Groupe Bel

BARCELONA WORLD RACE – J+53

Groupe Bel a quitté la Nouvelle-Zélande dans les temps, le jour des 50 ans de Kito !
La terre a tremblé en Nouvelle-Zélande, à Christchurch dans l’île du Sud. En escale technique à Wellington dans l’île du Nord, les marins de Groupe Bel témoignent de leur soutien au peuple néo-zélandais. Arrivés dimanche soir à 20h13 (HF) pour un arrêt au stand de 48 heures (le minimum imposé), Kito de Pavant et Sébastien Audigane ont réussi leur pari et repris la mer ce mardi soir à 20h13 (HF). Mardi soir pour nous mais déjà mercredi 23 au matin pour la Nouvelle-Zélande (+12h) et pour Kito qui fête ses 50 ans « le 4ème cap de ce tour du monde ! »

Les deux hommes ont pourtant bien failli rester plus longtemps que prévu à terre. Leurs voiles qui étaient parties par avion en réparation à Auckland ont pu bénéficier de l’une des dernières liaisons aériennes entre les deux villes. 



« On ne parlait que de ça ici, des images incroyables tournaient en boucle, c’était vraiment violent, avec de gros dégâts. Tous les néo-zélandais avaient les yeux tournés vers Christchurch. C’est malheureux et je crois qu’il y a également un cyclone qui arrive par le Nord. Ce n’est pas si simple la vie sur terre ! On a eu chaud car nos voiles ont pris le dernier avion entre Auckland et Wellington, on a eu beaucoup de chance. Relativisons sur nos problèmes ! Il y a bien pire autour de nous. » Kito joint 1 heure avant le départ du quai.


Huile de coude et oreiller

S’ils n’ont pas chômé, cette escale avait été bien anticipée et, outre les voiles, une multitude de petits ennuis techniques ont été corrigés durant ces deux jours pendant lesquels le team s’est donné sans compter. Plein de gasoil, avitaillement au top et deux bonnes nuits de sommeil pour les marins, tout est en ordre de marche pour ce nouveau départ. 



« La bonne surprise, c’est qu’il n’y a rien de nouveau, le gréement et la structure sont nickels. Les voiles sont à bord, on a refait les accroches d’hydrogénérateurs, un peu d’avitaillement, de matelotage, d’électronique. Brice est encore en tête de mât pour régler l’aérien qui avait un peu vrillé. On mange mieux à terre et on dort dans un lit douillet mais cela casse le rythme de la mer qu’il va falloir reprendre. On repart serein avec encore deux océans à traverser ! »

Encore du travail sur la planche

Après 50 jours de mer dans le sillage de ce tour du monde, Kito reprend la course pour ses 50 ans et avec Seb, ils ont le mors aux dents à bord d’un bateau à 100% ! Un nouvelle donne pleine de promesses, même si le travail se corse un peu. D’une part, trois concurrents, Renault Z.E Sailing Team, Neutrogena et Mirabaud ont franchi le Détroit de Cook pendant ce temps-là. D’autre part, le compagnon de jeu et d’escale, Estrella Damm, a largué les amarres ce soir. Arrivé à quai une minute après Groupe Bel, il est reparti aussi une minute après. Le bras de fer avec Alex Pella et Pepe Ribes reprend donc de plus « Bel »! Et enfin, la météo augure déjà quelques heures difficiles pour l’entrée dans le Pacifique. 



« C’est un départ au ponton, ça change du départ de Barcelone. C’est assez cocasse comme histoire ! Un anticyclone nous barre la route. Il y a des options assez tranchées, soit on repart plein nord, soit on passe par le sud et ça rallonge la route. L’objectif n°1, c’est Barcelone ! On va tout faire pour y aller le plus vite possible. On fera le bilan là-bas ! L’important c’est de se faire plaisir, passer le Cap Horn, naviguer bien, faire une belle route et continuer la belle aventure ! Mes 50 ans, c’est le 4ème cap de ce tour du monde !!! Je viens de passer 50 années très riches et j’espère que ce n’est pas terminé ! »

CLASSEMENT DU MARDI 22 FEVRIER A 20 HEURES (HF) :

1 – Virbac-Paprec 3 / Jean-Pierre Dick & Loick Peyron à 10 380 milles du but

2 – Mapfre / Iker Martinez & Xabi Fernandez à 51 milles du leader

3 – Renault / Pachi Rivero & Antonio Piris à 738 milles

4 – Neutrogena / Boris Herrmann & Ryan Breymaier à 814 milles

5 – Mirabaud / Dominique Wavre & Michèle Parret à 1025 milles

6 – Groupe Bel / Kito de Pavant & Seb Audigane à 1153 milles

7 – Estrella Damm / Alex Pella & Pepe Ribes à 1153 milles