Kiwis, Italiens et Franco-Allemands chassent les Suédois

C’est Artemis qui mène devant Emirates Team New Zealand, Mascalzone Latino et All4One. Pourtant, aujourd’hui, l’équipe suédoise a vécu sa première défaite face aux hommes de Mascalzone Latino. A bord du bateau barré par Gavin Brady, un Français : Thierry Fouchier, trimmer. « C’était une belle manche avec deux équipes très performantes. Point positif : nous avons réussi à gagner le départ. Deuxième point important, on fait une super manœuvre à la première bouée au vent alors qu’ils éclatent leur spi. »

Fouchier est le seul Français de cet équipage international. Alors, à bord, quelle ambiance ? « Il y a un bon mixte entre les Anglo-Saxons, les Italiens et moi. Chacun a sa place et tout le monde peut s’exprimer. Et c’est vraiment une équipe solide : ils ont fait la finale à Auckland et ne sont pas là par hasard ! J’ai eu la chance de pouvoir les rejoindre ici et j’en suis plutôt satisfait. »

Quant à l’équipage français d’ALEPH, il a disputé deux matchs aujourd’hui. Malgré deux défaites face à Emirates Team New Zealand et Synergy, le tacticien Fred Guilmin explique que « le bilan est positif. L’équipe sort d’une manche qui ne s’est pas bien passée avec Azzurra et nous avions besoin de reprendre confiance. Et face au Néo-Zélandais Dean Barker, ça a été le cas parce que nous étions au contact. Nous n’avons pas l’impression d’avoir mal navigué, au contraire. » Et Guilmin d’ajouter : « On repart le couteau entre les dents ! »

Classement provisoire

=1.  Artemis, 4-1, 4 points
=1.  Emirates Team New Zealand, 4-1, 4 points
=3.  Mascalzone Latino Audi Team, 4-1, 3 points *
=3.  All4One, 3-3, 3 points
=3.  Synergy Russian Sailing Team, 3-3, 3 points
=3.  TEAMORIGIN, 3-3, 3 points
= 7.  Azzurra, 2-3, 2 points
= 7.  Luna Rossa, 2-5, 2 points
– 9.  BMW Oracle Racing Team, 1-4, 1 point
-10.  ALEPH Sailing Team, 2-4, -2 points *

  *  Pénalité déduite par le jury/Umpires

Flight 16, Match 2 : Emirates Team New Zealand bat Azzurra, 00:13
Le barreur d’Azzurra Francesco Bruni prend un excellent départ, bien lancé à la bouée. ETNZ doit virer pour s’écarter. Bruni mène sur le premier bord, mais les Italiens virent trop tôt avant la marque au vent et ETNZ, tribord amure, glisse devant. Un retour de situation en faveur des Kiwis, qui mènent ensuite jusqu’à l’arrivée.

Flight 6, Match 1 : Emirates Team New Zealand bat ALEPH, 00:29
La première manche, dominée par ETNZ, est annulée à cause d’un mauvais positionnement de la marque au vent. Le deuxième départ ressemble au premier : long bord tribord amure, ALEPH quelques mètres devant Team New Zealand. Mais les Kiwis, prioritaires, poussent les Français au dessus de la marque au vent. Ils gardent la tête jusqu’à l’arrivée.

Flight 15, Match 2 : TEAMORIGIN bat Synergy, 00:06

TEAMORIGIN au milieu de la ligne, Synergy proche du bateau comité. Les Russes virent pour s’écarter après deux minutes. Ils mènent à l’approche de la lay-line tribord, mais Ben Ainslie passe devant à la faveur d’une bascule à gauche. Les bateaux choisissent les marques opposées à la porte sous le vent. Les Britanniques perdent de précieuses secondes à l’affalage, mais conservent la tête. Karol Jablonski se bat sur le deuxième bord de près et talonne TEAMORIGIN… Mais pas suffisamment pour leur prendre la victoire.  

Flight 14, Match 1 : Mascalzone Latino Audi bat Artemis, 00:46

C’est Gavin Brady, le skipper kiwi de Mascalzone, qui inflige sa première défaite aux Suédois d’Artemis, jusque là invaincus. Brady, excellent, bloque Terry Hutchinson avant le départ. Mascalzone prend immédiatement la tête. Le bateau italien est 22 secondes devant Artemis à la bouée au vent. La brise forcit – 20 nœuds – quand les Suédois explosent leur spi sur le premier bord de portant. Mascalzone s’échappe et coupe finalement la ligne 270 mètres devant Paul Cayard et Terry Hutchinson.

Flight 16, Match 1 : Synergy bat ALEPH, 00:33

Karol Jablonski gagne le départ en virant au bon moment et en lançant Synergy sur la ligne, tandis que Bertrand Pacé suit lentement. Synergy croise devant les Français. ALEPH le talonne à la bouée au vent mais Jablonski est tribord amure et enroule la marque avec neuf secondes d’avance. Il contrôle le reste de la course.

Flight 22, Match 1 : Luna Rossa bat BMW Oracle Racing, 00:22
Une victoire italienne remportée haut la main. Les deux bateaux partent chacun de leur côté, Luna Rossa sous le bateau comité. De l’autre côté de la ligne, au niveau de la bouée, James Spithill et BMW Oracle partent lancés mais leur avance ne dure que quelques secondes. Le bateau italien barré par Ed Baird profite d’une bonne brise et croise devant les Américains. Lesquels s’accrochent, mais ne reviendront pas.