Amel 50 : là où on ne l’attendait pas

Texte :

Le nouveau Amel 50 aura de quoi surprendre les aficionados du chantier rochelais. En effet, voilà 20 ans qu’Amel n’avait plus produit de sloop… et en voici un !

AMEL50---EXTERIOR-RENDER-3Bien que le constat soit catégoriquement démenti par le chantier, naviguer en ketch peut paraître à certains un tantinet démodé et l’évolution des techniques embarquées, de la motorisation et des enrouleurs permet de concevoir des sloops plus grands et plus faciles à manoeuvrer que par le passé. Avec son 15 mètres mono-mât, Amel veut proposer un bateau qui réponde aux canons de design et de construction de la plaisance moderne. À voir les premiers visuels distillés par le chantier, le pari risque d’être réussi !

« Pourquoi un 50 pieds ? La genèse de ce projet est récente, explique Emmanuel Poujeade, directeur général du chantier. Nous avions exploré plusieurs pistes, dont celle de produire un bateau plus grand que notre 64 pieds. Mais nous avons pris le contre-pied de la course à la grandeur qui domine actuellement pour nous adresser à une nouvelle clientèle, tout en conservant nos fondamentaux : un bateau manoeuvrable sans équipage et fait pour la croisière hauturière ».

La carène de cette nouvelle unité prend le tournant de la performance et bouscule les habitudes du chantier. L’étrave droite et puissante donne plus de volume à l’avant, allonge la longueur de flottaison et porte clairement le sceau de la tendance actuelle dans la construction navale. Son bi-safran, une nouveauté chez Amel, permet évidemment à sa poupe large et aplatie de conserver une bonne manoeuvrabilité, alors que l’ajout d’une delphinière permet d’amurer un spi asymétrique et un code 0 et donc d’étoffer le jeu de voiles !

AMEL50-INTERIOR-RENDER_SALOEt malgré ce bon en avant inattendu, ce qui constitue le charme et l’esprit des unités Amel demeure. Un poste de barre placé dans un cockpit central profond coiffé d’un hard-top, un grand bain de soleil qui s’étend vers l’arrière, deux belles cabines pourvues d’un grand lit et une petite cabine avec des couchettes superposées pour les enfants. Malgré sa taille plus modeste, il reste lumineux, ouvert et agréable à vivre. Un vrai bateau de tour du monde en somme, comme le reste de la gamme. En revanche, il reste plus accessible, plus pratique et surtout… moins cher (à partir de 700 000 € HT) ! On attend avec impatience son lancement au salon nautique de Cannes en septembre. Visite 3D et premières images à découvrir sur amel.fr.