Journée difficile pour les Français

10 mars 2010, Auckland – Conditions idéales pour ce deuxième jour de régate, mais manque de réussite française. All4One perd face à TeamOrigin ; Aleph échoue face à Artemis.

Le soleil a brillé toute la journée, le vent est monté jusqu’à quinze nœuds et on a pu assister à des matchs spectaculaires, mais la réussite n’était pas au rendez-vous pour les Français du Louis Vuitton Trophy.

All4One échoue lors du premier match de la journée contre TeamOrigin. L’équipe franco-allemande n’a pas pu faire grand-chose contre l’excellent départ du barreur britannique Ben Ainslie.

Du spectacle, ensuite, avec la très belle prestation des Italiens de ML Audi Team contre les stars locales d’Emirates Team New Zealand. Mais c’était avant que l’équipage de Dean Barker ne les dépasse de nouveau et que le point de drisse de leur génois ne casse, détruisant les chances de victoire italienne.

Du spectacle, encore, avec le troisième match couru dans une brise plus établie et remporté avec brio par Azzurra. Hier, l’équipage de Francesco Bruni avait gagné contre TeamOrigin. Déjà vainqueur à Nice, il démarre donc l’épreuve en beauté. 


Et c’est sur la défaite de l’équipe française Aleph que s’est conclue la journée. Dans une brise désormais bien établie, Bertrand Pacé et ses hommes n’ont pas réussi à s’imposer face à Artemis.



1e course: TeamOrigin bat All4One, 01:33
Sept à huit nœuds de vent. Départ magistral pour TeamOrigin, skippé et barré par Ben Ainslie, qui s’élance à droite de la ligne avec 16 mètres d’avance. A la barre d’All4One, Seb Col vire et part à gauche derrière les Anglais. Dans le vent variable, Ainslie prend 70 mètres d’avance dès le premier croisement. Même si les Franco-Allemands lui reprennent quelques mètres à la faveur d’une belle manœuvre à la bouée au vent, ils perdent une nouvelle minute sur le dernier bord.

2e course: Emirates Team New Zealand bat ML Audi Team, 04:43
Dix nœuds de vent. Gavin Brady, le skipper kiwi de ML Audi Team, s’est vaillamment battu contre les locaux d’ETNZ à la faveur d’un départ tribord. Au premier croisement, Brady devance Barker d’une longueur. L’équipe italienne exploite la droite du plan d’eau et devance les Kiwis de 22 secondes au passage de la bouée au vent. Au vent arrière, Barker passe à l’attaque, revient à huit secondes de ML Audi Team à la porte sous le vent et part à droite. Deux virements plus tard, le point de drisse du bateau italien casse et toute chance de victoire s’envole pour Brady et ses hommes.

3e course: Azzurra bat Synergy Russian Sailing Team, 00:41
Onze à douze nœuds de vent. Barré par Karol Jablonski, le bateau russe force Francesco Bruni – Azzurra – à se décaler immédiatement après le départ. Jablonski réussit à maintenir une longueur d’avance avant que Bruni ne vire. Bataille de virements. Les Italiens gagnent un à deux mètres à chaque virement. Au moment où Jablonski vire pour la dixième fois, Bruni prend la tête et pousse les Russes hors de la layline. Même si ces derniers restent proches, la jeune équipe italienne creuse son avance à chaque bord.

4e course: Artemis bat Aleph, 01:22

Dix à quinze nœuds de vent. Alpeh, skippé et barré par Bertrand Pacé, perd 50 mètres dès le départ et c’était toute l’avance dont l’équipage suédois d’Artemis avait besoin pour dominer le dernier match de la journée. Une mauvaise estimation du temps et de la distance en phase de pré-départ pénalise donc le bateau français. Terry Hutchinson, le barreur d’Artemis, garde le contrôle pendant toute la manche.

Classement provisoire après le Flight 2

EMIRATES TEAM NEW ZEALAND – 2
AZZURRA – 2
TEAMORIGIN – 1
ARTEMIS – 1
ALL4ONE – 1
ALEPH SAILING TEAM – 1
MASCALZONE LATINO AUDI TEAM – 0
SYNERGY RUSSIAN SAILING TEAM – 0

B-Sport Sailing (103.0 FM) assure de nouveau une couverture quotidienne directe de la course depuis le plan d’eau. Chaque soir et pendant les sept jours des Round Robin, TVNZ diffuse un reportage dans son journal des sports. A partir du 16 mars, pendant les manches éliminatoires, la chaine publique diffuse un rapport nocturne d’une demi-heure. Pour les finales, les 20 et 21 mars, une couverture en direct des courses est assurée de midi à 16 heures (heures locales).