Duel à l’approches des Cinquantièmes

Gutek et Hatfield se disputent la seconde place tandis que Van Liew s’échappe en tête

Les trois premiers concurrents de la VELUX 5 OCEANS ont accroché le dos d’une dépression en bordure du 50e parallèle sud. Ils vont ainsi allonger la foulée à travers le Pacifique, tandis que le quatrième et dernier bateau, Spartan est resté pris au piège d’un anticyclone.

 En tête de la flotte, l’Américain Brad Van Liew creuse doucement l’écart sur ses poursuivants, Zbigniew Gutkowski et Derek Hatfield, qui se succèdent tour à tour en deuxième position. Au classement ce jeudi matin, le Canadien devançait le Polonais, mais en milieu de journée, Gutek avait repris l’avantage en empannant plus tôt vers le Sud. « Un anticyclone se développe au-dessus de nous et je suis le dernier à avoir empanné. J’étais tellement fatigué après la tempête au départ et les heures passées à résoudre le problème sur le générateur que j’ai dormi plus qu’il ne fallait. Je n’ai pas entendu le réveil. J’espère qu’il n’était pas trop tard », confiait Derek dans son carnet de bord aujourd’hui. Cette erreur pourrait malheureusement lui coûter cher, car au dernier relevé de position, Operon Racing affichait déjà une vitesse de deux nœuds supérieure à celle d’Active House et près de 20 milles d’avance.

 Au classement de 13h00, Brad et Gutek ont déjà remis le cap à l’ouest. Les deux skippers viennent de toucher les vents de nord-ouest d’une dépression qui au cours des prochaines heures les poussera en ligne directe vers le Cap Horn. Ils se préparent également à franchir la première des deux ‘portes de sécurité’ imposées par les organisateurs dans cette troisième étape du tour du monde pour tenir la flotte à l’écart des icebergs à la dérive. Le leader Brad Van Liew est actuellement à 450 milles nautique de la première de ces portes, qui s’étend de 150° à 140° ouest sur le 50e parallèle sud. La seconde se situe quant à elle sur le 52e sud, entre 110° et 100° ouest.

 Si les premiers ont réussi à sauter dans le train du Pacifique Sud, Chris Stanmore-Major lui est encore bloqué sur le quai. Spartan est empétolé à moins de 2 nœuds dans un système de hautes pressions, tandis que ses adversaires filent déjà à plus de 12 nœuds. Le Britannique peut encore espérer accrocher le dernier wagon si l’anticyclone ne s’étale pas davantage vers le sud. Dans son dernier carnet de bord, il se dit confiant et préfère voir la coupe à moitié pleine, n’hésitant pas à plaisanter sur le sujet. « Qui a coupé le ventilateur ? Haha, très drôle, mais vous pouvez le rallumer maintenant ! Ok, cela me permet d’ouvrir les hublots en grand pour aérer le bateau, mais il ne faut pas que cela dure trop longtemps ».

 En attendant, Chris revient sur les premières heures de cette troisième étape et sur sa rencontre, toujours magique, avec un groupe de dauphins peu après le départ de Wellington : « Le bateau marchait à 21 nœuds et ils fonçaient à côté en jouant avec les vagues d’étrave et dans le sillage, plongeant sous la coque et sautant devant nous. Je suis absolument certain qu’ils y prenaient beaucoup de plaisir. C’est formidable d’être témoin de cela. Je respecte les parcs aquatiques, mais quand on voit ces animaux parcourir quatre ou cinq milles en à peine un quart d’heure en toute liberté, on peut difficilement accepter de les retrouver confinés dans des piscines pour notre seule distraction ».

 La VELUX 5 OCEANS est une course autour du monde à la voile en solitaire avec escales, organisée par Clipper Ventures PLC. La flotte est partie de La Rochelle en octobre 2010 et a déjà fait escale à Cape Town en Afrique du Sud et à Wellington en Nouvelle-Zélande. Elle est actuellement en mer dans la troisième étape vers Punta del Este en Uruguay, puis elle rejoindra Charleston aux Etats-Unis avant le dernier sprint qui les ramènera en France à La Rochelle. La VELUX 5 OCEANS 2010/2011 est la huitième édition de ce tour du monde qui se court tous les quatre ans depuis 28 ans.

Positions à 12h00 UTC ce jeudi :

Skipper – Bateau : distance de l’arrivée (milles nautiques) / distance du leader / distance parcourue en 24h / Vitesse moyenne en 24h (noeuds)

1. Brad Van Liew – Le Pingouin : 4720,9 milles / 0 / 215,9 milles / 9 noeuds

2. Zbigniew Gutkowski – Operon Racing : 4787,7 milles / 66,8 / 190 milles / 7,9 noeuds

3. Derek Hatfield – Active House : 4806,7 milles / 85,8 milles / 172,4 milles / 7,2 noeuds

4. Chris Stanmore-Major – Spartan : 4905,4 milles / 185,5 milles / 165 milles / 6,9 nœuds