l’Hydroptère.ch mis à l’eau

Baptisé le 23 août dernier à sa sortie de chantier par son parrain Patrick Aebsicher,
l’Hydroptère.ch vient d’être mis à l’eau à Saint-Sulpice (Suisse).
Alain Thébault et Jean-Mathieu Bourgeon, entourés de leurs partenaires principaux, le
banquier privé Thierry Lombard, Associé-gérant de Lombard Odier Darier Hentsch &
Cie, Philippe Merk, Directeur Général de la Manufacture horlogère Audemars Piguet, et
de leur conseiller scientifique officiel, l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne
représentée par Patrick Aebischer, son Président, ont assisté avec beaucoup d’émotion
à la mise à l’eau de leur nouveau prototype.
Heliporté depuis le chantier Décision SA, l’Hydroptère.ch a survolé rapidement les
quelques kilomètres le séparant du lac Léman pour être déposé sur l’eau au large du
débarcadère de Saint-Sulpice.
A la différence de son grand frère l’Hydroptère, le trimaran volant détenteur du double
record mondial de vitesse à la voile, l’Hydroptère.ch est un catamaran. Construit sur
le même principe de bateau à foils, l’Hydroptère.ch est équipé d’un coqueron central
structurel surélevé, d’ensembles arrière relevables, d’un système de réglage des foils
pointu et de carènes planantes mobiles.
Un système de mesures embarqué très sophistiqué a été développé et mis en place
afin de collecter toutes les données nécessaires au développement de l’Hydroptère
maxi.
l’Hydroptère.ch est le fruit d’une collaboration étroite entre marins, ingénieurs et
techniciens, mais aussi de l’implication des Papés, les huit ingénieurs retraités de
l’aéronautique qui soutiennent le projet depuis ses débuts, des chantiers Décision SA
et B&B, des bureaux d’études HDS et MSE et des professeurs et étudiants des cinq
laboratoires de l’EPFL qui collaborent au projet depuis 2006.
Des intervenants d’exception, aussi qualifiés que passionnés, qui ont su combiner des
technologies de pointe pour donner vie au projet.