fbpx

Jeux Olympiques: La longue route vers Rio

Texte :

À quatre mois de l’ouverture des Jeux olympiques de Rio, les athlètes sélectionnés ont encore au minimum trois grosses compétitions avant l’événement majeur de l’été. Skippers fait le point sur la préparation des régatiers suisses.

Seuls trois athlètes suisses sont définitivement sélectionnés pour les jeux de Rio, au moment où nous bouclons ce numéro de Skippers. Huit autres espèrent encore obtenir un sésame lors du Trofeo Princesa Sophia à Palma de Majorque, début avril. La composition complète de la délégation helvétique sera publiée, à l’issue cet événement, sur notre site internet.

Pour le duo Nathalie Brugger/Matías Bühler en Nacra 17, ainsi que Mateo Sanz Lanz en RS:X, le compte à rebours a commencé, et l’heure est à l’optimisation du temps restant pour être au top début août.

Programme chargé 

Pas question de se reposer sur ses lauriers en attendant la cérémonie d’ouverture. Le programme des compétitions est encore très chargé jusqu’à l’été. Selon les supports, il faut compter avec le Trofeo Princesa Sophia, les mondiaux d’Hyères et de Weymouth et un championnat d’Europe ou d’Amérique latine. Et ceci sans compter des sessions d’entraînement à Rio où les athlètes comptent s’installer dès le début du mois de juin pour acquérir un maximum d’expérience sur le site, réputé complexe. « Il y a plusieurs plans d’eau » nous explique Nathalie Brugger. « On peut naviguer à l’intérieur ou à l’extérieur de la baie, dans différentes zones, et les conditions peuvent être diamétralement différentes. Il y a aussi beaucoup de courants, et il faut apprendre à bien les connaître pour les maîtriser. »

skippers.ch rio 2016

EN 470, LINDA FAHRNI ET MAJA SIEGENTHALER ONT REÇU LE 24 MARS DERNIER LA CONFIRMATION DE LEUR QUALIFICATION OLYMPIQUE EN OBTENANT LA DERNIÈRE PLACE MISE EN JEU POUR L’EUROPE ET L’AFRIQUE LORS DU TROFEO PRINCESA SOFIA À PALMA. Credit Jesus Renedo ©

Ce qu’il reste à faire 

Le perfectionnement technique fait encore partie des missions du printemps. « Pour cette édition, nous avons la possibilité de venir avec notre mât et notre aileron », précise Mateo Sanz Lanz. « Ça implique de nombreuses phases de test pour faire les bons choix. »

En Nacra 17, la question du matériel est également au programme, notamment celle des voiles. « Nous devons encore essayer pas mal de choses pour optimiser le bateau » avoue Nathalie Brugger. « L’équilibre entre repos et progression va aussi être assez subtil à trouver jusqu’aux Jeux », poursuit-elle. « Tout est inscrit au calendrier, mais nous devrons faire preuve de flexibilité si nous sentons que nous avons besoin de répit, ou alors de plus d’entraînement. »

Tous prévoient, quoi qu’il en soit, une semaine de repos en juillet, avec un retour en Suisse pour une bonne récupération avant le lancement des hostilités.

Quelle que soit l’issue des sélections de Palma, des espoirs de diplômes ou même de médailles peuvent objectivement être envisagés en Nacra 17 et en RS:X. Et si les délégations suisses en voile se réduisent comme peau de chagrin depuis Pékin en 2008 – neuf athlètes à Qingdao, six à Londres – la cuvée 2016 est plutôt prometteuse.

rio regate skippers.ch

Jesus Renedo ©

Welcome Newcomer 

Il existe depuis cette année une exception au système, dans le but de permettre aux nouveaux talents d’acquérir de l’expérience. Il s’agit de la Newcomer Rule qui offre la possibilité à ceux qui n’ont jamais participé aux Jeux, et qui n’auraient pas rempli les critères Swiss Olympic, d’obtenir malgré tout leur ticket d’entrée, pour autant que la nation soit qualifiée. Les candidats doivent démontrer qu’ils ont un projet de long terme pour bénéficier de cette dérogation. Au moment où vous lisez ces lignes, six athlètes (quatre supports) tentent d’obtenir leur place via cette règle.

Comment va-t-on aux JO 

Chaque série dispose d’un certain nombre de places qui va de 20 à 46 bateaux, selon qu’on fasse du Nacra 17 ou du Laser. Ces places sont attribuées aux meilleures nations par la Fédération mondiale, dès les championnats du monde ISAF de 2014, puis les années suivantes. Une fois la nation qualifiée, chaque athlète ou équipage doit encore réaliser sa sélection personnelle, répondant aux critères de son pays. Il faut donc sélectionner le pays dans sa classe auprès de World Sailing (quota national), puis confirmer sa place auprès de Swiss Olympic (sélection personnelle). Le système peut, dans de rares cas, conduire à des situations cocasses. Par exemple : une série pourrait être qualifiée, sans que personne ne soit finalement envoyé aux Jeux. Autre possibilité : l’athlète ou l’équipage envoyé pourrait ne pas être celui qui a qualifié la série pour sa nation.

Programme des régates aux JO 

RS:X masculin : du 8 au 15 août

Laser (homme) : du 8 au 16 août

Laser Radial (femme) : du 8 au 16 août

470 masculin : du 10 au 18 août

470 féminin : du 10 au 18 août

49er (homme) : du 12 au 19 août

Nacra 17 (mixte) : du 10 au 17 août.

Les 470 et Laser disputent dix courses, plus la Medal Race.

Les autres, douze courses.