Le calme avant la tempête

Après une nuit où les équipages ont certainement eu du mal à trouver le sommeil, ce sont 87 monocoques qui ont pris le départ, à 13h ce dimanche, de l’édition 2010 de la Rolex Sydney Hobart. Après une matinée pluvieuse, c’est finalement sous un ciel dégagé que les Maxis ont ouvert le bal, suivis de près par le reste de la flotte. Très rapidement, Wild Oats XI, grand favori de la course, a pris le commandement et fait route au sud en direction du détroit de Bass et de Hobart (TAS). Au pointage de 21h (heure de Sydney), Investec LOYAL et Wild Oats XI naviguent au coude à coude dans des conditions légères avec un vent de nord-ouest de 10 nœuds. L’arrivée de la nuit va redistribuer les cartes, d’autant plus que la météo devrait évoluer rapidement vers des conditions musclées.

Les pontons étaient humides en ce jour de Boxing day à Sydney et c’est en ciré que le millier de marins engagés dans la Rolex Sydney Hobart a vaqué aux derniers préparatifs. À 13h, heure locale, la Baie de Sydney s’est parée de ses plus beaux atouts pour offrir aux milliers de spectateurs massés le long des berges et présents sur les bateaux spectateurs, un magnifique départ. Passée l’euphorie du départ, la compétition a rapidement pris le dessus et les concurrents ont enroulé la dernière marque de parcours à la sortie de la baie de Sydney avant de faire cap au sud le long de la côte est australienne. Toujours sous spi, les 87 engagés, deux ayant déclaré forfait avant le départ, peuvent espérer naviguer dans ces conditions encore quelques heures avant l’arrivée d’une bascule qui devrait malmener les équipages et les montures pendant deux jours.

En tête de la flotte, les deux favoris, Wild Oats XI et Investec LOYAL se livrent un magnifique duel, occupant tour à tour la place de leader. Au classement très provisoire en temps compensé, Two True, vainqueur en 2009, occupe la première place.

L’Ange de Milon dans la course

Il est un équipage pour qui cette présence à Sydney relève presque du miracle. En effet, Jacques Pelletier, propriétaire et skipper de Qualiconsult L’Ange de Milon, a bien failli rentrer en France sans avoir pu courir cette grande classique. Ce n’est qu’à 3 jours du départ que les français ont pu récupérer le X43 en provenance de Palm Beach. Le monocoque était resté stocké sur un quai durant un mois avant de prendre le chemin de l’Australie par le canal de Panama, une traversée du Pacifique et une escale en Nouvelle-Zélande. Il a ensuite fallu répondre à tous les contrôles de sécurité, de radio, de poids, de jauge, … C’est un équipage heureux qui a donc pris le départ ce dimanche pour l’une des plus belles expériences de leur vie de marin.