Groupe Bel en terres catalanes !

C’est quasiment en voisin que le monocoque 60 pieds Groupe Bel est arrivé jeudi en fin d’après-midi à Barcelone. Parti mercredi soir de Port Camargue, l’équipage composé de Kito de Pavant, Seb Audigane, Yannick Bestaven et Hervé Giorsetti (directeur technique), a bouclé cet ultime convoyage vers Barcelone dans des conditions bien musclées. Groupe Bel amarré aux côtés des 14 autres concurrents de la Barcelona World Race, l’équipe n’a plus qu’une seule chose en tête : le 31 décembre 13 heures !

Il y a des challenges plus difficiles à se lancer que d’autres, il y a des défis relevés qui font plaisir plus que d’autres ! Aujourd’hui, voir Groupe Bel à Barcelone à quinze jours du départ de La Barcelona World Race est une belle satisfaction pour l’ensemble du team. Depuis l’abandon sur La Route du Rhum pour cause d’axe de quille brisé, l’équipe a mis les bouchées doubles ! Tout juste trois mois après l’annonce de l’engagement de Bel sur ce tour du monde en double, on se dit que la voile est plus que jamais une course contre la montre permanente à terre comme en mer…

Mise en jambe sportive

Vers 16h30 jeudi, le sourire des quatre hommes à l’approche du ponton en disait beaucoup. « On y est ! ». Un soulagement certes, mais surtout un bel entraînement. Dix-sept heures de navigation dans  50 noeuds de vent la nuit, mollissant dans la journée, de quoi valider les dernières modifications apportées lors du chantier et de retrouver de belles sensations à la barre, « nous sommes partis mercredi à 23h et autant dire qu’il fallait être motivé ! Il y avait beaucoup de vent, il faisait froid et nous avions organisé une petite soirée avec l’ensemble de l’équipe sans qui nous ne serions sûrement pas à Barcelone aujourd’hui. Nous avons eu jusqu’à 55 nœuds pendant la nuit. Nous étions d’abord sous ORC seul puis au passage des Pyrénées, tandis que le vent baissait, nous avons pu enfin installer la grand voile, ce que nous n’avions pas fait à Port Camargue depuis une semaine à cause du vent ! Cela nous a permis de tester quelques voiles et de valider un certain nombre de choses. Je suis vraiment heureux d’être là, nous avons vraiment été bien entouré ces derniers jours, » expliquait Kito à l’arrivée.

Pour l’équipe technique, il s’agira de peaufiner les derniers détails pour que rien, absolument rien, ne manque aux deux navigateurs pendant leur périple autour du monde. « Pour l’essentiel, il s’agit de finaliser la validation des voiles notamment à l’occasion de la sortie de lundi (20/12) si les conditions le permettent » précise Hervé Giorsetti, directeur technique. Rien n’oublier et tout prévoir, la tâche est de taille…

Naviguer propre et plus léger !

Navigateur bien sûr, il est surtout le créateur de l’hydro générateur qu’embarqueront Kito et Seb sur la course. Naviguer propre et plus léger autour du monde, un bénéfice pour la planète et la performance ! C’est donc tout naturellement qu’ils se sont tournés vers Yannick Bestaven qui a d’ailleurs reçu sur le Salon Nautique de Paris le Prix du Bateau Bleu pour sa belle invention. Sur le principe de la dynamo d’un vélo, une hélice installée au bout d’un bras, immergée dans l’eau permet d’alimenter le bateau en électricité grâce à la vitesse du bateau jusqu’à obtenir une autonomie complète.

Sur Groupe Bel, l’hydro générateur sera couplé à une éolienne et aux panneaux solaires ce qui permettra à l’équipage d’embarquer et donc de consommer deux fois moins de gasoil ! « Tout s’est bien passé, malgré le froid ! L’hydrogénérateur fonctionne bien puisque nous avons fait tout le convoyage sans recharger avec le moteur, cela commence à vraiment être au point. Pour nous, c’est un très bon banc d’essai puisque nous avons 10 bateaux d’équipés sur les 15 engagés. Nous tirerons les conclusions dans trois mois à l’arrivée, » indique Yannick Bestaven, visiblement heureux de ces quelques heures à bord de Groupe Bel.

Une épreuve internationale à la mesure du Groupe Bel

Rarement la capitale catalane n’aura fait autant d’émules. « Tu descends à Barcelone ? » est presque devenu un refrain sur le Salon Nautique ces derniers jours ! Il faut dire que l’épreuve est incontestablement le grand rendez-vous international de la voile en cette fin d’année : 30 marins, 8 nationalités, l’Espagne s’est résolument tournée vers la voile et avec la manière…

Une épreuve quasi sur-mesure pour le Groupe Bel qui rassemble aujourd’hui 11 500 collaborateurs dans une trentaine de pays. Quel meilleur symbole que ce 60 pieds aux couleurs du Groupe qui trois mois durant parcourra plus de 25 000 milles, soit 46 300 km à travers les océans. Quel meilleur moyen de fédérer ses équipes derrière leur bateau, leurs skippers en ce début d’année ? Rappelons que plus de 8000 salariés ont apposé l’empreinte de leur pouce sur le mât de Groupe Bel. On imagine déjà à terre l’effervescence qu’il régnera autour de cette « Barcelona » !

Tous à Barcelone !

Groupe Bel sera bien évidemment présent sur le village de la course pour accueillir le public attendu en masse sur les quais de Barceloneta, ainsi que les salariés espagnols et français du Groupe qui, on en doute pas, soutiendront comme il se doit leur équipage favori. Pour tous les autres, animations, jeux-concours et cartes de suivis ont été mis en place pour qu’aux quatre coins du monde, ce réveillon ait cette année comme un petit goût de Churros et… de Vache qui rit®… Pourquoi pas ?

La Barcelona World Race en bref

Tour du monde en double et sans escale à bord de monocoques de 60 pieds IMOCA
Départ le 31 décembre de Barcelone à 13h00
Deuxième édition de cette épreuve organisée par la FNOB (Fundació per la Navegació Oceànica  Barcelona)
Parcours : 25 000 milles (46 300 kilomètres), passage entre les deux îles de la Nouvelle-Zélande
15 tandems inscrits : 30 marins, 8 nationalités, 3 femmes
Site officiel : www.barcelonaworldrace.org