Hannes Gubler

Monsieur Gubler, qu’est-ce qui vous motive pour vous consacrer avec un tel engagement dans le bénévolat ?
Je n’ai pas tout fait en même temps ! J’ai commencé à régater comme junior sur des dériveurs et plus tard aussi en Star. Comme je ne m’intéressais pas seulement aux règles de course, mais également à la construction et la jauge des Star, je suis entré en contact avec la commission technique de l’USY. A l’époque, la fédération se composait seulement d’un président, d’une secrétaire et de cette commission. Cette structure s’est développée peu à peu et j’ai gravi les échelons en passant par plusieurs commissions jusqu’à devenir président central. Selon les statuts alors en vigueur, j’ai dû céder cette fonction après 4 ans d’exercice à un successeur romand. Du coup, je n’avais plus de mission au sein de la fédération ce qui m’a permis de m’engager plus activement dans la série internationale des Star. Aujourd’hui, je m’occupe surtout de la formation des fonctionnaires chez Swiss Sailing et de la diffusion des règles de course.

Vous participez toujours activement à des régates sur Star. Dans les années 60, vous avez même fait partie de l’équipe nationale. A côte de votre travail d’ingénieur civil, votre famille et les nombreuses activités bénévoles, où avez-vous trouvé le temps pour la voile ?
Ce n’était pas comme aujourd’hui, les temps ont changé. Dans les bureaux où j’ai travaillé, on trouvait encore le temps pour quelques activités bénévoles comme pour les tâches militaires par exemple. On pouvait d’ailleurs même demander à la secrétaire de donner un coup de main. Quant à ma famille, ma femme était pendant de nombreuses années mon équipière en Star et elle m’a même suivi lors de déplacement sà l’étranger.

En parlant de la voile, quels sont vos meilleurs souvenirs ?
Avant tout mes expériences en tant que régatier actif, à savoir ma participation aux championnats du monde ou d’Europe et aux grands championnats dans notre district de Star. En tant que fonctionnaire, les Jeux Olympiques sur le lac d’Ontario au Canada ont certainement été un des points fort. J’y étais présent comme responsable de délégation des navigateurs suisses. Les tâches effectuées pour la fédération, comme l’élaboration de ce manuel, ou des documents de travail pour la formation des arbitres et présidents de comité de course, m’ont toujours fait plaisir, mais elles s’inscrivent plutôt dans une démarche d’accomplissent d’un engagement.

Avez-vous déjà songé à vous retirer de toutes vos activités pour vous consacrer uniquement à la voile ?
Non, je suis beaucoup trop normal pour échapper ainsi à ma vie de citoyen.