fbpx

Quand le Bol d’Or Mirabaud fait rêver la planète voile

Texte :

Elle était attendue, toute la semaine durant, puis elle est venue. La bise s’est fait désirer, elle s’est fait attendre, mais elle s’est bien levée ! Les conditions musclées de ce 79e Bol d’Or Mirabaud ont fait honneur au Léman : du soleil, du vent établi, 561 bateaux sur la ligne de départ, tous les ingrédients étaient réunis pour du grand spectacle et de l’adrénaline.

Archimédiens 1 – Foilers 0

Rien ne semble arrêter Alinghi et son barreur Arnaud Psarofaghis à qui tout réussit cette saison. Les hommes d’Ernesto privent Spindrift et Dona Bertarelli de remporter définitivement le Bol, un des objectifs prioritaires du D35 or et noir. En 3e position, le GC32 de Realteam n’a pas pu refaire son retard sur les deux premiers qui avaient fait le trou avant le passage de la barge du Bouveret.

Du côté de monocoques on a aussi assisté à un match époustouflant entre le Psaros 40 SYZ&Co de Jean Psarofaghis et le Liberia hongrois Implancentre Raffica détenteur du Bol de Vermeil. Dans des conditions pareilles, la victoire se joue aussi à qui fera le moins d’erreurs, et Raffica est parti à la faute en dernier en perdant deux de ses hommes par-dessus bord. À souligner aussi, la superbe flotte de 135 Surprise au départ, bien plus rapides qu’à l’accoutumée, les premiers ont pu rallier Genève avant la nuit, Nicolas Anklin associé à Nelson Mettraux et Nicolas Mirabaud sur Mirabaud 1, sont arrivés les premiers en 11 h 05 minutes seulement !

Régate d’anthologie

Des airs des 15 à 30 nœuds sont forcément éprouvants pour les équipages et le matériel. Cette édition a connu son lot de mésaventures, de blessures, de démâtages et même un naufrage. Des victoires aux déboires, c’est tout ce qui fait la beauté de cette grande classique qui s’est montrée sous son meilleur jour devant les centaines d’équipiers et skippers étrangers ayant fait le déplacement. Que l’on ne nous dise plus qu’il n’y a pas d’air sur notre lac !

Et enfin, le Bol doit aussi son succès à la grande majorité des participants venus régater sans prétention, avec le sourire et l’envie de bien faire, mais aussi aux très nombreux bénévoles qui œuvrent dans l’ombre, parfois durant plusieurs semaines.

Pendant ce temps-là, aux Bermudes

Pour conclure ce billet hebdomadaire, n’oublions pas Team Tilt qui a engagé son assaut final pour s’emparer de la Youth America’s Cup. Cette journée sera décisive et Jean-Guy Python, notre journaliste sur place continue de vous en conter les exploits chaque jour sur notre site.

INSCRIVEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER HEBDOMADAIRE.