La League a fait son trou

Texte :

Photos : ©Walter Rudin, ©DR, ©Francesco Nonnoi, ©Claudia Somm, ©Felix Aeberli

Une quarantaine de clubs nautiques suisses ont participé à la Swiss Sailing League 2016. Avec le nombre croissant d’étapes, le niveau des équipages n’a cessé d’augmenter. Au final, le titre de champion revient au Regattaclub Bodensee. Pour clore la saison en beauté, plusieurs équipages suisses terminent dans le haut du tableau de la Sailing Champions League.

Les acteurs de tous bords ne tarissent pas d’éloges, la Swiss Sailing League (SSL) est un vrai succès. Son format est très bien accueilli, les courses sont passionnantes et les grands noms de la voile suisse se bousculent pour être de la partie. Nicolas Anklin, membre du comité directeur de la SSL et chef d’équipe de la SNG, confirme : « À présent, la Suisse a rejoint la Bundesliga en terme de densité et de qualité des clubs participants. » Petit bémol, la saison s’est terminée sur une collision de dates, et pas des moindres. La finale de la Champions League a en effet été déplacée sur le même week-end que la finale de la Swiss Sailing League organisée à Zurich. Ce problème de calendrier a contraint les trois meilleurs clubs, à savoir le Regattaclub Bodensee (RCB), le Regattaclub Oberhofen (RCO) et la Société Nautique de     Genève (SNG), à participer à deux événements en même temps. Conséquence : le duel tant attendu des deux formations dominantes de la saison est tombé à l’eau, au grand dam des organisateurs zurichois et des spectateurs. En l’absence de Julian Flessati représentant le lac de Constance et de Nicolas Anklin pour le Léman, la grande question était de savoir quel club aura les ressources pour constituer un deuxième équipage de choc. Sur le papier, le RCB avait les meilleures cartes. Questionné sur la stratégie, Flessati explique : « On s’est entraîné durant toute la saison avec différents équipages. L’objectif était d’avoir continuellement une dizaine de personnes capables de faire d’excellents résultats. Avant la finale, on a constitué deux équipages concurrentiels pour chacune des deux régates décisives et le week-end avant les finales, nous avons organisé un entraînement à deux bateaux pour nous amener à nous surpasser mutuellement ». La stratégie s’est avérée payante. Si à Zurich, le RCB n’a pas survolé la concurrence comme il l’avait fait lors des premières étapes laissant d’autres équipages comme celui de Rolle ou de Thoune mener les débats, une 4e place a suffi à Massimo Soriano, Lea Rüegg, Stephan Zurfluh et Jonathan Rutishauser pour s’adjuger le titre. Quant aux jeunes de la SNG, ils ont rencontré quelques difficultés à gérer les vents légers et tournants au près ce qui leur a valu une 6e place. À la surprise générale, c’est l’équipage junior du YC Thun, renforcé par Patrick Zaugg à la barre, qui a remporté la victoire.

Parmi les meilleurs au monde

À Porto Cervo, en Sardaigne, où se déroulait la finale de la Champions League, les Genevois n’ont pas connu plus de réussite. Avec un Nicolas Anklin souffrant et donc pas au meilleur de sa forme, l’équipage de la SNG n’a jamais vraiment trouvé la recette. Les deux autres représentants suisses ont mieux tiré leur épingle du jeu, à l’image du RCB de Julian Flessati. « Nous avions dès le début un super esprit d‘équipe et nous étions motivés à bloc », raconte-t-il. Le vent était relativement faible, mais avec des molles et des bascules et une houle assez conséquente. Il était d’autant plus important que toute l’équipe se donne à fond pour maintenir la vitesse du bateau. Je pense que la clé du succès était là. » Un succès qui s’est concrétisé par une 2e place sur 32 équipages issus de 16 nations. Emmené par Stefan Seger et à égalité de points avec le RCB, Les Bernois du RC Oberhofen complètent le podium grâce à un exploit réalisé le dernier jour.

Ruée sur la 2e League

Les douze équipages qui évoluent dans la 2e League se sont affrontés cette saison sur trois différents plans d’eau. Grâce à leur doublé lors des deux premières étapes, la Seglervereinigung Kreuzlingen se voit promue en 1re League, avec à ses côtés Bordée de Tribord et le Zürcher Yacht Club. La League est littéralement prise d’assaut. Quinze clubs ont tenté de décrocher leur ticket pour la saison 2017 lors de l’épreuve de qualification qui s’est déroulée début octobre à Kreuzlingen. Pour ce faire, ils se sont mesurés aux trois derniers de la 2e League. Au final, le Club Nautique Morgien est le seul nouveau venu à accéder à la League, tandis que le Yacht-Club Luzern et le Club Nautique de Versoix Sieger_von_Felix_AeberliAufsteiger_von_Claudia_Sommsont parvenus à se maintenir. Felix Somm et Patrick Zaugg, les deux initiateurs, se félicitent bien sûr de l’intérêt suscité par la League et notamment de la forte demande des clubs romands. Pour aider les nouveaux venus à apprivoiser le bateau et à mieux connaître le format des régates, ils prévoient deux stages d’entraînement pour la saison prochaine. Ces dernier ont d’ailleurs plein d’idées en tête pour faire évoluer la SSL, notamment une League dédiée aux moins de 23 ans ou encore un championnat destiné spécialement aux plus de 45 ans inspiré de la Mastercup des dériveurs. Du point de vue financier, l’avenir de la League est assuré pour les deux prochaines années, grâce notamment au sponsor principal, la Mobilière. Avec l’engagement de cette entreprise de renom, les organisateurs espèrent attirer d’autres sponsors de qualité dès l’année prochaine. Des moyens supplémentaires permettraient de professionnaliser encore davantage la League et de décharger ainsi les membres du comité directeur de la SSL qui travaillent aujourd’hui à la limite de leurs capacités.