Le podium des bizuths pour Cheminées Poujoulat

 22.08.10

  La dernière séance de Jury de La Solitaire avait lieu ce matin à Cherbourg et cela à quelque peu bouleversé le classement. Bonne nouvelle pour Bernard, qui se voit monté sur la troisième marche du podium des bizuths.

 Le skipper du Figaro Cheminées Poujoulat avait demandé réparation suite à sa collision avec le bateau de Matthieu Girolet (alors que Bernard était tribord, prioritaire) pendant la procédure de départ à Kinsale et qui l’avait contraint à l’abandon.
Pour rendre son verdict, le Jury a pris en compte la moyenne des places occupées par Bernard lors des trois étapes précédentes, au classement général et au classement bizuth. Il est apparu que cette moyenne le plaçait en 4e position. Le Jury lui a donc accordé la place du 4e bizuth dans l’étape 4, minorée d’un temps de 30 secondes. Résultat des comptes : le skipper de Cheminées Poujoulat est réintégré au classement (24e) et se place finalement sur la dernière marche du podium bizuth de cette 41e Solitaire.

« L’incident n’était pas de ma faute. Je suis assez content qu’ils me réintègrent là où j’étais. Parce qu’il y a un petit goût d’inachevé. La quatrième étape, je ne l’ai pas faite. Et c’est très dommage, c’est assez frustrant.

Sur La Solitaire, j’ai découvert plein de choses. Le sommeil : on dort moins sur cette course-là que sur d’autres. Je me suis mis dans le rouge, notamment sur la première étape … Je n’étais peut-être pas complètement dans le rouge, mais c’était au moins orange sanguine, mais je me suis rendu compte que j’étais capable de le faire. J’étais content de régater avec les autres et de tenir la distance. Il y avait quand même une grosse inconnue au départ : savoir si je n’allais pas être complètement largué. C’est rassurant, ça donne envie de continuer.

En tout cas, c’est une super école. Pour refaire la course, l’envie est là. Mais c’est aussi une question de choix et de programme… c’est difficile de mettre en place ce type de programme alors qu’on construit un 60 pieds. Mais c’est sûr qu’on m’y reverra un jour… »

Bernard, présent à Cherbourg grâce à la solidarité des préparateurs, avait tenu à rallier le port d’arrivée pour féliciter les copains avec qui il a vécu cette belle aventure estivale. Il a fait la traversée en route directe et en duo, avec Martin son préparateur. Débarqué à Cherbourg jeudi après-midi, il a vécu les arrivées du soir côté ponton.

Aujourd’hui, il a participé à la parade de clôture. Clap de fin sur la Solitaire du Figaro, un autre challenge attend Bernard : La route du Rhum en 40 pieds.