Epilogue prématuré

16.08.10

Victime d’une collision, Bernard Stamm abandonneAlors que le comité de course lançait sa deuxième procédure après un rappel général devant l’entrée de la rivière de Kinsale, Entreprendre Lafont Presse et Cheminées Poujoulat sont entrés violemment en collision. Après avoir tenté de réparer dans des délais raisonnables, Stamm a décidé de jeter l’éponge.

 Bernard explique l’incident : «j’étais tribord amures en train de remonter sur  le bateau Comité, quand d’un seul coup j’ai vu l’étrave de Matthieu arriver… mais il était déjà  trop tard, il était derrière les voiles, bâbord. Je ne sais pas trop ce qui s’est passé mais tout s’est passé très très vite, moi je devais être à 6 ou 7 nœuds, ça a fait un gros, gros choc, il y a un bon trou dans l’étrave, pile dans l’axe, à 3 cm au-dessus de la ligne de flottaison. Donc le bateau se remplissait d’eau, et, vu toute la route que l’on a à faire au portant c’était impossible de continuer comme ça. C’est réparable. Mais les dégâts sont trop longs à réparer. Et, repartir en course serait finalement plus pénalisant. Normalement je serai crédité du temps du dernier plus deux heures. Si je repars en course, je vais prendre plus de 6 heures dans la vue. Donc autant que je reparte en convoyage. On n’abandonne que quand on ne peut pas faire autrement.»

Ça fait ch… je suis vraiment déçu. C‘est vraiment frustrant parce que ce n’est pas de ma faute d’abord et ensuite je ne voyais pas la course se terminer comme ça. Mais repartir pour suivre à distance n’a aucun intérêt, ce qui compte c’est de régater. Il y avait une super météo qui promettait une belle régate. Je rentre à Cherbourg en convoyage. Cette Solitaire aura été malgré tout pour moi très enrichissante même si elle me laisse un goût de pas fini ».

 Après avoir pensé réparer le bateau puis repartir, Bernard a finalement décidé d’abandonner malgré l’intervention d’une douzaine de préparateurs techniques encore sur place. Ils ont levé l’étrave du bateau pour assécher la crashbox et tenter une réparation à coup de scies, meuleuse, tissus et résine. Saluons ce bel exemple de solidarité spontané, dès l’annonce de l’incident et avant même que les bateaux blessés aient regagné le port de Kinsale.