Chère Solitaire du Figaro

Bernard Stamm participe à sa première course du Figaro. Bizuth, il a donc des choses à dire à cette vieille dame qu’est la Solitaire. Sur ce premier sprint, Stamm a réalisé un score très honorable à la barre de Cheminées Poujoulat en franchissant la ligne d’arrivée à Gijon en 16ème position ce matin, à 2 heures, 40 minutes et 38 secondes.

 

 

Vous êtes incroyable !
‘Azimuté’, c’est lui-même qui le dit en mettant pieds à terre. Bernard Stamm n’est pourtant pas un perdreau de l’année, mais cette Solitaire du Figaro lui fait l’effet d’un baptême. «Elle est incroyable cette course, tu vois la quasi-totalité de la flotte tout le temps. Tu passes ton temps à essayer de gagner trois mètres sur ton voisin, qui lui-même fait la même chose avec un autre concurrent, qui en fait autant de l’autre côté. Au final, on arrive presque tous en même temps. Tout ça pour ça. Autant prendre l’avion, non ?». En réalité, Bernard a trouvé sur cette étape ce qu’il était venu chercher : de la régate au contact. «Je suis très content de cette première expérience en monotypie, elle va me servir. C’est un exercice très spécial et terriblement intense ; Le principe est top, je le savais, mais là, je l’ai vécu».  La vieille dame a manifestement conservé tout son pouvoir de séduction.

C’est jamais perdu, jamais gagné
«Sur cette course, ça peut basculer à n’importe quel moment. Jusqu’au bout, tu peux te planter. Je trouvais bien les manettes, mais pas tout le temps. En Manche, par exemple, je n’ai pas forcément tiré les bons bords, je ne faisais pas de cap, c’est énervant. Heureusement, j’ai réussi à rester au contact et c’est plutôt pas mal. Après, le passage de la pointe de Bretagne par la chaussée de Sein a bien payé. C’est curieux cette série, par moment, tu réussis à déposer des concurrents et d’autres fois, non. Mais ça vient petit à petit. Dans le Golfe on est allé chercher la bascule au bon endroit, un peu risqué parce qu’on a frôlé la zone de molle, mais ça nous a permis de bien revenir et je ne suis pas mécontent de cette option, parce que je ne recevais pas les cartes, j’ai fait tout ça à l’aveugle».

Aucun répit
Epuisante et exigeante Solitaire qui réclame de chacun un engagement total. «Ce n’est pas compliqué, le répit tu le trouves quand tu amarres ton bateau. C’est la monotypie qui veut ça. C’est au taquet tout le temps. J’ai dû réussir à dormir quatre fois 10 minutes par jour, mais j’ai pris soin de moi et je me suis bien alimenté. Le pilote m’a un peu servi, surtout dans les moments où la fatigue venant, il barrait mieux que moi. »

Retour aux sources
Désormais, place au repos sur la côte des Asturies. A Gijon, où Bernard est déjà venu, en course mais en Mini. C’était sa première compétition « un retour aux sources » en quelque sorte. «Le bateau est niquel, c’est des diesels ces machins-là. Il n’y a que les bonhommes et les voiles qui souffrent en fait».  

Classement des 20 premiers à l’issue de la première étape et avant jury
1 LE CLEAC’H Armel BRIT AIR Arrivé le 31/07/2010 à 01:14:32 en 83h14’32 »
2 ELIES Yann GENERALI-EUROP ASSISTANCE + 14’32 »
3 PERON Eric SKIPPER MACIF 2009 + 22’50 »
4 GABART François SKIPPER MACIF 2010 + 47’51 »
5 ROUXEL Thomas Crédit Mutuel de Bretagne + 49’40 »
6 MORVAN Gildas CERCLE VERT + 58’58 »
7 * RICHOMME Yoann DLBC + 01h11’28 »
8 DOUGUET Corentin E.LECLERC MOBILE + 01h11’51 »
9 TABARLY Erwan NACARAT + 01h13’31 »
10 LOISON Alexis ALLMER INEO-GDF-SUEZ + 01h13’51 »
11 GREGOIRE Jeanne BANQUE POPULAIRE + 01h14’50 »
12 DELAHAYE Fabien PORT DE CAEN OUISTREHAM + 01h15’22 »
13 TREUSSART Ronan LUFTHANSA + 01h16’03 »
14 BEYOU Jérémie BPI + 01h20’36 »
15 HARDY Adrien AGIR Recouvrement + 01h25’38 »
16 * STAMM Bernard CHEMINEES POUJOULAT + 01h26’06 »
17 DUTHIL Frederic BBOX BOUYGUES TELECOM + 01h27’35 »
18 * MARCHAND Anthony ESPOIR REGION BRETAGNE + 01h28’28 »
19 PELLECUER Laurent Arnolfini.fr + 01h28’32 »
20 MOUREN Jean-Paul M@RSEILLENTREPRISES + 01h29’02 »