J-2 : dans les starting-block

Ils sont une vingtaine aujourd’hui à s’activer à la SNT et ils seront plus de 150 bénévoles sur l’eau à partir de vendredi pour ‘encadrer’ les presque 500 bateaux du Spi Ouest France-Intermarché. Une machine bien rodée qui fait ses preuves à chaque édition de ces quatre jours de régates du plus grand rassemblement européen de bateaux habitables.

 

Tout est prêt

C’est la dernière ligne droite avant le jour J, jeudi, quand le Spi Ouest France-Intermarché lèvera le rideau sur sa 33ème édition qui promet d’être un beau millésime. «Tout est prêt pour accueillir le Spi Ouest France-Intermarché 2011 » se réjouit Régine Ermel, la directrice des relations publiques de Ouest France qui est aux chevets de l’événement depuis 1982. Avec un tel concentré d’expérience, il n’y a, bien évidemment, pas de place pour l’improvisation sur l’épreuve, mais il existe toutefois une inconnue : la météo.

Si la plupart des skippers engagés commencent tout juste à jeter un œil sur les conditions qui règneront en baie de Quiberon lors de ce week-end pascal, à la SNT, on sort les fichiers. Gilles Bricout, le ‘Bosco’ de la société nautique nous promet un beau week-end : «Les vents semblent se stabiliser au Sud Est, pour 10 à 15 nœuds, mais ça peut bouger encore parce qu’il y a quelques foyers orageux dans le Golfe de Gascogne. Normalement, ‘notre’ baie de Quiberon devrait nous protéger en écartant les nuages et les ondées… On aura de belles journées » foi de Trinitain.

Un berceau nautique

La baie de Quiberon est, pour beaucoup de navigateurs, le plan d’eau sur lequel ils se sont initiés à la régate et, ‘Le Spi’, la première grande épreuve à laquelle ils ont participé. Les fidèles du premier rendez-vous de la saison sont nombreux et toujours heureux de retrouver les pontons de La Trinité. Parmi eux, Alain Gautier et Jimmy Pahun qui étaient déjà là, et ensemble, pour le premier Spi en 1978. «C’est le berceau de ma jeunesse nautique » explique Alain Gautier, «je n’ai que de bons souvenirs ici. C’est toujours un immense plaisir de participer à cet événement, tant pour naviguer en baie de Quiberon que pour l’ambiance à terre. Je ne sais plus combien j’ai fait de Spi, ni même combien j’en ai gagné, peut-être cinq ou six ? J’ai remporté les éditions 2009 et 2010 en Classe 6,50 et, avant, je sais que nous avions également fait premiers, une fois avec Jimmy et une fois avec Jean Pierre Dick».

Pour cette édition du Spi Ouest France-Intermarché, Alain Gautier courra en Open 7,50 sur P’tite Plume. Quant à Jimmy Pahun, toujours à la poursuite de son 11ème titre, c’est avec le M34 ‘Ile de France Anke’ qu’il se mesurera à des adversaires de poids. «Alain et moi avions 16 ans pour notre premier Spi» se souvient Jimmy. «Maintenant on en a 49, Alain est plus vieux d’une semaine. A l’époque, nous étions loin d’imaginer que nous aurions une si belle vie » confie le marin de Port Louis. Avec son M34 tout juste mis à l’eau, Jimmy ne cache pas qu’il sera très prudent sur les régates. En effet, le skipper se remet à peine d’une blessure à la clavicule et préfère se ménager, à fortiori quand ses concurrents s’appellent Cammas, Pacé, Troussel… «C’est une chance d’avoir un tel plateau, on a quand même un vainqueur du Rhum, un vainqueur de l’America et un double vainqueur du Figaro !». A noter parmi les 12 équipages inscrits, la présence d’Oman Sail engagé pour la première fois sur le Spi Ouest France-Intermarché et mené par le Rochelais Cédric Pouligny. La formation de l’équipage Oman Sail sélectionné pour l’épreuve trinitaine, qui sera également celle du Tour, compte six Omanais dont trois étaient présents sur le Tour 2010 alors qu’ils avaient marqué les esprits en remportant une brillante 5ème place devant certains gros bras de l’épreuve.

Un beau plateau en effet pour ce Spi Ouest France-Intermarché avec près de 500 inscrits et qui, pour la première fois de son histoire, accueillera sa plus importante flotte de monotypes, les J80 qui sont 106 inscrits. Le J80 fera ainsi partie des stars sur l’un des événements phares de la Coupe de France de la discipline. En 2010, sur Atlantis Nantes St Nazaire, Laurent Sambron et son équipe avaient emporté la victoire, ils reviennent défendre leur titre.

«Un Spi, ça se gagne jusqu’au bout. Celui qui gagne, est celui qui fait le moins de bêtises, sans forcément signer la régate parfaite. Celle-là est rare, précieuse, on la réussit une fois sur cent» ajoute l’indicible Jimmy en guise de conclusion.