ArMen Race : Vers un Fastnet breton ?

 

Ça bouge en Atlantique ! Après Le Spi Ouest-France et le Tour de Belle Ile, la 1ère édition de l’ArMen Race débarque sur les côtes bretonnes et se jouera du 2 au 5 juin. A un mois de l’épreuve, plus de 70 bateaux ont déjà répondu présents pour cette course offshore multi catégories entre la Trinité sur Mer, Sein et l’Ile d’Yeu. 300 milles nautiques en équipage ouverts aux classes IRC, Multi 50, Figaro, M34, Class40, IMOCA et Ultimes. En parallèle, pour les amateurs de la régate au contact, l’Ascension en double se déroulera en baie de Quiberon. Une belle occasion de passer le week-end de l’Ascension à la Trinité sur Mer où la SNT, organisatrice de l’épreuve a fait preuve d’originalité pour assurer le spectacle à terre.

 

Quand on veut, on peut…

Ici une bonne idée ne reste pas longtemps une simple idée ! Avec 3 épreuves majeures en moins de deux mois, La Trinité sur Mer grâce à son savoir-faire et ses structures confirme son statut de capitale nautique. Preuve de la détermination de chacun, cette toute première édition de l’ArMen Race se fera avec une bonne dose d’énergie de la part de la Société Nautique de La Trinité sur Mer, convaincus de l’avenir prometteur de l’événement. « L’ArMen Race possède tous les ingrédients pour devenir une course de référence, elle comble résolument un manque sur nos côtes. Cette année, nous avons des moyens limités, concrètement, il nous manque environ 50 000 euros pour donner un nom à cette épreuve. J’ai confiance dans le fait qu’un partenaire se déclare au dernier moment, les concurrents sont au rendez-vous : déjà 70 à quelques semaines de l’épreuve, pour une première et avec quelques grandes figures de la voile, c’est très honorable ! » Explique Antoine Croyere, membre du comité directeur de La Société Nautique de La Trinité sur Mer.

Déjà 70 inscrits et des invités de prestige !

Il n’y a pas de doute, nos marins avaient envie de reprendre un peu le large après un hiver passé à naviguer en baie de Quiberon et entre trois bouées. Des plus petites aux plus grosses unités, en équipage ou en double, tous ont une bonne raison de venir jouer de tactiques et de techniques sur ce superbe parcours proposé par l’ArMen Race. Qualificative pour le Rolex Fastnet Race, intégrée au championnat Multi 50, la course fera aussi office d’entrainement pour les concurrents de la Transquadra (en double) et sera bien sûr l’occasion pour tous les passionnés de régate de se faire plaisir. On croisera sur les pontons du port morbihannais, Gitana 11 de Sébastien Josse, Akena Véranda d’Arnaud Boissières mais aussi cinq Multi 50 avec notamment Prince de Bretagne, Actual, Crêpes Wahou ! et Team FenêtréA Cardinal, mais aussi le multiple vainqueur du Tour de France à La Voile, Daniel Souben sur Courrier Dunkerque, sans oublier une quarantaine d’inscrits en IRC. Un décidemment bien beau programme !

Les bonnes idées pour suivre la course à terre

Week-end de l’Ascension oblige, on attend d’ores et déjà beaucoup de monde à La Trinité sur Mer et ses environs. La SNT a donc mis un point d’honneur à faire vivre la course à terre. Ainsi, l’émargement se fera au passage du môle des pêcheurs, tourmentin orange en place, les concurrents paraderont dans le port tout au long de la journée. Une façon pour les petits et les grands de découvrir une flotte éclectique.

A noter également que la ligne de départ sera mouillée à la sortie du chenal de La Trinité et offrira ainsi un beau spectacle sur le chemin côtier et à la Pointe de Saint-Philibert. Particularité de l’épreuve et encore une fois afin d’assurer plus de visibilité au public, les départs seront donnés par classe toutes les 15 minutes à partir de 14h15. Le petit train touristique fera d’ailleurs des navettes entre le port et la pointe de Saint-Philibert.

Malin toujours, le Trého, la bouée de chenal de la Trinité sur Mer sera marque de parcours. Après avoir viré la bouée occidentale de Sein au large du phare d’Ar Men et avant de repartir contourner l’Ile d’Yeu, l’ensemble de la flotte viendra saluer les Trinitains et les spectateurs au beau milieu de l’épreuve.