Le Lagoon 630 MY à l’épreuve de l’Atlantique

Le 23 décembre 2014, le Lagoon 630 MY numéro 1 quittait Canet-en-Roussillon dans le sud de la France pour rejoindre Miami en Floride (USA). Une grande première pour le fleuron de la gamme Motor Yacht, et un test grandeur nature magnifiquement réalisé. 

La distance totale entre Canet-en-Roussillon et Miami est de 5 000 milles, avec 2 700 milles de traversée non-stop entre les Canaries et l’île de Saint-Martin, choisie pour l’escale aux Antilles. Les réservoirs sont chargés de 4 900 litres de carburant, le frais est embarqué, le chef de projet du 630 MY du chantier CNB-Lagoon donne son feu vert après une dernière inspection. Une bonne couverture météo pour les cinq jours à venir garantit une navigation sereine jusqu’à Gibraltar puis vers les Canaries, la seule escale sur la route des Antilles. La vie en mer se met en place, alors que le jour décline. C’est un noël atypique que l’équipage s‘apprête à célébrer : pas de cadeaux sous le sapin, mais le spectacle magnifique des dauphins jouant devant les étraves et puis un somptueux réveillon, alors que le Lagoon 630 MY glisse sur une mer calme le long des côtes espagnoles.

Lagoon 630 MY skippers.ch

Le 26 décembre, Gibraltar et l’Atlantique 

Déjà trois jours que le grand catamaran a quitté Canet-en-Roussillon. Au petit matin du 26 décembre, Gibraltar est en vue. Le trafic est dense, cargos, pétroliers, remorqueurs et bateaux de pêche offrent un spectacle superbe dans la lumière naissante, mais obligent à une veille précise. Le bateau est équipé d’écrans Simrad de dernière génération et le skipper peut s‘appuyer sur l’AIS, le radar et le traceur installés sur les deux postes de barre du fly et dans le carré pour contrôler sa route en permanence. En milieu de matinée, l’Atlantique s’ouvre devant les étraves, le trafic diminue et l’équipage peut souffler en mettant le cap sur les Canaries, 670 milles plus bas dans le sud-ouest. A bord, l’atmosphère change au fur et à mesure que la chaleur augmente, les coussins apparaissent sur le pont, et les siestes se prolongent sur le fly. Le 30 décembre, après 5 jours et 16 heures de navigation, le Lagoon 630 MY s’amarre dans le port de Las Palmas, sur l’île de Grande Canarie, après avoir parcouru 1 351 milles à la moyenne de 9,9 noeuds, pour une consommation 24,8 l/h, soit un total de 2 505 litres.

Lagoon 630 MY skippers.ch

31 décembre, le grand saut et une petite frayeur 

Le 31 décembre, le Lagoon 630 MY s‘apprête à s‘élancer pour la grande traversée de l‘Atlantique, 2 700 milles sans escale en totale autonomie. Le parcours Canaries/Antilles s’effectue sous le régime des alizés, vent portant et mer d’arrière. Contrairement à la première partie du parcours, la distance et l’autonomie du bateau impliquent un régime précis de 1600 tr/mn pour une vitesse de huit noeuds et une consommation estimée de 13 l/h. C‘est la nuit de la Saint-Sylvestre, il fait tiède, le Lagoon trace un sillage serein cap à l’ouest.

L’année 2015 débute sous les meilleurs auspices. L’alizé puissant souffle à 23 noeuds en moyenne sur l’arrière, parfois à 35 noeuds. La mer, bien organisée, respire au rythme du vent et cette formidable machinerie naturelle pousse le bateau vers son but, soulageant les moteurs, économisant quelques litres. Durant 14 jours, le Lagoon 630 MY trace un sillage rectiligne sur l’Atlantique, l’équipage vit au rythme des quarts, veillant les moteurs avec une attention rigoureuse et tendre à la fois, conscient de sa responsabilité pour ce baptême du feu ! La vie au large se raconte au gré des éléments, de toutes les nuances de bleu de la mer, des petits nuages floconneux de l’alizé, de l’immense troupeau de moutons qui cavale sur le haut des vagues, et de la vie qui apparaît parfois, comme cette baleine qui suit le bateau pendant 5 jours espérant une idylle impossible. La pêche est fructueuse, un marlin et des coryphènes viennent améliorer un ordinaire pourtant copieux.

14 Janvier, Saint-Martin, le Lagoon 630 MY a traversé 

Le bateau vient de s’amarrer à Saint-Martin, mais l’aventure du Lagoon 630 MY est loin d’être terminée, il lui faut encore remonter jusqu’à Miami, via les Iles Vierges Britanniques, puis traverser l’immense archipel des Bahamas et le Gulf Stream avant d’être exposé au Boat Show de Miami. Le catamaran a traversé sans dommage l’Atlantique, et a fait la preuve de façon magistrale de ses capacités hauturières. Dès lors, c’est en toute confiance que l’équipage l’a ensuite conduit au Singapore Yacht Show…

Lagoon 630 MY skippers.ch

Les commentaires de l’équipage 

Lucas, skipper 

« Nous avons toujours été dans des conditions confortables à bord : que ce soit avec le froid de l’hiver français, la houle d’est et son alizé pendant la traversée ou le trafic intense de Saint-Martin. Les deux coques et le salon sont très bien ventilés. Le mécanisme de la plateforme arrière Tenderlift est facile et rapide à utiliser. Le fly a un toit rétractable, ce qui en fait un endroit idéal pour se détendre au soleil ou savourer un repas à l’ombre. Ayant l’habitude de naviguer sur des voiliers, j’apprécie tout particulièrement la possibilité de lever l’ancre rapidement, de naviguer vite et bien vers le prochain mouillage, sans inquiétude sur la vitesse ou la direction du vent. »

Victor, mécanicien 

« Mon rôle est de m’assurer que les deux moteurs fonctionnent parfaitement. J’ai dû me familiariser avec les deux salles des machines et les différents dispositifs de sécurité (pompes de cale, extincteurs). Après 25 jours de mer et plus de 3 500 milles, je peux dire que l’entretien et les vérifications peuvent être faits facilement. Le contrôle des circuits est intuitif, tous les systèmes sont clairement étiquetés. La plupart des vérifications se font à partir des écrans Volvo situés à chaque poste de barre, sur le fly et dans le salon. Ils affichent le régime moteur, la température, la pression du turbo, la pression d’huile, les heures de moteur, la consommation de carburant et plus encore. Toute défaillance est signalée par une alarme. »

Geffroy, cuisinier 

« Que la mer soit agitée ou calme, de nuit ou pendant la journée, ce fut à chaque fois un plaisir de préparer des repas. Il y a beaucoup d’espace pour le stockage, en particulier dans le réfrigérateur et le congélateur, gigantesques ! Grâce à eux, nous nous sommes offert le luxe de manger de la viande jusqu’au dernier jour et, plus important, de stocker tout le poisson frais pêché. L’installation de deux plans de travail est également très pratique. La qualité des équipements participe au confort. J’ai apprécié l’emplacement de la cuisine. Elle est isolée de l’espace de vie principal, permettant ainsi de garder les odeurs et le bruit loin du carré. Spacieuse, avec une grande ouverture sur le cockpit arrière, elle est constamment baignée de lumière naturelle et d’air frais. C’est un véritable lieu de rassemblement. Sans une telle cuisine, ce voyage n’aurait pas eu la même saveur. »

Plus d’infos sur : www.lagoon-motoryachts.com 

Crédits photo: ©Nicolas Claris