Les « ténors » restent en place

Un Championnat suisse sur les eaux du « grand lac », certains craignaient le pire ! Certes, la précocité de l’événement et les conditions quasi hivernales en ont probablement découragé quelques-uns, mais ce sont malgré tout 35 équipages qui se sont affrontés devant Pully, du 13 au 16 mai, à la grande satisfaction du comité d’organisation et de son président, Olivier Dépraz. Celui-ci constatait d’ailleurs avec plaisir que la participation se situait dans une honnête moyenne, si l’on fait exception des championnats de Genève et Morges (58 et 50 bateaux en 2006 et 2008).
La crème des « surprisistes » était donc prête à en découdre. Les uns pour défendre leur titre, d’autres pour en accrocher un supplémentaire à leur palmarès ou encore simplement monter pour la première fois sur la plus haute marche du podium. Les deux premiers jours de courses ont présagé du pire tant Dame Météo fut capricieuse ; le comité a dû user de toute son adresse pour gérer les vents faiblissants ou changeant fréquemment de direction.

Se jouer des risées…
Dès la première manche déjà, la barre est placée très haut et, à la fi n de la journée, les principaux favoris pointent dans le premier tiers du classement. Jérôme Clerc, champion en titre, Arnaud Gavairon, double champion, de Micheli, champion d’Italie, ou l’habitué des podiums, Pascal Chatagny, entre autres, se jouent habilement des risées basculantes tandis que les commentaires enthousiastes des spectateurs l’emportent sur la fraîcheur ambiante. A la fin de cette manche, Clerc prend la tête devant CER 2 barré par Bryan Mettraux.
Le deuxième jour se montre sous les mêmes auspices avec un vent de force instable et changeant à 180 degrés. Alors que la bise s’installe sur le lac de Neuchâtel pour le Grand Prix de Grandson M2, elle peine à se poser sur le Léman. Une fois encore, le comité de course « gère la crise » et lance malgré tout quatre manches dont une devra être annulée. CER 1 confirme, creuse l’écart et s’installe confortablement en tête avec deux victoires et une 3e place ; après cette deuxième journée et 5 manches courues, le classement final se dessine déjà : les leaders sont tous là, y compris Teo Jakob du triple champion suisse Michel Glaus, auteur de deux mauvaises premières manches.

… et gérer la bise
Tout change le troisième jour de courses. La bise est là et après quelques hésitations, elle s’établit telle qu’on la connaît dans la région : forte, jusqu’à 28 nœuds, et naturellement oscillante. Dans ces conditions, les « ténors » s’en sortent bien : trois manches gagnées pour Voiles Gautier d’Arnaud Gavairon et un OCS qui le privera pourtant de la deuxième marche du podium fi nal ; Teo Jakob revient  en force mais s’égare dans un trou de vent à la quatrième manche du troisième jour (1er, 2e, 3e…30e) !  Clerc maîtrise quant à lui sa course et profi te de son avance. Le 4e jour ne permettra pas de lancer une 10e manche et le classement restera  en l’état avec une brillante victoire de l’équipage du CER 1 emmené par Jérôme Clerc, champion suisse en titre, suivi par Teo Jakob et Voiles Gautier.