Au rendez-vous des alizés

A presque neuf jours de course, le décor a bel et bien changé sur la Transat Jacques Vabre 2009. La tempête de la semaine dernière n’est plus aujourd’hui qu’un souvenir qui glace encore le dos des concurrents quand il se réveille à eux, mais l’arrivée progressive des Alizés et des chaleurs enviables efface peu à peu le traumatisme. Côté course, les grandes inspirations stratégiques risquent d’être remisées dans les placards pour quelques jours, au moins jusqu’aux abords de l’arc Antillais. Pour les jours à venir, il semble difficile d’imaginer un coup d’état chez les Imoca et le trio de tête, toujours emmené par Safran, devrait maintenir sa suprématie. Même son de cloche du côté des Multi50, qui filent en ordre dispersé vers La Barbade, prochaine marque de parcours à respecter, derrière Crêpes Whaou !.

 

 

 

Changement d’ambiance sur la flotte de la neuvième Transat Jacques Vabre. En effet, si jusqu’à hier encore les marins avouaient toujours souffrir de l’humidité imprégnant vêtements et intérieurs, l’heure est désormais d’avantage à la glisse vers un confort qui, s’il reste relatif, n’en demeure pas moins très appréciable. Le poste de barre devient alors plus fréquenté et les nuits s’organisent à un rythme nouveau, laissant les fines lames s’adonner à l’art du pilotage tout en subtilité. Dans des vents plus favorables en direction et parfois instables en force, chacun cherche à gagner au plus vite vers les Antilles, la chaleur et un nouvel acte. Pour tous une quête unique, celle des Alizés ; comme pour honorer un rendez-vous fixé de longue date. S’il leur a fallu s’adapter à une situation peu conforme à celle décrite dans les manuels de météo, aucun de ces dévoreurs de milles n’entend se voir privé de ces plaisirs d’hiver pour marins Bretons…  Les réjouissances s’annoncent donc et vont surtout permettre de jouer la vitesse, mettant de côté pour un temps les grandes manœuvres stratégiques. Derrière, une fois passés du côté de ces îles aux noms évocateurs, l’expérience des uns et des autres fera son office. Mais la flotte n’en n’est pas encore là et en l’état actuel des choses, la bagarre continue pour l’accession au rang de leader chez les Imoca. Depuis plusieurs jours, les lauriers reviennent à Marc Guillemot et Charles Caudrelier Bénac qui ont toutefois vu Kito de Pavant et François Gabart faire un retour en fanfare dans leur sillage. Ces deux monocoques constituent avec Mike Golding et Javier Sanso, le trio de tête du moment. Notons cependant que l’équipage britannico-espagnol s’est vu légèrement décrocher ces dernières heures, faisant tourner la lutte à un duel franco-français pour ne pas dire plus !

 

En Multi50, Franck-Yves Escoffier et Erwan Le Roux poursuivent leur cavalcade solitaire et impériale.  Difficile aujourd’hui d’imaginer un autre épilogue que celui de leur couronnement au Costa Rica, laissant les duos Victorien Erussard – Loic Fecquet et Lalou Roucayrol – Amaiur Alfaro se battre pour la deuxième et la troisième place. Mais en course au large comme dans la vie, les accidents de parcours ne sont pas à exclure et la rencontre de Crêpes Whaou ! avec un ponton en pleine mer hier, n’a pas dû manquer de leur rappeler cette dure réalité.

  

Ils ont dit…

  

Michel Desjoyeaux – Foncia – 4ème au classement de 5h

 

« Ca va chaudement car chaque manœuvre est une bonne suée. Nous ne sommes pas mécontents du classement de ce matin, ça a bien marché cette nuit. Là on vient de changer un peu de route et de voile.

Le vent reste très variable, c’est difficile de trouver les bons réglages et les bons caps. On a 15/20 nœuds, donc ça  a un peu molli. Ca glissait mieux hier.

Mais quand je vois les vitesses de tout le monde, je me dis que ça doit se calmer un peu partout sur la flotte. Ca va être moins rapide à partir de maintenant mais ce sera aussi moins mouillé. On va commencer à entrer dans l’alizé et à s’éloigner de l’anticyclone. On devrait avoir un vent qui va rester autour de 15/20 nœuds quasiment jusqu’aux Antilles. On ne remettra le spi qu’à l’approche des Antilles. Les camarades de devant sont vraiment loin maintenant, donc on ne s’en occupe plus trop. Avant qu’ils empannent on pouvait encore y croire, mais maintenant que nous sommes sur la même trajectoire et qu’on a la même philosophie ça va être difficile. On s’occupe plutôt de ceux qui sont autour de nous. Cette nuit on a tout fait pour se rapprocher de la trajectoire de Veolia Environnement, ce qui nous permet aussi de contrôler les 3 derrière nous, c’est-à-dire, Aviva, W Hotels et Akena Vérandas.

Jérémie va bien. Là il doit dormir comme un bébé car il s’est fait 3 heures de spi cette nuit avec quelques grains et il s’y est collé de mains de maître donc il a droit à un repos bien mérité maintenant ! »

 

Erwan Leroux – Crêpes Whaou ! – 1er au classement Multi50 de 5h

 

« Je suis entrain de me faire un café et de manger et je ne vais pas tarder à sortir dehors. Actuellement on est au portant dans l’alizé et nous avons empanné vers la Barbade hier soir. On a un ris dans la grand voile et le gennaker et on avance entre 18 et 20 nœuds. La mer est plutôt belle et il y a moins de secousses, on arrive à mieux vivre. C’est notre première nuit en petite tenue et en ciré. Il fait chaud et l’eau est chaude aussi. C’est les alizés quoi ! Mais il faut quand même être vigilent car on a quand même du vent qui monte un peu de temps en temps et qui refuse. Ce qui nous attend maintenant c’est un long bord pour descendre sur La Barbade. Ca va durer au moins 2 jours et demi.

Notre but maintenant c’est d’essayer d’atteindre le 20° nord le plus vite possible notamment pour les alizés. Pour le moment c’est notre seul objectif. Sinon on barre beaucoup, du coup on ne se voit plus trop en fait parce qu’on fait des relais à la barre. »

 

Arnaud Boissières – Akena Vérandas – 9ème au classement de 5h

 

« Ca va nickel ! On est dans les alizés, on se fait des petits relais réguliers à la barre. Là je viens juste de rentrer. On navigue vers l’arc Antillais. La bonne nouvelle c’est que depuis hier on peu enfin sécher. Ca change la vie, c’est une autre manière de naviguer.

Tout à l’heure on a quand même pris un gros grain, ça nous a fait bizarre.

Aujourd’hui pour commencer j’espère qu’il va faire beau. Sinon le vent devrait légèrement mollir et va faire de l’est, a priori toute la journée. On a 15/20 nœuds, parfois un peu plus. On a un long bord qui nous attend maintenant ».