La manche d’entraînement de Cartagène pour Bribón

Une vieille superstition française veut que remporter la manche d’entraînement porte malheur. Cela n’a pas empêché Thierry Peponnet, le barreur de Bribón, de couper la ligne d’arrivée cet après-midi dans la baie de Cartagena après avoir mené le bal de bout en bout. Une belle entame pour l’équipage espagnol, tenant du titre ici l’année dernière, même si cette régate est sans influence sur le classement. Dès demain mardi, ce sera du sérieux pour les dix TP 52 qui disputeront les trois premières manches du Trophée Caja Mediterráneo Région de Murcie.

La météo prévoyait un bon medium de sud-est pour l’après-midi. Finalement, le vent est resté timide (une dizaine de nœuds) et il a soufflé de secteur… sud-ouest,  preuve que ce plan d’eau, théâtre des dernières opérations de la saison Audi MedCup, est aussi imprévisible que ce que les marins veulent bien le dire.

Après deux exercices de départ, le parcours banane (deux tours) a été lancé à 13h38 très exactement. Les Portugais de Bigamist sont rappelé à l’ordre pour avoir franchi la ligne trop tôt tandis que Bribón s’élance avec du vent frais côté bouée, imité par  les Russes de Synergy et Emirates Team New Zealand. Un petit chassé-croisé bâbord tribord entre ces deux derniers bateaux, impliquant également les Suédois d’Artemis va couter assez cher à Vasco Vascotto ( à la barre du TP 52 suédois pour cette dernière épreuve) et son tacticien Paul Cayard qui ne dérogeront jamais de la 4e place.

Cette manche d’entraînement s’est jouée non seulement sur la qualité du départ, mais aussi sur le choix du côté du parcours. Avec un vent légèrement plus soutenu au large et des oscillations favorables, il fallait rester sur la gauche du plan d’eau pour briller à l’arrivée. C’est ce qu’on réussi à faire les hommes de Thierry Peponnet. En tête à la marque au vent, ils n’ont jamais été inquiétés par leurs poursuivants jusqu’à la ligne d’arrivée. Même régularité pour Dean Barker et son groupe. Les leaders du classement général provisoire ont en effet passé toutes les marques en deuxième position jusqu’au finish. De fait, la hiérarchie a assez peu évolué au cours de ce parcours banane de 7,6 milles. Seuls les Russes de Synergy font une belle remontée après le premier bord de portant, à l’inverse des Portugais de Bigamist qui vont perdre du terrain à l’issue d’un premier mauvais bord de spi.

Demain mardi, les choses sérieuses commencent pour les TP 52 qui disputeront trois manches dès 13 heures. Les six GP 42 auront droit quant à eux à leur journée d’entraînement.

Ils ont dit :

Thierry Peponnet, barreur de Bribón, vainqueur de la manche d’entraînement :
« Content, oui mais ce n’est que la manche d’entraînement… on a quand même coupé la ligne d’arrivée. Ross MacDonald a été très bon tactiquement, il a tout bien exploité. On a toujours navigué avec un nœud de pression de plus que tout le monde. On a fait un bon départ à gauche, une bonne exploitation du vent et il y a avait apparemment plus de pression au large, à l’extérieur de la baie. Même avec du clapot, on était bien en vitesse… je ne sais pas si ça présage de bonnes choses pour la suite, je vous dirais ça dans quelques jours… »

Dean Barker (NZL), barreur d’Emirates Team New Zealand :
« On se souvient de l’année dernière que c’est un plan d’eau piégeux et on en a eu la preuve aujourd’hui. Il n’y pas vraiment de schéma préétabli pour comprendre ce qui se passe. Il n’y a jamais eu un moment tranquille à bord. C’était oscillant, avec des risée et il était difficile d’être régulier donc, dans ce contexte, nous sommes satisfaits de notre prestation aujourd’hui. Ca va être une de ces semaines où il sera très difficile d’être régulier. Donc, toutes les manches dans les trois premiers seront des bonnes manches. »

Grant Dalton (NZL) pied de mât et patron d’ Emirates Team New Zealand:
« Cette semaine, nous allons aborder ça comme n’importe quelle régate. Nous ne nous sommes pas fixé de stratégie, nous allons régater normalement. Aujourd’hui, nous avions une vitesse correcte, même dans ce contexte de vent capricieux »
En ce qui concerne le programme de l’année prochaine avec l’arrivée des Louis Vuitton Series : « Les actionnaires principaux des Louis Vuitton Series, à savoir Artemis, Synergy et nous mêmes sommes tous en TP 52. Donc nous voulons être présents l’année prochaine. Nous avons parler avec l’organisation, regardé le calendrier et fait en sorte qu’il n’y ait pas de clash entre les épreuves. Avec deux RC 44, l’Audi MedCup et les Louis Vuitton Series… nous avons des projets majeurs pour l’année prochaine. »

Paul Cayard (USA), tacticien d’Artemis (SWE) :
« Peu après le départ, Emirates Team New Zealand a viré, nous avons viré dessous mais nous n’avions pas vu Synergy qui arrivait tribord. Je pensais qu’ils étaient derrière nous. Donc, nous nous sommes retrouvés dans une situation délicate, ce n’était pas génial. Sinon, le vent n’est pas évident à appréhender, très instable et il y a du clapot donc c’est difficile de rester rapide tout le temps et c’est difficile tactiquement car les oscillations sont si rapides qu’on ne sait pas s’il faut les jouer ou non. »

Circuit Audi MedCup 2009
Trophée Caja Mediterráneo Région de Murcie

TP52 Series
Manche d’entraînement
1. Bribón (ESP)
2. Emirates Team New Zealand (NZL), +01:33
3. Synergy (RUS), +01:40
4. Artemis (SWE), +02:16
5. Quantum Racing (USA), +02:20

Circuit Audi MedCup 2009
Classement général (4 étapes)

TP52 Series
1. Emirates Team New Zealand (NZL), 38+27,5+28+25= 118,5 points
2. Matador (ARG), 36+47,5+42,5+44,5= 170,5 points
3. Quantum Racing (USA), 40+41,5+65+29= 175,5 points
4. Artemis (SWE), 37+62,5+49,5+26,5= 175,5 points
5. Bigamist (POR), 46+55,5+57+30,5= 189 points
…    

GP42 Series
1. Islas Canarias Puerto Calero (ESP), 20+23+23+16= 82 points
2. Roma (ITA), 22+17+30+13= 82 points
3. Caser-Endesa (ESP), 33+27+26+13= 99 points
4. Airis (ITA), 21+38+28+25= 112 points
5. Turismo Madrid (ESP), 35+35+43+23= 136 points