Déjà 40 jours d’expédition.

Les trois jeunes médecins suisses romands, Jessika Mermoud, Pierre Métrailler et Guénolé Addor, fondateurs du projet Element3, partis le 2 octobre de Haute-Nendaz, sont arrivés au Cap-Vert après 6 jours à vélo et 24 jours à la voile.

  Ils poursuivent cette aventure sportive à vélo, à la voile et à pied sur plus de 14000 km jusqu’au plus haut sommet de l’Amérique du Sud, l’Aconcagua, dans un esprit écologique.

  Ils font escale à Mindelo, au Cap-Vert, pour rendre visite au centre de récupération nutritionnelle qu’ils soutiennent avec l’aide de nombreux donateurs. 

 Partis pour une première étape à vélo, c’est en 6 jours qu’ils parcourent les 600 kilomètres de route jusqu’au port d’attache du voilier à Port Camargue, dans des conditions idéales. De là, ils prennent la mer sans se douter que les débuts à la voile seraient plus difficiles que prévu. Retardé de 3 jours par une tempête dans le Golfe du Lion puis de 5 jours en raisons d’avaries techniques, l’équipage naviguent enfin à travers la Méditerranée puis en Atlantique par les Canaries jusqu’au Cap-Vert. L’avancée n’est pas aussi rapide qu’attendue, les vents étant souvent faibles et variables.

 En raison du retard de 2 semaines concédé à ce jour, l’équipage d’Element3 se lance dans la traversée de l’Atlantique avec l’espoir que des vents plus constants permettrant d’effectuer une traversée rapide. Si tel devait ne pas être le cas, ils devront réfléchir à l’arrivée à une modification d’itinéraire, et renoncer à une partie du trajet à la voile, l’objectif principal restant d’atteindre le plus haut sommet d’Amérique du sud, l’Aconcagua.

 Sur le plan écologique, l’expédition est totalement autonome d’un point de vue énergétique, grâce à un hydrogénérateur et la philosophie de bord des trois matelots qui réduisent au minimum vital leur consommation d’eau et d’électricité. Malgré une optimisation de chaque instant de la navigation à la voile, le moteur doit malheureusement être utilisé à quelques reprises pour des raisons de sécurité et lors de l’absence de vent. Les trois aventuriers attendent actuellement les bonnes conditions pour se lancer dans la traversée de l’Atlantique jusqu’à Salvador de Bahia.

 L’escale à Mindelo est marquée par la visite du centre de récupération nutritionnelle en compagnie de la doctoresse responsable. L’équipe peut ainsi se rendre compte du travail accompli par les personnes qui s’investissent chaque jour à la bonne marche du centre et à l’encadrement des 60 enfants qui y sont accueillis quotidiennement. Ils acquièrent la certitude que la récolte d’argent qu’ils effectuent, à savoir 30’000 CHF, est plus que nécessaire et sera utilisée à bon escient. A l’heure actuelle, le montant des dons récoltés s’élève à 8’000 CHF.

 Prochaines nouvelles de l’autre côté de l’océan Atlantique, après la traversée de l’équateur, du Pot au noir, et avant la préparation de l’ascension finale, synonyme d’aboutissement de cette épopée.