Des équipages d’exception

 

Ils sont plus 50. Plus de 50 yachts de toutes tailles et de toutes classes à être inscrits cette semaine depuis tous les points cardinaux de la Caraïbe pour répondre à l’appel des Voiles de Saint-Barth. Pour la seconde année consécutive, le Yacht Club de Saint-Barth et tous ses partenaires concoctent du 4 au 9 avril le plus détonnant et le plus spectaculaire des cocktails festifs autour du nautisme et du yachting international. Les plus beaux yachts et leurs équipages affutés en ce début de saison sont conviés à régater toute une semaine au coeur des paysages nautiques les plus fascinants de la planète voile. Maxi Yachts, multicoques et même Classiques répondent à l’appel d’un rendez-vous qui fleure bon les grandes heures du yachting, belles régates au soleil, longue houle alizéenne, îles et îlots paradisiaques et la légen! daire bonne humeur conviviale de Saint-Barth.

Si l’île de Saint-Barthélémy invite au farniente, il n’en va assurément pas de même de son plan d’eau qui a le don d’exciter le plus placide des régatiers. Les yachts engagés dans la seconde édition des Voiles ne viennent certes pas pour paresser et les listes d’équipages en témoignent, où apparaissent les signatures de marins et skippers indissociables des plus grandes joutes nautiques internationales, Coupe de l’America en tête. Ainsi le grand maxi à quille basculante « Genuine Risk », plan Dubois récent vainqueur de la Pineapple Cup sera-t’il à Saint-Barth barré par le Suédois Hugo Stenbeck. Joueur de hockey émérite, Stenbeck était à Valence en 2007 à la tête de « Victory Challenge », le Défi Suédois de la Coupe de l’America. Il mènera un équipage de « All Stars » internationaux, souvent rompus aux régates à haute intensité de la Coupe, à l’instar de l’Américain Ralph Steitz, ancien équipier de Dennis Conner. Le Cannois Laurent Delage, responsable des voiles à bord de Victory Challenge, et double médaillé Olympique en 470 apportera la connotation française à un Team à fort accent Suédois, mais aussi Danois, puisque c’est Rasmus Kostner, ex Mascalzone Latino (America’s Cup 2005-2007), qui officiera en tant que tacticien.

Et puisqu’on parle de Mascalzone Latino, c’est son actuel skipper, le Néo Zélandais Gavin Brady qui officiera à bord de Vesper/Money Penny, le fantastique TP 52 ex Quantum Racing. Gavin partagera la barre avec le propriétaire américain Jim Swartz, et pourra compter sur les compétences affirmées de ses vieux complices de la Coupe, Ben Beer, Jamie Gale, Brett Jones, Ken Keefe, et Matt Waikowicz.

Autre protagoniste américain très attendu, le tenant du titre George David qui revient à bord du redoutable Rambler 100, éclatant vainqueur le mois dernier de la Caribbean 600. Les Voiles de Saint-Barth constituent un moment spécial dans la saison du super maxi signé Juan Kouyoumdjian. Le format de régates courtes à la journée va en effet pousser son équipage quasiment exclusivement constitué du Puma Ocean Racing team de l’Américain Ken Read dans le subtil exercice de la régate au contact, sur des bords très courts où la stratégie prend souvent le pas sur la puissance pure. Ken et ses équipiers venus de 6 nations différentes, prend très à coeur cette seconde participation aux Voiles de Saint-Barth, qu’il a inscrit dans le cadre de sa préparation à la Volvo Ocean Race ; « Après tout, Rambler 100 est un Volvo 70 survitaminé » explique t’il.

Côté français, Lionel Péan, investi de la confiance du Britannique Peter Harrison, sera présent sur le plan Farr Sojana. Ce grand ketch est l’expression même du yachting de luxe adapté à la croisière rapide.

Parrain l’an passé des Voiles, le photographe Patrick Demarchelier concourra de nouveau à bord de son superbe Swan 45 « Puffy ». Il bataillera dans la Classe des Racing, face à d’autres Français dont Régis Guillemot et son Pogo 40 S2, au sein d’un groupe de voiliers de 45 à 60 pieds très homogène.

Tout ce joli monde se retrouvera donc dès lundi 4 avril pour les inscriptions définitives, et une ouverture haute en couleur, prélude à une semaine d’actions et du spectacle unique et rare des belles voiles jouant avec le soleil de Saint-Barthélémy.