Bon départ !

18.10.09

Les premiers jours de course s’annoncent déjà techniques et parfois assez musclés, deux dépressions sont prévues rapidement et des vents forts sont attendus dès la deuxième nuit. Il y aura des choix à faire et des occasions à ne pas manquer.

Ces deux derniers jours, Bruno Jourdren et Bernard Stamm ont passé de longs moments à étudier la météo, et savent à quoi s’en tenir pour les prochains jours. Une vision plutôt claire et commune pour les deux compères, mais qui ne s’exprime pas vraiment de la même façon.

Bruno, la synthèse

« Ca part au portant plutôt bâbord. Puis ça refuse et ça part au près. Derrière ça, un coup de vent au passage de front, beaucoup de mer et puis ça glisse, ou pas, jusqu’au Cap Finisterre. »

Bernard, la technique

« Nous allons avoir un départ au portant avec un vent d’est qui va tourner au fur et à mesure jusqu’à des allures de près. Il faudra donc bien profiter des premières 24 heures pour faire de la vitesse. Ensuite le schéma habituel de la descente du Golfe de Gascogne en route directe vers les alizés, sera peut-être compromis. Le front prévu prend de la place et l’anticyclone est positionné plus bas. Si on ne peut pas descendre derrière la première dépression, ça pourrait en quelque sorte relancer les dés, comme si on prenait un nouveau départ ».

À bord de Cheminées Poujoulat, Bernard et Bruno attendent désormais le départ. C’est l’occasion de vérifier que tout fonctionne à bord et d’étudier la zone de départ. Bruno qui fait confiance à Bernard pour la navigation au large, apporte ici son regard éclairé de fin régatier pour tenter de prendre le meilleur départ qui sera donné à 17 heures 30.

Fanny Evenat (RIVACOM)

Conditions idéales pour le coup de canon du départ de la première édition de la Solidaire du Chocolat : petite brise portante, mer belle, grand soleil, public nombreux sur les quais de Saint-Nazaire… Mais pour les vingt-quatre tandems qui se sont élancés pour 5 000 milles vers le Mexique à 17h50, les conditions météorologiques vont radicalement changer dès lundi soir…

À 17h50, le coup de canon libérateur résonnait devant la jetée Est du port de Saint-Nazaire avec une foule compacte le long des quais pour saluer les vingt-quatre duos en route vers le Yucatan. Début de marée descendante et vent de secteur Est de cinq à huit noeuds plantaient un décor idéal pour embouquer le chenal de la Loire et glisser rapidement vers l’eau libre. Le tandem Tanguy de Lamotte-Adrien Hardy (Initiatives-Novedia) était le plus prompt sur la ligne suivi de près par le duo Bruno Jourdren-Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) : les deux équipages choisissaient de partir sous spinnaker tribord amure le long de la plage tandis que le gros de la flotte optait pour le spinnaker bâbord amure pour aller au milieu du chenal, peloton emmené par Damien Seguin et Armel Tripon (Cargill-MTTM) alors que les Chiliens Felipe Cubillos et Daniel Bravo Silva (Desafio Cabo de Hornos) étaient aussi dans le groupe de tête… Et dès ce dimanche soir, le rythme devrait s’accélérer avec le renforcement du vent par le Sud.