en leader d’une flotte de 45 figaros avec dans votre sillage les meilleurs marins du moment – Armel Le Cléac’h, Nicolas Lunven, Yann Eliès, Gildas Morvan, Thomas Rouxel – et encore 7 à 8 heures de course : l’intensité et l’adrénaline est tout aussi forte qu’en cyclisme. C’est le scénario que vient de vivre Adrien Hardy lors des derniers 45 miles entre le phare du Fastnet et l’arrivée à Kinsale. Grâce à un mental d’acier et une intelligente trajectoire, le marin nantais a réussi à contenir les attaques des nombreux marins lancés à sa poursuite. Le skipper d’AGIR Recouvrement savoure : « Je suis extrêmement content, cette victoire je ne l’ai pas volée, j’ai été devant tout le temps. C’était une course complète, difficile, avec toutes les allures et une dimension technique dans les cailloux avec beaucoup de virements de bords. C’est une énorme satisfaction personnelle, mais aussi pour mon sponsor AGIR Recouvrement qui me fait confiance depuis trois ans. Je pense beaucoup à Tanguy Leglatin, mon entraineur sportif. Mais également à tous ceux qui croient en moi, c’est aussi leur victoire. » Tout sourire le jeune marin confie : « J’en rêvais, j’y pensais beaucoup, c’est un réel accomplissement… »

 Dès le départ de Brest, lundi à 14h, le skipper d’AGIR Recouvrement, en grande forme, était pointé en 3ème position. A la faveur d’un décalage au nord, Adrien Hardy s’est emparé de la tête de la flotte ce mercredi matin avant le passage du mythique phare du Fastnet. Quelques heures avant l’arrivée, le marin nantais expliquait : « J’ai bien savouré le passage en tête au Fastnet. J’ai soufflé un grand coup. Ca me donne plein d’énergie pour la suite et je vais m’appliquer pour finir devant. Il reste pas mal de jeu. C’est la première fois que je me retrouve comme ça. C’est super plaisant de naviguer devant, tout paraît plus facile, plus évident. Depuis le goulet de Brest, je suis toujours dans les 4 ou 5 premiers malgré toutes les bascules de vent. » Auteur d’une trajectoire intelligente le long des côtes irlandaises et concentré jusqu’à la ligne d’arrivée, le skipper d’AGIR Recouvrement maîtrisait les ténors de la classe Figaro, en particulier Armel Le Cléac’h (Brit Air), leader au général et vainqueur des deux premières étapes de cette 41ème édition de la Solitaire du Figaro.

 Avec volupté et gouaille, Adrien Hardy reprend le film de la course : « La partie dans les cailloux à la sortie de Brest était importante car lorsque l’on regarde le classement à la sortie du goulet c’est presque le même que celui d’arrivée à Kinsale. Au cours de ces deux jours de course, nous avons eu toutes les allures : du près au largue sous spi en passant par le reaching, c’était très complet. L’objectif de l’étape était de faire dans les 10, après je me suis dit que je pouvais viser le top 5, et ce matin je sentais bien les choses, j’ai attaqué et il n’y avait plus grand monde devant… J’ai ensuite réussi à contrôler mes adversaires. J’avais une bonne vitesse générale, cela rend à l’aise. Physiquement c’était vraiment dur parce qu’il y avait beaucoup de mer, c’était difficile de faire avancer le bateau. » Sur un nuage, le marin nantais espère briller sur la dernière étape entre Kinsale et Cherbourg (435 miles) afin de rentrer dans le top 10 du classement général, son objectif initial.