Le malheur des uns… et le bonheur des autres

 

Des avaries ralentissent Hatfield et CSM, tandis que le premier creuse l’écart.

 

La flotte de la VELUX 5 OCEANS, qui était restée groupée depuis le départ de Wellington le 6 février dernier, commence à s’étaler dans cette deuxième moitié du Pacifique. Le leader, Brad Van Liew compte désormais plus de 200 milles d’avance sur ses poursuivants, alors que le dernier, Chris Stanmore-Major, victime d’une grand-voile déchirée, voit la flotte s’échapper.

« Je m’apprêtais à prendre un troisième ris ce matin au lever du soleil et j’ai vu qu’un chariot était coincé sur une des vis qui tient le rail de grand-voile sur le mât », expliquait le skipper britannique ce matin à la vacation radio. « Il m’a fallu au moins une heure pour débloquer tout ça et c’est seulement après que je me suis rendu compte que la voile était déchirée sur environ 2,5m le long de la chute. Je suis très déçu car je vais devoir ralentir pour réparer et je vais perdre du terrain. Et ironie du sort, le vent va faiblir dans 12 ou 18 heures et il faut absolument que le problème soit résolu avant pour renvoyer plus de toile et garder de la vitesse, donc je dois réparer maintenant alors que le vent souffle à plus de 35 nœuds ! » Au classement de la mi-journée, Chris Stanmore Major comptait déjà 459 milles de retard sur le leader et plus de 200 milles sur le troisième Derek Hatfield.

Le skipper canadien souffre lui aussi d’une avarie sur son Eco60 Active House. « J’ai découvert une voie d’eau dans le compartiment du milieu. Il y en a jusqu’aux genoux et je n’en ai pas encore trouvé l’origine. Je pense que cela vient soit du puit de dérive, soit des fixations de quille et évidemment je ne vais pas pouvoir réparer tant que je suis en mer. Cela ne m’inquiète pas. Je peux pomper assez facilement, mais j’espère que cela ne va pas s’aggraver ». Pour l’heure, Derek Hatfield n’a pas ralenti sa course et parvient à tenir le rythme, mais la route est encore longue jusqu’à Punta del Este. « Ce n’est pas un problème majeur mais ça joue sur le moral et la confiance. Je fais de mon mieux pour suivre Brad et Gutek ».

Les deux premiers de la flotte semblent plus chanceux. Zbigniew Gutkowski plaisantait même de cette situation ce matin. « Pour une fois, je n’ai pas de problème particulier à bord et cela me fait tout drôle. Mais je ne vais pas m’en plaindre. Si seulement cela pouvait être tout le temps comme ça ! » Gutek et Brad Van Liew sont concentrés sur leur course et sur les conditions météo à venir, avec un oeil rivé sur le Cap Horn, car rien n’est encore joué dans cette troisième étape entre la Nouvelle-Zélande et l’Uruguay. « Nous n’avons pas beaucoup de houle car nous sommes en bordure d’une dépression, mais dans deux jours, un nouveau système va nous rattraper, plus creux et plus puissant donc il va falloir se préparer. On peut s’attendre à plus de 50 nœuds dans les jours à venir ». Le Polonais et l’Américain sont à un peu plus de 1000 milles du Cap Horn et s’apprêtent à franchir la seconde porte de sécurité qui leur permettra ensuite de plonger vers les latitudes extrêmes et de mettre le cap sur la pointe sud du continent américain.

La VELUX 5 OCEANS est une course autour du monde à la voile en solitaire avec escales, organisée par Clipper Ventures PLC. La flotte est partie de La Rochelle en octobre 2010 et a déjà fait escale à Cape Town en Afrique du Sud et à Wellington en Nouvelle-Zélande. Elle est actuellement en mer dans la troisième étape vers Punta del Este en Uruguay, puis elle rejoindra Charleston aux Etats-Unis avant le dernier sprint qui les ramènera en France à La Rochelle. La VELUX 5 OCEANS 2010/2011 est la huitième édition de ce tour du monde qui se court tous les quatre ans depuis 28 ans.

Positions à 12h00 UTC ce jeudi :

 

Skipper – Bateau : distance de l’arrivée (milles nautiques) / distance du leader / distance parcourue en 24h / Vitesse moyenne en 24h (noeuds)

1. Brad Van Liew – Le Pingouin : 2741,7 milles / 0 / 279,6 milles / 11,7 noeuds

2. Zbigniew Gutkowski – Operon Racing : 2942,2 milles / 200,5 milles / 251 milles / 10,5 noeuds

3. Derek Hatfield – Active House : 2974 milles / 232,4 milles / 243 milles / 10,1 noeuds

4. Chris Stanmore-Major – Spartan : 3201,5 milles / 459,8 milles / 149,8 milles / 6,2 nœuds