Etienne David troisième à La Rochelle

Le Genevois Etienne David vient de terminer la deuxième étape du Mini-Pavois en troisième position à bord de son voilier TeamWork. Il se classe quatrième au classement général de l’épreuve, au terme de 800 milles de navigation en solitaire

La Rochelle, le 13 mai 2010 – Après avoir mené une bonne partie de cette deuxième étape, TeamWork, le bateau du skipper Genevois Etienne David, passe la ligne d’arrivée devant le port de La Rochelle en troisième position.

La première étape avait emmené la trentaine de concurrents directement de La Rochelle à Gijon au nord de l’Espagne. Etienne avait terminé cette course marathon 5ème après un peu plus de 30 heures de navigation au portant dans du vent frais. Repartis lundi en fin de matinée de Gijon, les ‘Mini’ ont parcouru 465 milles avant de rejoindre La Rochelle. Le parcours comptait en effet une marque à virer au large de Lorient en Bretagne Sud.

TeamWork boucle cette étape en 3 jours, 2 heures et 12 minutes à la vitesse moyenne de 6,27 noeuds. Il franchit la ligne 14 minutes devant le vainqueur Jorg Riecher. Thomas Normand est quant à lui second.

Philippe Rey-Gorrez, président de TeamWork, a fait le voyage la nuit dernière pour venir accueillir Etienne. Occupé par des obligations professionnelles vendredi, il reprend la route aujourd’hui même pour rejoindre Genève. «Nous sommes vraiment contents de ce résultat. La performance méritait bien ce déplacement, même si nous passons deux nuits de suite sur la route. Ce n’est pas grand-chose par rapport à ce qu’Etienne vient de vivre pendant sa course.»

Le Skipper de TeamWork se déclare quant à lui :«mort de fatigue, mais très content de ce résultat prometteur, pour une première course en solitaire». Et d’ajouter: «C’est très grisant d’être dans le coup, c’est ce qui nous fait tenir. Nous nous sommes battus comme des lions avec Jorg, j’ai profité d’une petite erreur tactique de sa part pour prendre la tête de la course en remontant vers la première marque au nord d’Oléron. J’étais heureux de virer Birvideaux (ndlr: Marque la plus au nord du parcours, située entre Belle-île et Groix)devant tout le monde, avec près de 10 milles d’avance. Après, je n’ai pas osé charger le bateau, et je me suis fait dépasser. La morale c’est qu’il faut toujours charger à fond, même si c’est parfois impressionnant.»

Le skipper genevois reconnaît également avoir beaucoup souffert du froid et de l’inconfort. «Personne ne peut vraiment aimer se faire secouer et mouiller pendant des jours et des nuits, sans sommeil. C’est la compétition qui est intéressante, mais la navigation en solitaire sur des bateaux aussi petits et puissants est simplement éreintante.»

Etienne David va maintenant se reposer quelques jours, avant d’envisager son parcours de qualification pour la Transat 6,50 2011. Il doit en effet parcourir 1000 milles (1850 km) entre La Rochelle et le sud de l’Irlande pour obtenir son sésame.

Après cette épreuve, il devrait prendre le départ du Mini-Fastnet le 13 juin prochain.