C’est l’été à La Trinité !

Le Spi Ouest France-Intermarché se court toujours pendant le week-end de Pâques, parfois en mars, parfois en avril, selon le calendrier. Il y a déjà eu de la neige pendant le Spi et de la grêle aussi quand les quais de La Trinité subissaient les giboulées de saison. Cette année, c’est tout simplement l’été et sur l’eau, casquettes, lunettes et crème solaire sont de sortie, à fortiori quand, comme aujourd’hui, il a fallu quelquefois attendre, en plein cagnard, que le vent vienne rafraîchir, quelque peu, la baie de Quiberon.

 

Les caprices du vent

Les IRC 1 ont été les premiers à courir ce matin, suivis de près par les IRC 2. A 11 heures 30, sur le rond C toutes les séries régataient, tandis que sur le rond B, les M34 et les IRC 5 avaient également pris un bon départ. C’est sur le rond A, au plus près de la côte que les choses semblaient moins évidentes pour le comité de course, contraint de revoir ses plans et ses parcours à cause d’un vent capricieux et faible. Des comités de course qui font d’ailleurs l’unanimité auprès des concurrents du Spi pour leur rigueur et leur efficacité, très fortement sollicitées aujourd’hui à cause de l’instabilité de l’air. Pour preuve, la première course de la matinée des IRC 2 s’est tout simplement arrêtée à 100 mètres de la ligne d’arrivée, faute de vent… Et il a fallu attendre le milieu d’après-midi pour pouvoir relâcher la meute.

Des Malouins en embuscade

Quand il n’est pas sur son Multi50 Crêpes Whaou !, Franck-Yves Escoffier gère son armement à la pêche de St Malo et la commercialisation de ses 450 tonnes de bulots pêchés chaque année, ou alors, il s’entraîne avec une poignée de copains malouins sur Ame-Hasle, un monocoque A35 de chez Archambault. Le Spi Ouest France-Intermarché fait naturellement partie du planning de l’équipage. Ils sont 33 concurrents dans cette série et, même si Franck-Yves est un client très sérieux, il n’est pas le seul à pouvoir prétendre au titre. «En fait, en équipage les skippers ont moins de notoriété que les solitaires, mais, il y a des supers bons sur le plan d’eau même s’ils ne sont pas connus par le grand public ». D’ailleurs, Franck-Yves avait pour objectif de faire le podium, mais ne se considérait pas comme favori. «On est surtout là pour le plaisir et ce qui nous réunit c’est avant tout la rigolade, c’est un bateau très joyeux, alors, évidemment s’il y a une victoire à la clef, on sera plus que joyeux, carrément heureux ». L’affaire semblait bien engagée sur le chemin du bonheur, puisque le A35 malouin avait gagné trois courses après deux jours de régates et qu’il était en tête au général en quittant les pontons ce matin. Et cette échappée belle continuait gentiment aujourd’hui avec toujours une joyeuse domination de Ame-Hasle.