Gitana Extrême à Venise : veni, vidi, vici

Beaux débuts de reconversion pour le Gitana Team, dont les premiers bords du Gitana Extrême Groupe LCF Rothschild sur l’iShares Cup se sont soldés par une domination de bout en bout à Venise. L’équipage du skipper français Yann Guichard s’est placé parmi les trois premiers dans 12 des 17 manches courues mi-mai dans la célèbre lagune. Ancien directeur du Gitana Team devenu concurrent du circuit sur l’Extreme 40 Renaissance d’Oman Sail, Loïck Peyron leur tire son chapeau : « Gitana a très bien navigué, les garçons se sont montrés très propres dans toutes les phases, notamment dans les départs ». Lui-même troisième juste derrière un BMW Oracle Racing barré par James Spithill, le skipper de La Baule se dit fâché avec les dernières manches en ce début de saison : « A l’avant-dernière manche nous étions devant Oracle mais avons moins bien navigué et ils ont pu nous surclasser, tout comme avec Alinghi au Grand Prix Corum à Genève la semaine précédente en D35*! ». Interrogé sur cette expérience peu banale à quelques encablures de la place St Marc, Loïck Peyron retrouve vite son enthousiasme légendaire : « Nous avons tous été agréablement surpris d’avoir fi nalement toujours un peu d’air, et le coup d’œil sur la cité et le nouvel Arsenal en attendant le vent est loin d’être désagréable. Les autorités locales se sont bien prêtées au jeu en bloquant le trafic lors de nos passages, mais nous étions peut-être encore un peu trop distants du centre pour que le public en profi te vraiment ». Sur un parcours si court et avec seulement quatre équipiers (les Extreme 40 emportent tous un 5e homme invité à chaque manche), ces 40 pieds s’avèrent très exigeants à manœuvrer et leur maîtrise reste très hysique même par petit temps. Les habitués du Décision 35, tels que Loïck ou son équipier Julien Cressant, doivent tout de même se défaire de leurs « mauvaises habitudes » de D35, qui sont des multis beaucoup plus pointus et sensibles : « Dans les départs et les relances, les Extreme 40 sont moins évolutifs » analyse le skipper d’Okalys-Corum et de Renaissance, qui avoue manquer encore un peu de connaissance et s’être fait piéger une ou deux fois : « Il faut être très en avance, par exemple, nous étions tous sur la ligne 3min avant le coup d’envoi ». Le plan d’eau qui attendait la dizaine d’équipages à Hyères, pour la 2e étape du circuit début juillet, était naturellement complètement différent. Les Extreme 40 se rendront ensuite à Cowes (1-3 août), Kiel (28-30 août), Amsterdam (25-27 septembre) et Almeria (10-12 octobre).

Voir les vidéos de Venise et Hyères sur
www.skippers.tv

Tous les résultats sur
www.isharescup.com