Du suspense jusqu’au bout

Le coup d’envoi de cette Coupe d’Europe 2010 est donné le jeudi 16 septembre à 14 heures, par un léger vent d’ouest de 3 Beaufort. Avec une victoire dans la première manche, le multiple champion alle- mand Christian Friedrich et son équipage sur Toy for the boy réussis- sent une entrée de rêve et annoncent la couleur. Leur 10e rang dans la deuxième manche raccourcie montre pourtant que la concurrence est rude. Le vendredi, des vents faibles et changeants permettent l’en- voi d’une seule course et le bulletin météo n’annonce rien de bon. Un marais barométrique fait craindre des mauvaises conditions pour la deuxième moitié du championnat. Finalement, Eole se montre compré- hensif et envoie une bise constante de 3 Beaufort le samedi matin.

Dans ces conditions, trois manches complètes sont possibles. Avec une 2e, une 1e et une 3e place, GER 1399 (Flach/Schaale/Didering) réussit la meilleure série. Au soir de la troisième journée de régates et après six manches, c’est pourtant GER 1410, avec Witte, Borowski et Herbst, qui mène le bal, trois points devant Flach et son équipage. Il profite en effet du résultat à biffer qui annule sa contre-performance dans la première course. En 3e position, on retrouve Toy for the boy avec dix points de retard sur le 2e.

 

Un très haut niveau
Le dimanche, le comité de course est contraint de raccourcir une des deux manches courues par une bise de 4 à 5 nœuds. Avec une victoire dans la 7e manche, GER 1399 prend la tête du classement provisoire. Son bonheur est pourtant de courte durée: il échoue dans sa tentative de contrôler Witte au départ de la 8e manche et finit 13e – son plus mauvais résultat. Nullement impressionnés par l’attaque de leur concurrent, Witte/Borowski/Herbst terminent 2e de cette manche fi- nale et atteignent leur objectif : gagner non seulement le championnat allemand, mais également le titre européen.
Le succès de ce championnat est l’œuvre, d’une part, du comité de course présidé par Kurt Frey qui connaît le plan d’eau comme sa poche. Mais aussi celle de l’organisation irré- prochable assurée par le président de l’association suisse de la série Daniel Ballif. Meilleur équipage autrichien, Johann Gottwald et ses hommes terminent 8e. Avec un 18e rang, l’an- cien navigateur olympique, Peter Theurer, ac- compagné de Jürg Nauer et Matthias Bosshart signent la meilleure performance suisse. Ces résultats montrent l’incroyable niveau de la série. Compte tenu du grand nombre d’an- ciens pros évoluant dans la série, ce niveau ne surprend guère.

Tous les résultats sur
www.20er-jollenkreuzer.org