Hostilités Pacifique

– Virbac-Paprec 3 à 760 milles du cap Horn
– ETA au cap Horn : jeudi en milieu de matinée
– 19 milles entre Renault ZE et Neutrogena à la lutte pour la 3è place
– Forum Maritim Catala en escale à Wellington jusqu’à jeudi 9h35

Forum Maritim Catala © Chris Cameron / DPPI / Barcelona World Race

Changement de rythme, nouveau décor sur les eaux du Pacifique Sud qui montrent leur plus mauvais visage au passage d’un train de dépressions. Confrontée à des conditions musclées, la flotte de la Barcelona World Race goûte, en ce 60è jour de course, aux difficultés de la navigation dans des conditions extrêmes. En tête, Virbac-Paprec 3, pointé à 760 milles du rocher mythique au dernier classement, affiche une avance de 79 milles sur MAPFRE. Derrière, dans des vents de 25-30 nœuds établis, Neutrogena et Renault ZE livrent toujours une lutte d’une haute intensité pour la 3è place. En mer de Tasmanie aussi, après les calmes d’hier, les latitudes australes se montrent fidèles à leur réputation, et soudain de bien tempétueuse humeur…

Des dépressions, en veux-tu, en voilà ! Un coup de baston en mer de Tasmanie où progresse la queue de flotte, une belle accélération pour le petit groupe du milieu de flotte, ou encore un slalom entre deux virulents systèmes en tête : le moins que l’on puisse dire, c’est que le Pacifique Sud ne fait pas dans la demi-mesure. Il se plaît, aujourd’hui, à montrer de quels vents il se chauffe quand il se met en colère.

Atu… le retour !

Au chapitre de la météo, il faut en effet comprendre que le petit groupe lancé aux trousses des leaders évolue aujourd’hui sur la bordure nord d’une dépression très creuse qui répond au petit nom… d’Atu ! Difficile d’oublier la vigueur de cette dépression d’origine tropicale, qui a déjà fortement malmené le week-end dernier Groupe Bel, Estrella Damm, Hugo Boss et Gaes Centros Auditivos. Après avoir déserté la place, et s’être régénéré au passage sous les latitudes froides du continent Antarctique, ce système très actif est de retour sur le devant de la scène Pacifique. Il profite notamment de l’affaissement de l’anticyclone, qui constituait au milieu du Pacifique une solide structure de blocage, pour réapparaître et monter dans le train de dépressions en marche dans les Cinquantièmes.

Casques et tenues de combat

Voilà pour le décor de ce 60è jour de course marqué sous le signe et le sceau des vents soutenus d’ouest-nord-ouest, des claques et des rafales à 40 nœuds et plus. À bord de Gaes Centros Auditivos, Groupe Bel, les casques et les tenues de combat sont de sortie ce mardi pour tirer le meilleur de ces conditions extrêmes et gagner sur la route qui mène au Horn. Sous la grisaille persistante de ces latitudes hostiles, les speedos n’en reprennent donc pas moins des couleurs, comme en témoignent les plus de 400 milles parcourus sur les dernières 24 heures par Groupe Bel, Estrella Damm ou encore Neutrogena.

Un Horn certifié conforme

En tête et par 54° Sud, ce mardi après-midi, Vibac-Paprec 3, après avoir avalé les milles au passage d’une dépression, progresse dans des vents d’ouest d’une vingtaine de nœuds. Avec un retard de 79 milles, la paire espagnole de MAPFRE, qui a connu son lot de difficultés sur une route légèrement décalée au sud avec son cortège de grains et de vents instables, met désormais de l’est dans sa trajectoire. Il s’agit en effet de se recaler avant l’arrivée annoncée de la dépression Atu qui poursuit, dans les prochaines 36 heures, sa marche en direction du cap Horn. Une course-poursuite est engagée avec ce système très musclé. De quoi augurer un passage aux abords du garde-frontière entre les eaux du Pacifique et l’Atlantique dans des conditions qui en font toute sa légende. Le Horn sera certifié conforme.

En mer de Tasmanie aussi

En queue de flotte, Gerard Marin et Ludovic Aglaor, à bord de Forum Maritim Catala, ont rejoint Wellington à 9h35 ce matin. C’est parti pour une escale technique de 48 heures dans le port de la capitale néo-zélandaises. Dans l’ouest de l’île du Sud, les conditions se sont aussi très nettement détériorées depuis hier. Après les calmes, place à la tempête avec 30 bons nœuds établis. Décidément, aujourd’hui mardi, dans les contrées pacifiques, les dépressions sont de sortie !

Classement du 1er Mars à 15 heures (TU+1) :

1 VIRBAC-PAPREC 3 à 7642,7 milles de l’arrivée

2 MAPFRE à 77,8 milles du leader

3 RENAULT ZE à 1411,2 milles

4 NEUTROGENA à 1430,1milles

5 MIRABAUD à 1596,6 milles

6 GROUPE BEL à 1887,3 milles

7 ESTELLA DAMM à 1957,1 milles

8 HUGO BOSS à 2308,1 milles

9 GAES CENTROS AUDITIVOS à 2444,3 milles

10 FORUM MARITIM CATALA à 3907,7 milles

11 CENTRAL LECHERA ASTURIANA à 4236,1 milles

12 WE ARE WATER à 4859,5 milles

ABD FONCIA

ABD PRESIDENT

Ils ont dit

Xabi Fernandez (ESP), MAPFRE : « Ces dernières 24 heures sont un peu compliquées avec beaucoup de rafales, les unes derrière les autres. Il était impossible de se reposer. Au final, nous avons trouvé une zone avec moins de vent que prévu et nous perdons des milles. C’est ainsi. La stratégie est d’aller le plus vite possible. Je pense que moi et Iker l’avons déjà dit dans quelques occasions. Nous devons sortir d’ici. Nous avons eu un Pacifique sensationnel avec du vent de face et de travers. Nous avons littéralement volé sur l’eau. Avec Iker, nous nous entendons très bien. Nous naviguons ensemble depuis l’âge de 11 ans même si nous avons eu des hauts et des bas. Avant de partir nous avons beaucoup parlé. Nous n’avons rencontré aucun problème en deux mois. »

Jean-Pierre Dick, Virbac-Paprec 3 : « Nous naviguons au grand portant avec beaucoup de voiles. C’est chaud, car le vent est très instable en force. Il y a toujours un de nous deux sur le pont malgré le froid. Ca pique ! Nous portons 3 couches de polaires et une combinaison sèche en permanence. Nous avons bien navigué ces dernières 48h, nous avons eu plus de vent et avons creusé avec MAPFRE. C’est une bonne chose ! »

Dominique Wavre, Mirabaud :« On attend pour demain une grosse dépression, et nous allons devoir nous mettre en mode conservatif pour ne pas casser de matériel. Nous attendons une ou deux tempêtes entre maintenant et le cap Horn et cela va être délicat à négocier mais on va tout faire pour attaquer le podium. On vient de faire un surf à 22 -23 nœuds. On est de nuit, le vent est en train d’adonner, nous remontons vers le nord pour attendre une bascule de vent et replonger vers le sud dans l’arrière d’une dépression importante en direction du cap Horn. C’est un moment tactique »

Pepe Ribes (ESP), Estrella Damm :« Nous venons de passer la porte des glaces Ouest. Nous avons navigué au portant toute la journée dans un vent compris entre 25 et 30 nœuds et, en ce moment, il se calme. Nous espérons qu’il change dans les prochaines heures pour nous permettre d’aller directement à la porte suivante. Nous sommes dans le bon tempo par rapport à Groupe Bel qui est maintenant notre bateau de référence avec, pour objectif, de reprendre les milles qu’ils nous ont mis. »