Laurent Esquier

Pourquoi avoir choisi Nice pour démarrer ces deux années de Louis Vuitton Trophy?
L’association a été créée dans le courant de l’été et la ville de Nice s’est tout de suite portée candidate pour accueillir la première étape, le maire de Nice affichant la volonté de développer les activités nautiques dans la Baie des Anges. Il s’agit de sponsoring et cette première manifestation porte le nom de Louis Vuitton Trophy Nice Côte d’Azur.
Les huit équipes présentes peuvent-elles être rejointes par d’autres sur les étapes 2010 ?
Oui. Les équipes appartenant à l’association s’engagent à courir un certain nombre d’étapes par an, mais peuvent par ailleurs inviter d’autres équipages extérieurs à la WSTA, ce que nous formalisons au cours de meetings, comme à Nice le 19 novembre dernier*.
Quel serait le scénario idéal pour vous ?
En tant que CEO, j’aimerais que ces événements s’élargissent et puissent se dérouler sur une flotte parfaitement homogène et solide, basée sur cinq ou six bateaux issus des dernières technologies et faciles à entretenir, sur lesquels tourneraient les équipages. Nous y réfl échissons beaucoup et nous nous donnons jusqu’à la deuxième moitié de 2010 pour prendre une décision. Mais les Class America mis à disposition sont fragiles, coûteux et inégaux. Naturellement, il faut que le business plan reste viable pour tout le monde, d’autant plus quand le climat conjoncturel reste à la prudence. Grâce à Louis Vuitton et les autres partenaires, tout est mis à disposition des équipes participantes, qui n’ont à leur charge que les salaires, les frais d’hébergements, de nourriture et de transport. Aujourd’hui, chaque événement coûte entre 200 000 et 350 000 euros selon les moyens des équipes, ce qui reste très abordable par rapport aux TP52.
Consultez-vous les autres organisateurs de circuits lorsque vous fi xez le calendrier des courses ?
Dans la mesure où certaines équipes participent aux autres circuits, et que nous partageons également parfois les mêmes comités de course, nous tenons compte des autres circuits pour placer nos quatre événements de trois semaines : Auckland en mars, la Sardaigne en mai, sans doute Newport en août et le dernier, fin 2010, au Moyen-Orient ou à Hong Kong.

Etes-vous en relation avec Alinghi et Oracle ?
Avec Alinghi, de manière informelle et amicale, et avec Oracle, lorsque je participe aux réunions des actionnaires, au même titre qu’avec Artemis ou Synergy. Mais l’America’s Cup n’est pas en ligne de mire pour l’association, nous ne sommes ni une alternative ni un remplacement, nous voulons lui donner une vie propre. Il est possible que des équipes en sortent lorsque la Coupe reprendra son cours normal, d’autres rentreront et nous assisterons à un brassage.

Vous étiez en charge des opérations d’Oracle en 2007, êtes-vous surpris par la radicalisation de leurs relations avec Alinghi ?
Cette dernière année, effectivement, j’aurais pensé qu’ils parviendraient à un plus petit dénominateur commun, je suis désolé que ce ne soit pas le cas.

Verriez-vous le Louis Vuitton Trophy se courir sur des multicoques ?
A priori non, je pense que le match-race évolutif à basse vitesse apporte quelque chose et qu’il faut pour cela un monocoque, dont la taille reste à défi nir.

L’association aspire-t-elle à d’autres types d’événements ?
L’association est conçue pour être une succession d’événements indépendants les uns des autres, pour l’instant sous forme de Louis Vuitton Trophy. L’association réfl échit aussi aux moyens de combler le fossé entre le matchrace de haut niveau et les écoles de voile, que nous convions sur place et qui font partie intégrante du programme offi ciel. Aux Etats-Unis par exemple il y a des Grade 3 partout et tout le temps, ce qui permet d’alimenter le réseau de navigateurs. Pour l’instant, il s’avère très diffi cile de faire le saut entre les Grades 2-3 et le niveau de nos événements. N’oublions pas non plus que les prochains JO accueilleront aussi les femmes en match-racing, ce qui devrait faciliter ce développement.

*calendrier précis et participants des 4 étapes
2010 sur www.louisvuittontrophy.com