fbpx

GC32 : le sacre mondial de Tilt

Texte :

« Je pensais au podium, pas forcément à la première place », confiait à Skippers Sébastien Schneiter au lendemain de sa victoire au championnat du monde de CG32 à Riva. Découvrez les commentaires du skipper de Team Tilt qui a réussi avec ses coéquipiers Glenn Ashby, Bryan Mettraux, Lucien Cujean, Jérémy Bachelin et Nils Theuninck l’exploit de s’imposer au sein de l’une des flottes les plus relevées du monde.

33Skippers : Bravo pour la performance ! Vous n’aviez pas navigué ensemble depuis longtemps, c’est une surprise d’arriver à ce niveau ?

Sébastien Schneiter : En effet, on ne savait pas vraiment à quoi s’attendre, mais on avait tous beaucoup de pratique sur le support chacun de notre côté, au sein d’équipes différentes. Nils et moi, nous nous étions beaucoup entraînés ensemble lors de la Youth America’s Cup et Lucien est mon partenaire en 49er. Au final, on se connaît très bien, Glenn s’est super bien intégré à l’équipe et on s’est senti très à l’aise dès les premiers entraînements. On a donc réussi à être compétitif.

Skippers : Après une première journée plutôt compliquée, sur quoi avez-vous travaillé pour renverser la vapeur ?

Sébastien Schneiter : C’est vrai qu’on a pas mal joué de malchance le premier jour de course, mais on savait qu’on valait mieux que ça, surtout après les manches d’entraînements. On a donc décidé de ne pas changer trop de choses, de naviguer simplement, comme à l’entraînement. C’était surprenant de prendre la tête du classement à l’issue du deuxième jour. En venant ici, je pensais au podium, pas forcément à la première place.

33657213_336334943563376_6342739421342728192_oSkippers : Il semble que l’alchimie opère toujours au sein de Team Tilt, comptez-vous donner suite à d’autres projets foils ?

Sébastien Schneiter : On était avant tout une bonne bande de copains et on se réjouissait vraiment de faire cette régate sur ce plan d’eau que l’on connaît bien. C’était une belle manière de clôturer notre chapitre Youth America’s Cup. Nous n’avons pas d’autres projets foils pour le moment, hormis le Bol d’Or Mirabaud si les conditions le permettent. Pour l’instant, la priorité c’est le 49er avec le championnat du monde d’Aarhus qui nous permettra de qualifier la Suisse pour Tokyo 2020.