LE PROJET PLANETSOLAR A FRANCHI UNE ÉTAPE DE PLUS VERS LE

LE PROJET PLANETSOLAR A FRANCHI UNE ÉTAPE DE PLUS VERS LE

PREMIER TOUR DU MONDE À L’ENERGIE SOLAIRE

Kiel, 31 mars 2010

C’est un nouveau chapitre qui a débuté aujourd’hui pour le projet PlanetSolar. Après la mise à l’eau et le baptême du plus grand bateau solaire au monde, toute l’équipe va maintenant se concentrer sur la préparation du catamaran et la planification du tour du monde.

Avec la mise à l’eau du plus grand bateau solaire au monde, le projet PlanetSolar a franchi aujourd’hui une étape de plus vers l’accomplissement du premier tour du monde à l’énergie solaire.

Cette manoeuvre spectaculaire a été orchestrée par le chantier naval Knierim Yachtbau, constructeur du catamaran solaire. Une imposante grue de 110 mètres de haut a été nécessaire pour soulever les 85 tonnes du bateau hors du vaste hangar où il a été construit et le déposer ensuite délicatement dans les eaux de la Mer Baltique.

Dès à présent, l’équipe de PlanetSolar pourra se concentrer sur la préparation du bateau en phase de navigation et sur l’itinéraire de son prochain tour du monde. Un défi de taille, puisqu’il s’agira de mener le bateau sur 50’000 kilomètres tout en suivant une route équatoriale d’est en ouest afin de bénéficier d’un maximum d’ensoleillement. Le départ sera donné en 2011 en mer Méditerranée.

Ensuite, le catamaran solaire poursuivra sa route en direction de l’océan Atlantique, du canal de Panama, de l’océan Pacifique, de l’océan Indien et du canal de Suez. Tout au long de ce parcours qui devrait durer 160 jours, le bateau et le village PlanetSolar effectueront plusieurs escales, une occasion pour le public de découvrir la genèse du projet et ses objectifs ainsi que des expositions sur le thème des énergies renouvelables.

Le principal challenge lors de ce tour du monde sera, sans nul doute, la gestion énergétique du bateau. L’équipage à bord du catamaran solaire devra suivre l’itinéraire le plus exposé au soleil tout en prenant en compte des paramètres tel que le vent, les courants et les vagues. Pour parvenir à relever ce défi complexe et passionnant, un simulateur de route solaire a été développé par les ingénieurs du projet PlanetSolar. Avec une vitesse moyenne d’environ 7.5 noeuds, l’équipage pourra s’appuyer sur une autonomie estimée à trois jours. Mais celle-ci devient infinie si le bateau bénéficie d’un rayonnement solaire suffisant. La clé de la réussite de ce premier tour du monde à  ‘énergie solaire résidera donc dans un subtil équilibre entre réglage de la vitesse du bateau et recherche de l’ensoleillement maximal.

Pour relever ce défi, on retrouvera à la barre du catamaran solaire Raphaël Domjan, initiateur du projet et Gérard d’Aboville, premier homme à avoir traversé l’Atlantique et le Pacifique à la rame. Pour Raphaël Domjan, il est important de voir au-delà du rêve et de l’émotion: «Le projet PlanetSolar représente avant tout une formidable occasion de faire avancer la recherche scientifique et de démontrer qu’aujourd’hui la technologie est déjà disponible pour concevoir des moyens de transport plus soucieux de notre environnement.»

C’est d’ailleurs cet objectif commun qui réunit le projet PlanetSolar et le propriétaire du bateau Immo Ströher. Ils sont tout deux animés par cette volonté de démontrer qu’aujourd’hui il existe déjà des solutions nous permettant d’envisager une forme de mobilité différente et par cette conviction que notre avenir passe par le soutien à la recherche scientifique dans le domaine des énergies renouvelables. C’est ce type de collaboration, entre un projet ambitieux et un homme visionnaire et de conviction, qui donne à la science les moyens de progresser et d’innover !

Tout au long de son parcours autour du monde, l’équipe de PlanetSolar pourra compter sur le soutien de ses deux partenaires principaux Candino Swiss Watch et Immosolar Energy Management.