En route vers l’histoire

À deux jours du départ de la 41e édition de la Rolex Middle Sea Race, les 76 participants ont pu s’entraîner hier lors d’une pré régate ; Un bon moyen pour ces marins de se dégourdir les jambes, de valider les dernières mises au point, changements et options avant le grand départ de l’une des plus belles courses au large de la planète. Avec une nouvelle ligne de départ et un nouveau Yacht Club, le renouveau de cette course est en marche.

Entre les courses autour du monde, les Transatlantiques, les Transpacifiques, les Records ou les Régates Inshore, la Rolex Middle Sea Race est une course hors norme. Course au large de par sa distance (606 milles), Course côtière de par son tracé le long de nombreuses côtes, elle est également historique où chaque mille est sujet à une odyssée, une bataille navale ou bien un splendide panorama sur une nature et une géographie exceptionnelles. Dans la vie d’un marin, il est impensable de ne pas courir l’une des deux grandes courses au large au monde, la Rolex Fastnet Race ou la Rolex Sydney Hobart. Depuis quelques années, la Rolex Middle Sea Race entre dans ces courses de légende qu’un marin doit connaitre. Depuis Malte en passant par la Sicile, le redoutable Détroit de Messine et une myriade d’îles ainsi qu’un volcan, la Middle Sea Race est un livre d’histoire et de géographie ouvert, pour qui veut bien se donner la peine d’apprendre la grande histoire de la Méditerranée depuis Ulysse.

Un plateau très relevé
Rarement une édition de la Rolex Middle Sea Race aura connu un nombre aussi important de monocoques ultra-compétitifs. Alegre, Bella Mente, Beau Geste, DSK Pioneer, les deux VO70, Ericsson et Intermatica, ICAP Leopard, Luna Rossa, Ran II ou encore Rosebud, tous ces voiliers ont un palmarès à faire pâlir d’envie n’importe quel propriétaire. Qu’ils soient vainqueurs de la Rolex Fastnet Race, de la Giraglia Rolex Cup, ou de bien d’autres courses, le vainqueur en temps réel ou en temps compensé se trouve certainement parmi cette liste. Ocean of Smile, l’Open 60 du belge Christophe Bullens, sera également sur la ligne de départ samedi prochain. Ce 60 pieds n’est autre que l’ancien Fujicolore III de Loïck Peyron avec lequel il avait remporté la Transat Jacques Vabre en 1995.
Vainqueur des régates côtières de la Giraglia Rolex Cup, Fever, le Swan 45 de Klaus Diererichs et Gordon Grant, pourrait aussi créer la surprise si les conditions météorologiques sont favorables aux moyennes unités.

Luna Rossa vainqueur de la régate d’entraînement
Il aura fallu environ deux heures de course pour que Luna Rossa s’impose dans la régate d’entraînement. Au coude à coude avec Bella Mente, ce n’est que dans le dernier bord de portant que Torben Grael (tacticien) et Robert Scheidt (barreur) ont creusé un écart de deux minutes, leur permettant d’emporter la victoire.
Malheureusement, cette journée a été marquée par le démâtage de l’Oceanis 411 de Kevin Dingli, Fekruna. Un accident qui met un terme à sa participation.

Les conditions météorologiques
Les 76 participants à la Rolex Middle Sea Race devraient bénéficier d’un vent d’une quinzaine de noud samedi lors du départ. Rapidement, les conditions vont évoluer vers un régime plus soutenu avec des vents de plus de 25 nouds dimanche. Le retour au calme devrait avoir lieu dès lundi prochain avec des vents moins forts mais suffisants pour une course relativement rapide. Il est difficile de faire le moindre pronostic mais le record de Rambler de 2007 en 47 heures 55 minutes et 3 secondes, ne devrait pas être à la portée des favoris si ces conditions se maintiennent.

Informations pratiques :
Le départ de la Rolex Middle Sea Race sera donné samedi 17 octobre à 11 heures, la remise des prix se tiendra quant à elle le 24 octobre à midi.

Pour de plus amples informations sur la course, la liste des inscrits, les résultats et les positions, rendez vous sur www.rolexmiddlesearace.com