Feu vert !

Au large du Cap-Vert, Groupama 3 revient comme une flèche sur son concurrent virtuel : près de 200 milles gagnés en 24 heures et le compteur devrait encore défiler ces heures prochaines ! La 43ème journée de Orange 2 avait en effet été la moins rapide de tout son tour du monde…

 L’espoir renaît et la voix de Frédéric Le Peutrec en disait long lors de la vacation radio de 12h30 avec le PC Course parisien de Groupama. Le Pot au Noir a été quasiment inexistant la nuit dernière alors que Franck Cammas le redoutait en l’abordant à la tombée du jour. Non seulement il n’en fut rien, mais en sus, les alizés sont bien établis de secteur Nord-Est pour une bonne quinzaine de noeuds, ce qui a permis au trimaran géant d’approcher et parfois même de dépasser les trente noeuds de vitesse moyenne ! Alors qu’il y a cinq ans, Bruno Peyron et son équipage étaient empêtrés dans une dorsale anticyclonique au point de ne progresser au 43ème jour que de 180 milles…

Fin de semaine ?

« On va vous apporter la pluie ! Le ciel va être contrasté… Car on imagine arriver le week-end prochain. Nous sommes partis de Brest (aussi un week-end) avec une fenêtre météo étroite et nous avions en tête qu’il était possible que cette tentative avorte dès le cap Finisterre. On est donc très contents d’en être arrivés là, dans les temps et avec de l’espoir ! On a réussi à rester concentré sur notre rythme, sur le bateau pour le préserver, avec une route tout à fait correcte par rapport aux conditions météorologiques que nous avons connues. Le bilan est positif, même si ce n’est pas encore fini. Groupama 3 est un bateau qui marche vraiment bien dans les petits airs et contre le vent, ce qui nous a bien servi autant dans la descente que pour la remontée de l’Atlantique Sud… On y croit vraiment ! On a hâte de vous revoir. »

Une dorsale anticyclonique sera tout de même à négocier dès mardi soir avant de rejoindre le flux dépressionnaire qui va apporter des brises de Sud-Ouest… Peut-être jusqu’à l’arrivée à Ouessant ! Le vent va donc mollir provisoirement et c’est pour cette raison que le navigateur Stan Honey a choisi de laisser courir un peu, en prenant un peu d’Ouest dans le cap au Nord. C’est donc la dernière barrière météorologique à franchir avant le sprint final, en route presque directe vers la Bretagne. Il ne restera plus alors que 2 000 milles à parcourir !

Pas de Pot… Ou presque

« La nuit dernière s’est finalement bien passée, avec juste une petite accalmie : on est donc déjà dans les alizés, sur une belle mer et ça va vite sans violence pour le bateau et les bonhommes ! Dimanche on était encore dans des grains sans beaucoup de vent : Franck avait un peu le doute… Et c’est la fin du voyage : les nerfs sont toujours un peu plus à vif ! On a vraiment envie d’arriver parce qu’on est un peu usé nerveusement et le bateau, s’il va bien, est tout de même un peu fatigué. On prend toujours beaucoup de plaisir à naviguer, mais c’est sympa d’en finir aussi. 24h sur 24h avec des hommes dans un espace restreint, sur un bateau qui va très vite et qui est parfois stressant, on ne peut pas toujours être d’humeur constante. Mais tout va bien ! Là, on navigue sur un flotteur dans des conditions idéales… »

Le flux final devrait être un peu moins régulier que les alizés actuels et Groupama 3 devrait avancer par à-coups pour cette fin de semaine. Il n’en reste pas moins que la voie est libre et que le feu est au vert sans obstacles majeurs jusqu’à Ouessant, à l’exception de ce petit ralentissement dans la dorsale…

Tableau de marche de Groupama 3
(départ le 31 janvier à 13h 55′ 53 » TU)

 Nombre de milles parcourus par rapport à la route optimale du Trophée Jules Verne)

 Jour 1 (1er février 14h TU) : 500 milles (retard = 94 milles)
Jour 2 (2 février 14h TU) : 560 milles (avance = 3,5 milles)
Jour 3 (3 février 14h TU) : 535 milles (avance = 170 milles)
Jour 4 (4 février 14h TU) : 565 milles (avance = 245 milles)
Jour 5 (5 février 14h TU) : 656 milles (avance = 562 milles)
Jour 6 (6 février 14h TU) : 456 milles (avance = 620 milles)
Jour 7 (7 février 14h TU) : 430 milles (avance = 539 milles)
Jour 8 (8 février 14h TU) : 305 milles (avance = 456 milles)
Jour 9 (9 février 14h TU) : 436 milles (avance = 393 milles)
Jour 10 (10 février 14h TU) : 355 milles (avance = 272 milles)
Jour 11 (11 février 14h TU) : 267 milles (retard = 30 milles)
Jour 12 (12 février 14h TU) : 274 milles (retard = 385 milles)
Jour 13 (13 février 14h TU) : 719 milles (retard = 347 milles)
Jour 14 (14 février 14h TU) : 680 milles (retard = 288 milles)
Jour 15 (15 février 14h TU) : 651 milles (retard = 203 milles)
Jour 16 (16 février 14h TU) : 322 milles (retard = 375 milles)
Jour 17 (17 février 14h TU) : 425 milles (retard = 338 milles)
Jour 18 (18 février 14h TU) : 362 milles (retard = 433 milles)
Jour 19 (19 février 14h TU) : 726 milles (retard = 234 milles)
Jour 20 (20 février 14h TU) : 672 milles (retard = 211 milles)
Jour 21 (21 février 14h TU) : 584 milles (retard = 124 milles)
Jour 22 (22 février 14h TU) : 607 milles (retard = 137 milles)
Jour 23 (23 février 14h TU) : 702 milles (avance = 60 milles)
Jour 24 (24 février 14h TU) : 638 milles (avance = 208 milles)
Jour 25 (25 février 12h TU) : 712 milles (avance = 365 milles)
Jour 26 (26 février 14h TU) : 687 milles (avance = 430 milles)
Jour 27 (27 février 14h TU) : 797 milles (avance = 560 milles)
Jour 28 (28 février 14h TU) : 560 milles (avance = 517 milles)
Jour 29 (01 mars 14h TU) : 434 milles (avance = 268 milles)
Jour 30 (02 mars 14h TU) : 575 milles (avance = 184 milles)
Jour 31 (03 mars 14h TU) : 617 milles (avance = 291 milles)
Jour 32 (04 mars 14h TU) : 492 milles (avance = 248 milles)
Jour 33 (05 mars 14h TU) : 445 milles (avance = 150 milles)
Jour 34 (06 mars 14h TU) : 461 milles (avance = 58 milles)
Jour 35 (07 mars 14h TU) : 382 milles (retard = 100 milles)
Jour 36 (08 mars 14h TU) : 317 milles (retard = 326 milles)
Jour 37 (09 mars 14h TU) : 506 milles (retard = 331 milles)
Jour 38 (10 mars 14h TU) : 321 milles (retard = 384 milles)
Jour 39 (11 mars 14h TU) : 255 milles (retard = 309 milles)
Jour 40 (12 mars 14h TU) : 288 milles (retard = 473 milles)
Jour 41 (13 mars 14h TU) : 503 milles (retard = 483 milles)
Jour 42 (14 mars 14h TU) : 445 milles (retard = 405 milles)
Jour 43 (15 mars 14h TU) : 482 milles (retard = 216 milles)