D35 Trophy: ça déménage !

Texte | Quentin Mayerat

Une Genève-Rolle à couper le souffle, un jeu ouvert, un Bol d’or Mirabaud haletant, de la casse et des Grand Prix sous haute tension. La première partie du D35 Trophy nous a bluffés.

La montée en puissance des GC32 avait posé un gros point d’interrogation sur la place des D35 en ce début de saison. Avec quatre équipages engagés sur les deux circuits, les stratégies des team ont dû s’adapter à cette nouvelle configuration. Dans ce contexte, la stratégie volontariste de Spindrift qui a aligné un équipage de marins professionnels français semble payante puisqu’ils se situent un cran au-dessus au général.

Spindrift vers un premier Trophée ?

Ladycat powered by Spindrift Racing a indéniablement pris une très forte avance sur Alinghi en creusant un écart de neuf points. Un trou qui sera difficile à combler si les hommes emmenés par Xavier Revil continuent de squatter les podiums à la rentrée. Confiant et tout juste auréolé du Bol d’Or Mirabaud, ce dernier nous confie : « On a très bien navigué dans cette première partie de saison. Le nouvel équipage à bord est très performant et nous permet d’être devant les autres ». Et avec la manière ! Entre l’arrivée dans un mouchoir de poche lors de la Genève-Rolle (voir article ci-contre) et le coup du faux jibe monté par le tacticien Erwan Israel lors du Bol d’Or (voir article pp. 46-51) pour mettre dans le vent Alinghi, les noirs et ors ont fait parler l’expérience. Seule ombre au tableau sur fond de polémique ? L’affaire du démâtage de Realteam qui a vu Spindrift enfourner un semi-rigide venu prêter assistance. Bien heureusement, aucune victime n’a été à déplorer et cet incident rappelle que la sécurité doit être la première des préoccupations à bord de ces Formule 1 de lac. Toujours est-il qu’en mettant le paquet cette année sur le circuit, l’équipe de Dona Bertarelli pourrait bien remporter le premier D35 Trophy de son histoire. Mais patience…

Une flotte combative

Derrière Spindrift on trouve dans l’ordre : Alinghi, Tilt et Swisscom qui s’apprêtent à se livrer une bataille débridée pour le podium avec Mobimo en embuscade à la 5e place. Swisscom, qui a accueilli cette année à la barre Matthieu Souben, a impressionné par sa régularité lors des GP, mais n’a pu reproduire cet effort lors des classiques lémaniques. Notons également que Tilt n’a pas fait cette année du D35 Trophy un objectif prioritaire puisque toutes leurs énergies sont dirigées vers la Youth America’s Cup ; cependant, cette 3e place provisoire montre que la relève est bien au rendez-vous. De beaux coups d’éclat doivent être également relevés, comme lors du Grand Prix Realstone de Versoix où l’on a vu Django Racing signer le premier podium de son histoire, accompagné par Realteam qui accroche une 2e place avec son propriétaire Esteban Garcia qui passe sa première saison à la barre. À surveiller à la rentrée donc : Alinghi qui tentera de déstabiliser Spindrift, la lutte pour le podium qui s’annonce intense et la progression de certains équipages qui parviennent à créer la surprise.