Comment choisir son salon nautique ?

Tous proposent des bateaux à moteur ou à voiles, mais pas dans les mêmes proportions, ni forcément dans la même gamme de prix. Chaque année la question du choix se pose aux visiteurs comme aux exposants. Par exemple, au sein d’un même groupe tel qu’Alliaura Marine, un stand est retenu au Monaco Yacht Show (dans le pavillon Super Yacht France) pour présenter le Privilège 1000 qui sortira en 2011 et dont le prix devrait se situer en-dessous de ¤10 millions. Le Privilège 745 (¤3,5M) se trouve quant à lui à Cannes, avec le 515, tandis que la nouvelle version du 615 (¤1,5M) se dévoile à La Rochelle, aux côtés du tout nouveau Feeling 48.

A Paris, seul le Feeling 48 sera exposé. Pour le visiteur, une sélection peut s’établir sur une base géographique, ou chronologique, permettant de procéder par élimination.
Ainsi, la 33e édition du Festival international de la plaisance de Cannes a déjà ouvert le bal de la rentrée nautique, du 8 au 13 septembre, avec notamment 534 bateaux neufs exposés à flot. Pour la première fois, un espace tender était proposé aux visiteurs à l’entrée du salon, ainsi qu’une zone baptisée Performance sur laquelle des bateaux à moteur de style cigarette s’offraient au regard des curieux avides de bruyantes accélérations.

Toujours en France, mais cette fois sur la côte atlantique, le Grand Pavois de La Rochelle accueille pour sa 38e édition, du 15 au 20 septembre, environ 100 000 visiteurs sur 100 000 m2 d’exposition, revendiquant dès lors le statut de « salon le plus représentatif de la filière nautique ». Sur les 700 bateaux présentés sur place, dont 80 nouveautés, 300 se visitent depuis les pontons. Essayer les bateaux en mer avant de les acheter, tel est le crédo rochellois. Autre particularité, l’Association Grand Pavois est régie par des professionnels au service des professionnels, parmi lesquels les petits chantiers peuvent encore faire entendre leur voix et faire connaître leurs créations, qu’il s’agisse de design trditionnel ou d’innovations technologiques. Du coup, ces 850 exposants proposent une grande variété de bateaux, notamment dans les catégories d’entrée de gamme. Côté plaisance, on peut notamment y découvrir le tout nouveau Lagoon 450 et, dans la même taille, mais sur une coque, l’Allures 45. Côté régate, la question se pose de savoir qui aura le plus de succès entre le M34 d’Archambault et son « ancêtre » au Tour de France, le First 30, revisité par le tandem Desjoyeaux-Kouyoumdjian ? Pratiquement en même temps, du 18 au 26 septembre, l’Interboot de Friedrichshafen rassemble traditionnellement pratiquement autant de monde (93 000 visiteurs en 2009), mais nettement moins de bateaux. La raison est simple : ce salon entend représenter l’ensemble des sports nautiques, accordant autant d’importance aux bateaux qu’aux autres activités telles que la plongée, la glisse ou les voyages. Proximité oblige, les Suisses s’avèrent bien représentés au salon du lac de Constanceavec notamment un quart des visiteurs, et un dixième des exposants (sur 512 l’an passé venus de 15 pays).

 

Dans la cour des grands
A la même période, du 22 au 25 septembre, mais dans une toute autre catégorie, le Monaco Yacht Show fête ses 20 ans et affirme son leadership mondial sur le créneau de la grande plaisance : 100 superyachts de 25 à 90 mètres de long s’apprêtent à passer sous les flashs de 27 000 visiteurs privés et professionnels. Impressionnant en temps normal par la richesse des unités sagement alignées aux pieds du célèbre rocher, le port Hercule porte encore mieux son nom pendant ces quatre jours de démesure : les deux tiers des yachts, à voiles et à moteur, dépassent les 40 mètres, un tiers a été livré en 2010 et un quart en 2009. Précision : cette centaine de maxis joujoux est à vendre, ou à louer, selon les propriétaires et les chantiers. Célèbre pour son Faucon Maltais (voir article page 88), le chantier Perini Navi dévoile à Monaco son premier yacht moteur, Vitruvius® Exuma (50 mètres), dessiné par Philippe Briand. Autre singularité du yacht show monégasque, l’intensité du réseautage international de haut vol, notamment refl été par une cinquantaine d’événements officiels tenus pendant sa durée dans la Principauté. Ses organisateurs ont d’ailleurs lancé sa version moyen-orientale en février 2009 à Abu Dhabi, et renouvellent l’opération en avril 2011 à Singapour.

 

De l’hiver au printemps
Passons sur les salons nautiques de Gênes en octobre et de Barcelone en novembre pour retrouver un grand classique prisé des Suisses, le Nautic de Paris, qui fête son cinquantième anniversaire du 4 au 12 décembre 2010. Cette édition promet de rester dans les annales : non seulement, des bateaux représentatifs de chaque décennie seront restaurés et exposés Porte de Versailles, ainsi que des rétrospectives sur différentes innovations (du winch de bronze à la poupée carbone, du bibendum de liège au gilet automatique, etc…), mais les passionnés pourront aussi se pencher sur « 50 bateaux, 50 skippers, 50 événements, 50 innovations et 50 ouvrages qui ont marqué 50 ans de passion nautique », selon les termes des organisateurs. Si la très courue Nuit Nautique réservée aux professionnels en ouverture du salon promet d’être particulièrement festive, le folklore sort des halles et investit l’esplanade du Trocadéro, face à la Tour Eiffel, où se tiendra une exposition exceptionnelle de tous les Pen Duick. En général, 60% des visiteurs – attendus au nombre de 250 000 cette année !- s’intéressent aux voiliers, essentiellement aux moins de 12 mètres, et 40% aux bateaux à moteur, surtout ceux de moins de 8 mètres. Enfin, si vous n’êtes ni pressé, ni intéressé par les monocoques, ne manquez pas la deuxième édition des « Salons du Multicoque Atlantique / Méditerranée » qui se tiendra à la Grande Motte du 14 au 17 avril 2011. En rien comparable, le salon Suissenautic tentera de faire le plein à Berne du 12 au 20 février 2011. La dernière édition avait rassemblé