La pression monte en Murcie

L’avant-dernière épreuve du Circuit Audi MedCup 2010, le Trophée Caja Mediterráneo Région de Murcie, débutera dans tout juste une semaine à Carthagène et réunira les onze TP52 et les cinq GP42. L’équipe logistique de l’événement est d’ores et déjà sur place pour monter les infrastructures avant l’ouverture du Village Public dès samedi et veiller à ce que tout soit prêt pour un nouveau succès dans la ville espagnole.

Ce retour à Carthagène pour la troisième année consécutive est attendu avec joie par les équipages et par les organisateurs, non seulement pour les conditions de navigation mémorables rencontrées l’année dernière, où la forte houle et les vents soutenus l’après-midi avaient offert quelques-unes des plus belles images de la saison, mais aussi pour l’accueil et l’enthousiasme de cette ville historique.

Le Village Public du Circuit Audi MedCup sera ouvert gratuitement aux visiteurs à partir de samedi 21 août. Les TP52 commenceront à régater mardi avec la manche d’entraînement officielle et poursuivront la semaine avec les manches comptabilisées. Les GP42 entreront en scène mercredi avec leur manche d’entraînement. Le Parcours Côtier des TP52 est quant à lui prévu vendredi 27.

Comme toujours, Carthagène réserve au public un programme d’animations très complet. Le Trophée Caja Mediterráneo Région de Murcie sera au coeur d’un festival d’une semaine proposant notamment des parades historiques entre Romains et Carthaginois, un championnat régional junior d’Optimist (du 23 au 25), un salon de la moto samedi 28 et un spectacle aérien le dernier jour de l’épreuve, dimanche 29.

Défier la régularité néo-zélandaise
Au cours de l’histoire, la ville espagnole et ses villages voisins ont connu de nombreux conflits. L’importance stratégique de sa situation géographique aux portes de la Méditerranée, et ses nombreux minerais, ont valu à la région de Carthagène de grandes batailles sur terre comme sur mer. Dans un tout autre style, les champions en titre de l’Audi MedCup, Emirates Team New Zealand (NZL), devront eux aussi résister aux attaques de leurs concurrents en TP52 Series pour protéger leur position et tenter d’augmenter leur avance au classement.

Si les champions 2009 terminaient leur semaine en Murcie avec le même avantage de 28,5 points, ils seraient bien sûr en bonne position pour remporter un nouveau titre. Mais ils savent aussi que cette avance en apparence confortable, peut être réduite à néant après une seule mauvaise journée, d’autant que leurs principaux adversaires Quantum Racing (USA) et Artemis (SWE) sont plus réguliers et ont chacun gagné une épreuve cette saison.

Les changements d’équipiers seront peu nombreux dans cette quatrième régate. On notera toutefois le retour du Français Philippe Mourniac au poste de navigateur sur le TP52 franco-allemand Audi A1 powered by ALL4ONE qui après un résultat très décevant à Barcelone aura à coeur de briller sur le plan d’eau carthagenois. Notons aussi que si l’équipage reste inchangé chez les Italiens de Luna Rossa, le barreur Lorenzo Bressani (ITA) abordera l’épreuve en Murcie tout juste auréolé d’un titre de champion du monde de Melges 24.

GP42 Series : plus serré que jamais
Après sa victoire à Barcelone, sa première de la saison, Madrid – Caser Seguros (ESP) s’est hissé en tête du classement général des GP42, mais l’équipe espagnole est à égalité de points avec son compatriote Islas Canarias – Puerto Calero, champion en titre de l’Audi MedCup. Leur skipper et tacticien, Jose María Van der Ploeg (ESP), blessé lors de la dernière épreuve, sera de retour à bord la semaine prochaine.

Carthagène n’a pas laissé que des bons souvenirs au barreur de Madrid – Caser Seguros, Paolo Cian (ITA). C’est là qu’il a perdu le titre 2009 au profit d’Islas Canarias, alors qu’il courait pour l’équipe italienne Roma. Mais Madrid – Caser Seguros est au meilleur de sa forme actuellement. Après six manches gagnées sur neuf courues à Barcelone, elle est sans conteste l’équipe à battre pour le Trophée Caja Mediterráneo Région de Murcie.

Ils ont dit :

Ed Reynolds (USA), project manager de Quantum Racing (USA) :
« ETNZ est effectivement plus vulnérable que l’année dernière, mais ils font quand même leur boulot et évitant les contre-performances et en restant réguliers. Il reste plus de 200 points à distribuer cette saison, donc rien n’est joué ».
« Barcelone est une épreuve qui nous a un peu échappé »
« C’est nous qui avons remporté le plus grand nombre de manches jusqu’à maintenant, donc cela prouve que nous marchons bien. Mais nous avons aussi eu quelques contre-performances qui nous ont empêchés de serrer les Kiwis au classement ».

Ray Davies (NZL), tacticien d’Emirates Team New Zealand (NZL) :
« Nous devons continuer de donner le maximum et de chercher à nous améliorer dans tous les domaines. Cela a toujours été la philosophie de ETNZ. Si vous arrêtez de progresser, vous vous retrouvez derrière. Ce n’est pas facile de rester sur la pente ascendante, mais c’est notre objectif. Il vaut mieux faire de petits gains dans tous les domaines que de chercher le gros point gagnant ».
« Le niveau de la flotte n’a jamais été aussi haut. La principale raison est qu’il est assez facile de copier les autres et de rattraper, mais il est plus dur de toujours s’améliorer. Je crois que si nous avions construit un nouveau bateau, nous aurions encore faire un bond en avant, mais il n’y a qu’un bateau neuf cette année. Tous les autres ont modifié leur ancien TP52 en copiant notamment ce que nous avions fait l’année dernière donc ils ont beaucoup progressé. Mais nous aussi, nous avons un peu progressé avec de nouvelles idées et de nouvelles modifications. Je suis content que nous ayons réussi à relever encore le niveau ».