Cent vingt voiles pour un champion

«C’est super! C’est à la fois un plaisir et un sentiment bizarre de se dire que l’on est le meilleur suisse…». Trempé, après le bain forcé de la victoire, Fabrice Rigot, 13 ans et demi, a encore de la peine à réaliser qu’il est désormais le champion suisse d’Optimist 2008. Du 21 au 24 août dernier, 121 enfants de 9 à 15 ans se sont donné rendez-vous en rade de Genève, pour le championnat suisse d’Optimist organisé par le Yachting Léger de la Société Nautique de Genève (YLSNG). Des marins allemands, belges et britanniques étaient également de la partie.
Manifestation d’envergure, la série des Optimist est la plus grande flotte du pays à se chercher un champion chaque année. Claudio Reynaud, le délégué Swiss Sailing, a regretté comme tout le monde «les caprices du vent» qui n’ont laissé que cinq manches se courir. Deux d’entre elles
furent disputées dans des vents faibles, tandis que les deux régates du vendredi furent courues dans des vents forts, avec des rafales allant parfois jusqu’à 20 nœuds. Cette diversité deconditions donne finalement de la valeur au titre. Et Claudio Reynaud de reconnaître volontiers que les jeunes marins suisses 2008 sont «une bonne cuvée». Même la trentaine d’étrangers présents à ce championnat open a laissé les trois marches du podium auxconcurrents suisses.
Derrière Fabrice Rigot (SNG), Sébastien Schneiter (SNG) et Jocelyn Keller (CNL) ont été les meilleurs skippers. Malgré une pénalité dans la première manche, Fabrice a su remonter au classement en gagnant deux des quatre manches restantes. A égalité de points avec son copain, Sébastien aurait bien aimé courir une dernière manche, dimanche, afin de «pouvoir se départager clairement». Mais une cruelle absence de vent, dimanche l’a finalement laissé à la deuxième place. Heureusement, le premier est un compagnon d’équipe: «Je suis content que les deux Opti de la SNG soient aux premières places». Jonathan Jenny, le président de la section du Yachting Léger, voit ici «les fruits d’une politique de formation intensive entamée il y a trois ans». Une autre personne fut comblée à plusieurs titres. Alexandre Schneiter, le président du comité d’organisation, a vu sa manifestation réussie, son club l’emporter et son fils grimper sur le podium: «Ce fut ma première présidence à la tête d’une régate d’Optimist. C’est un travail énorme, pour lequel nous avons mis en place une équipe de 40 bénévoles. J’ai aujourd’hui beaucoup d’estime pour les gens qui organisent ce genre d’événements».
Si les enfants sont nombreux sur le plan d’eau, il en va de même pour les entraîneurs et les parents. Les organisateurs comptent un nombre égal d’adultes que d’enfants. C’est donc 300 personnes qui ont cohabité pendant les quatre jours du championnat, éparpillées dans les campings alentours. En quelques heures, tous les Opti ont été chargés sur les remorques et la joyeuse bande s’est volatilisée comme elle était arrivée. Pour les Rigot, une deuxième joie a suivi la première. D’un coup de fil, Guillaume, l’aîné, annonçait à sa mère sa victoire au championnat suisse de Laser par points. Des week-ends comme ça, la famille en revivrait bien chaque semaine.