Check-up complet

Après une saison 2010 chargée en navigations, l’heure est à l’hivernage pour la flotte des Pen Duick. Au cœur de toutes les attentions cet hiver, Pen Duick et Pen Duick III vont chacun faire l’objet d’un chantier bien particulier destiné avant tout à rendre à ces bateaux de légende toute leur superbe. Partenaire de l’Association Eric Tabarly depuis 2003, Banque Populaire est aujourd’hui un acteur essentiel du maintien de cette flotte historique en état de naviguer, donnant à l’équipe en charge de l’entretien les moyens de perpétuer la tradition.

Ce sont deux hôtes de marque que le hangar de la cité de la voile Eric Tabarly accueille depuis quelques jours sur les quais de Keroman à Lorient. Protégés des éléments et des regards, deux des bateaux mythiques – Pen Duick et Pen Duick III – y sont en effet en chantier pour un « rafraîchissement » saisonnier ou une liste de travaux plus conséquente. Orfèvre en matière de réparation et d’entretien des bateaux en général et de l’héritage d’Eric Tabarly en particulier, Arnaud Pennarun est en charge de la gestion technique de l’ensemble de la flotte des Pen Duick. Il détaille avec passion les travaux qui vont rythmer son quotidien pour les semaines et les mois à a venir : « La laque de Pen Duick (partie noire et blanche) a été refaite il y a peu par nos soins. Il faut savoir que nous passons neuf couches de verni tous les ans. Pen Duick III subit quant à lui de gros travaux cette année. Depuis le 17 novembre, nous nous attelons à vérifier entièrement la structure de coque. Nous avons démonté tout l’accastillage de pont et tous les hublots. Nous nous préparons maintenant à sabler le pont et à ressuer (procédé qui permet de révéler d’éventuelles fissures) les soudures, notamment pour ce qui est des cadènes car suite au changement de gréement opéré l’année dernière, elles vont être soumises à de nouvelles forces. Ensuite, nous allons sabler l’ensemble des œuvres mortes et des œuvres vives et faire une radiographie de la coque, puis une refonte de l’ensemble du circuit électrique à l’intérieur du bateau. Après cinq mois de chantier et une fois la coque repeinte, Pen Duick III retrouvera son élément ».

Gérard Petipas, Vice-président de l’Association Eric Tabarly revient lui aussi sur les travaux entrepris à bord de deux des Pen Duick et surtout sur la chance de pouvoir, tous les ans, lancer un chantier destiné à maintenir ces monuments à flot : « Ces travaux relèvent de l’entretien normal de bateaux qui ont un certain âge. Mais nous ne pouvons les faire que parce que nous avons le soutien fidèle de Banque Populaire. Sans ce partenariat, nous n’aurions pas la possibilité de les entretenir et ces bateaux ne navigueraient plus ».