Faites vous plaisir sur ce beau parcours

Joints par téléphone dimanche matin alors qu’ils naviguent au large des côtes portugaises à bord du monocoque Groupama 70, Franck Cammas et Jacques Caraës, actuels détenteurs du Trophée Jules Verne, souhaitent bon vent et encouragent l’équipage de Banque Populaire qui s’est élancé samedi à l’assaut du record de Groupama 3 depuis le 20 mars 2010 en 48 jours 7 heures et 44 minutes.

A 10 milles nautiques du cap Saint Vincent, Groupama 70 navigue dans 35 noeuds de vent. Autant dire que les conditions de vie sont inconfortables. Mais qu’importe, Franck et Jacques suivent de près la tentative de Banque Populaire : « Qu’ils se fassent plaisir sur ce parcours, l’un des plus beau que l’on puisse imaginer avec des passages extraordinaires. C’est une belle aventure qui les attend, une histoire humaine avec quatorze bonhommes et une navigation très technique avec un grand et beau bateau. Ils ont tous les ingrédients pour faire un beau parcours » analyse Franck Cammas qui poursuit : « Je leur souhaite d’arriver au bout, ce qui n’est jamais évident sur ce genre de parcours et comme c’est leur première tentative, il y a toujours des interrogations ».

« Banque Populaire est beaucoup plus grand que Groupama 3, près de neuf mètres. C’est un gage de puissance qui leur permettra parfois de gagner quelques noeuds de vitesse comme on l’a vu lors du record de l’Atlantique. Mais le record se jouera essentiellement sur la météo car cette différence de vitesse ne leur permettra pas compenser une mauvaise météo ».

Au sujet de cette fenêtre de départ, le skipper Groupama ne cache pas sa qualité : « Ils ont eu le temps de l’attendre et l’opportunité d’en trouver une qui me semble très bonne jusqu’à Cape Town. Une partie où nous avions été trois jours plus lent que lors de notre première tentative ».

Attentif à la composition de l’équipage de Banque Populaire, Franck Cammas note que les équipiers qui vont découvrir ce parcours sont plus nombreux qu’ils ne l’étaient sur Groupama 3 : « Il y a toujours une incertitude quand l’on part avec des gens qui n’ont pas fait le parcours. Certains peuvent se retrouver très à leur aise, d’autres moins. Mais, dans tous les cas, ce sont de grands régatiers qui ont l’expérience technique pour aller vite. Après, il faut que le groupe fonctionne bien jusqu’au bout et ca, on ne le sait qu’à l’arrivée. Mais individuellement, ce sont tous de grands marins ».

Media crew à bord de Groupama 70, Jacques Caraës suit également le départ de Banque Populaire : « Je souhaite plein de bonheur à Fred Le Peutrec car ce sera pour lui une nouvelle expérience sur un bateau encore plus gros. C’est un vrai privilège d’y embarquer et de faire ce parcours. Même si les records sont faits pour être battus, c’est très rare qu’on y parvienne dès le premier coup. Je leur souhaite donc de la réussite. Le travail est devant eux et le passage pour monter dans le premier train au niveau de l’océan indien, c’est celui là qu’il ne faut pas louper ».

Autant dire que les actuels détenteurs du Trophée Jules Verne vont suivre attentivement la tentative de Banque Populaire : « C’est très intéressant de les suivre depuis la terre. On route le bateau, on regarde ses performances, on travaille les compétences de navigation et de stratégie qui nous serviront sur la Volvo Ocean race. On essaie de prévoir leurs temps de passage et on compare la route qu’ils prennent par rapport à celle que l’on aurait choisie. Ca fait vraiment progresser. Les prévisions météo jusqu’à Cape Town semble vraiment excellente » conclut Franck Cammas alors que les bruits qui accompagnent la liaison téléphonique laissent à penser que les conditions de navigations qui règnent au large du Portugal sont rudes.

Avant de raccrocher, le skipper de Groupama 70 adresse avec humour un dernier mot à l’intention de Fred Le Peutrec : « Comme à tous les autres, je lui souhaite bonne chance et je lui dit aussi qu’il n’a rien à perdre et que ca ne sert donc à rien qu’il aille trop vite ».