GÉRARD BOSSÉ, au coeur de l’arbitrage

Texte :

Photos : ©Loris von Siebenthal

Umpire lors de six éditions de l’America’s Cup, Gérard Bossé est également un arbitre incontournable du D35 Trophy. Toujours au centre de l’action à bord de son canot moteur, il discute volontiers avec les coureurs qui l’écoutent et le respectent.

« J’aime la rigueur et le respect des règles. J’aime le contact direct avec les coureurs et j’aime surtout la régate avec toute la complexité tactique de la course. » Gérard Bossé ne passe pas par quatre chemins lorsqu’il s’agit d’expliquer son goût pour la voile. Ancien footballeur et professeur d’éducation physique, il débute la régate sur le tard, alors que des problèmes de santé le contraignent à renoncer au ballon rond.

Doué pour le sport en général, il dispute rapidement des compétitions internationales en Laser et rejoint la Fédération Française de Voile à juste 30 ans comme responsable du sport étude à la Baule. Une structure qui évolue ensuite vers un centre d’entraînement haut niveau, Pôle France Voile, et qu’il dirige jusqu’en 2009.

America's Cup gérard bossé DRSon activité d’encadrement des sportifs d’élite lui donne l’occasion de côtoyer des juges avec qui il collabore et propose de nouvelles manières d’aborder les rapports arbitres-coureurs. Il fait son chemin dans ce milieu, devient juge national puis international en 1989 après plusieurs championnats du monde d’Optimist. Ses multiples qualités et sa clairvoyance lui font très vite gravir les échelons. Il est nommé sur les premières grandes épreuves de match-race où l’arbitrage direct (umpire) devient la règle. Il fait partie de la première promotion d’umpires Internationaux en 1990. La suite de sa carrière est fulgurante : juge aux JO de Barcelone et Atlanta pour le Soling (match-race), puis juge et umpire à San Diego pour l’America’s Cup. Il est présent sur six éditions du prestigieux trophée. On le retrouve également sur la Swedish Match Cup, le Wolrd Match Racing Tour, les RC44, Melges 32 et M32, pour ne citer que ces séries. « Le matchrace est l’expression ultime des règles pour l’exploitation tactique » relève-t-il, lorsqu’on lui demande ce qu’il préfère dans son métier. Même s’il ne cache pas avoir vécu des situations de grosse pression, notamment aux JO de Barcelone lors du premier match des Soling, qui était aussi le premier arbitrage sur l’eau dans le cadre olympique.

Gérard Bossé apprécie le D35 Trophy pour les excellentes relations qui règnent entre arbitres et coureurs. « Le mélange d’amateurs et de professionnels est riche, et le niveau augmente tout le temps. » Du côté de l’organisation, Bertrand Favre apprécie cette collaboration qui dure depuis dix ans. « Quand il est arrivé sur le circuit, Gérard était le seul arbitre de haut niveau, francophone, à pratiquer l’arbitrage direct, souligne le Serie Master des D35. Il est toujours disponible pour les concurrents, que ce soit pour donner des explications sur les décisions prises sur l’eau, ou plus simplement pour donner des conseils sur les règles spécifiques aux D35. »