Les multis par l’autoroute du Sud, les monos par la face Nord ?

Après quatre jours de course dans des conditions pourtant complexes et favorables aux rebondissements, Franck Cammas (Groupama 3) et Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou !) déboulent comme des fusées sur l’autoroute des alizés. De leur côté, Roland Jourdain (Veolia Environnement) et Thomas Ruyant (Destination Dunkerque) tiennent toujours bon la corde de leur flotte respective sur la face Nord de l’Atlantique. Si rien n’est encore joué sur la Route du Rhum-La Banque Postale, une certitude semble l’emporter sur les grands espaces océaniques : les multicoques sont toujours plus à l’aise pour faire parler l’écume dans des conditions de vent portant, tandis que les monocoques, plus polyvalents, n’ont pas d’égal pour tracer leur route quelque soit le régime météo. De quoi encourager 215 000 solitaires virtuels à jouer avec les systèmes pour tirer leur sillage d’un jeu à haute teneur stratégique…


Ultime : Cammas à pas de géant

Franck Cammas (Groupama 3) ne cesse d’augmenter son avance jour après jour. A 1770 milles du but, avec plus de 350 milles de mieux que ses adversaires, le skipper du trimaran vert traverse l’Atlantique à plus de 20 nœuds de moyenne. Résigné, Yann Guichard (Gitana 11), 3e, n’imagine pas rattraper le leader, mais compte se battre avec Thomas Coville (Sodebo), 2e, et Francis Joyon (Idec), 4e pour le compte de la deuxième place du podium. Les trois marins se tiennent en 22 milles d’écart. A bord du vraquier Cavo Alexander, Sidney Gavignet (Oman Air Majan) fait désormais route vers Gibraltar ou Malte. Récupéré hier soir suite à la rupture d’un bras de liaison, entraînant le chavirage puis le démâtage de son trimaran, Sidney Gavignet débarquera samedi à Gibraltar ou mardi à Malte en fonction de la prochaine escale du vraquier. Son équipe technique est partie pour les Açores afin d’étudier la récupération et le remorquage du trimaran.
Plus d’informations

Francis Joyon (Idec) : « Les vents tournent, il y a des grains, mais c’est le contournement de l’anticyclone qui fait ça. Ce sont des gros amas nuageux noirs, et quand on se retrouve dessous on est arrêté à 3noeuds. Dans la nuit noire, on ne voit pas ces amas et même de jour ils sont tellement larges, qu’on ne peut pas les éviter. »

Yann Guichard (Gitana 11) : « Groupama 3 est tout le temps plus élevé en vitesse donc il faudrait vraiment un gros coup pour le passer. C’est plus avec Thomas (Coville) et Francis (Joyon) que ça va régater pour la deuxième place. Je fais ma course et on verra bien à l’arrivée. Mais on ne va pas se regrouper tout de suite avec Thomas. »

Imoca : Revoilà Bilou !

Roland Jourdain (Veolia Environnement) a repris les commandes de la flotte Imoca mercredi soir. Derrière lui, Armel Le Cléac’h (Brit Air) et Jean-Pierre Dick (Virbac-Paprec 3) sont au coude à coude. Le contournement de l’Anticyclone par le nord des Açores sera marqué la nuit prochaine par la traversée d’un front très actif, synonyme de vents forts, de bascules soudaines et de manœuvres nombreuses. Mais derrière, le vent de nord pourrait propulser les leaders à pleine vitesse vers les Antilles. Chez les deux sudistes, derniers du classement, Arnaud Boissières (Akena Vérandas) garde espoir tandis que Michel Desjoyeaux (Foncia) affirme que la course est déjà perdue…

Plus d’informations

Michel Desjoyeaux (Foncia) : « Ce n’est pas là qu’il fallait être manifestement. J’en suis maintenant convaincu. J’ai perdu pas mal de temps dans le contournement de l’anticyclone, plus que je ne pensais. Devant nous ça ne veut pas s’ouvrir, ça se complique même. C’est là-haut que ça passera, c’est maintenant une certitude. »

Roland Jourdain (Veolia Environnement) : « Je suis en tête de pas grand-chose ! Je m’en sors ! Malgré une petite erreur au lendemain du départ. J’ai réussi à faire ce que je voulais à peu près, on va dire que c’est bien ! Ca fait un petit objectif atteint ! »


Multi50 : Franck-Yves Escoffier creuse l’écart

Toujours en tête, Franck-Yves sur Crêpes Whaou ! file désormais à plus de 20 nœuds au sud des Açores et continue de creuse doucement mais sûrement l’écart avec ses poursuivants. Aujourd’hui, le tenant du titre possède près de 100 milles d’avance sur Yves Le Blévec (Actual) et plus de 230 sur Loïc Féquet (Maitre Jacques) dont il faut saluer la très belle remontée au classement après son « coup de fatigue » au large d’Ouessant. Plus au nord, Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne), qui a repris une route normale vers Pointe-à-Pitre après son expédition en tête de mât pour régler un problème de lashing, espère toujours revenir dans le match malgré les nombreux milles perdus. Par ailleurs, Hervé de Carlan (Delirium), arrivé ce matin à Lorient, espère réparer et repartir aussi vite que possible.

Yves Le Blevec (Actual) : « Je constate que Franck-Yves Escoffier (Crêpes Whaou !) n’est pas facile à suivre. Il attaque vraiment, il doit être très énervé ! Moi aussi mais peut-être pas autant que lui. Je ne veux pas faire de bêtises. Il y a des moments où j’ai tendance à calmer le jeu car je n’ai pas envie de tout péter. En tout cas il va vite, c’est sûr. »

Lionel Lemonchois (Prince de Bretagne)
: « Je me remets de mes petits bobos… Mes bras et mes jambes sont plein de bleus qui font mal. Ils vont s’atténuer dans les prochains jours. Ils ne m’empêchent rien du tout. J’ai juste des courbatures et l’impression d’avoir pris 10 ans ! Là, j’avance bien mais j’ai pris du retard sur l’histoire. Reste que si je peux me refaire par rapport à mes camarades, ce n’est pas mal. Le vent est établi et à présent je fais une route directe vers le soleil. Côté classement, Crêpes Whaou ! et Actual semblent un peu inatteignables sauf miracle. Mais je ne désespère pas de faire une troisième place. »

Class 40 : Piolet, crampons…. tout schuss ?

Cul sec ou dilué ? A chacun son Rhum sur la grande traversée océanique. Dans le camp des Class 40, deux groupes bien engagés dans un beau bras de fer météorologique progressent désormais vaille que vaille vers la Guadeloupe. A 2800 milles de l’arrivée, le suspense reste entier face aux incertitudes des évolutions et dans l’attente du verdict de l’anticyclone des Açores. Dans le camp des leaders des quartiers Nord-Ouest, emmenés par l’imperturbable Thomas Ruyant (Destination Dunkerque), la bataille fait toujours rage au près avant les grandes cavalcades au portant. Aux avant-postes, Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat), victime d’une avarie de barre, fait route vers l’archipel des Açores. De son côté Nicolas Troussel (CMB) progresse désormais sous spi dans un flux de vent qui commence à avoir la saveur et la teneur des alizés.

Plus d’informations

Bernard Stamm (Cheminées Poujoulat) : « La seule manière d’avancer, c’est de coincer la barre et de trouver l’équilibre avec les voiles. Je n’ai pas d’autres solutions que de faire du près et de tirer des bords, en bordure de l’anticyclone, c’est ce qui explique ma trajectoire. J’ai commencé ma réparation de fortune, mais elle ne me permettra pas d’aller à toutes les allures puisque je ne peux faire que du près. J’espère garder du vent jusqu’aux Açores et ne pas avoir besoin de mettre le moteur. C’est dommage, c’était vraiment bien parti et très intéressant. C’est un croche-patte idiot et qui fait mal. »

Fabrice Amedeo (Geodis)
:« Je suis là où je voulais, au Sud du paquet de tête. Je vais toucher normalement la bascule du vent au Nord-Est. C’est du bonheur pour moi depuis le début. J’avais tellement cogité avant le départ que j’ai l’impression d’être un professionnel de la voile !  Ma vie à bord est organisée par cycle. Je passe beaucoup de temps à la table à carte en essayant de comprendre la météo, je reste très concentré. ».

Nicolas Troussel (CMB) : « Le soleil n’est pas encore de la partie, c’est encore bien gris. L’ambiance est sous spi avec un peu de vent. C’est du vent de Nord-Est avec anticyclone juste au-dessus du coup ,on a réussi à faire le tour du centre de l’anticyclone, donc on est pas mal. C’est parti pour quelques jours de portant, on va avancer un maximum. Je passe pas mal de temps à la barre, la nuit sous pilote, j’écoute mes petites émissions de radio, j’ai raté le match d’hier soir mais je vais me rattraper ce soir. Je voyais de moins en moins claire la sortie du nord, donc voilà aussi pourquoi j’ai pris cette options sud. »

Catégorie Rhum : Deux échappés à l’ouest

Toujours leader de la catégorie Rhum, Andrea Mura (Vento di Sardegna) accentue son avance sur les partisans, comme lui, de l’option sud mais voit revenir au classement Charlie Capelle (Acapella) et Pierre-Yves Chatelin (Destination Calais). Ces deux là, partis contourner l’anticyclone par la face nord sont revenus à moins de trois milles du Sarde en terme de distance au but et pourraient bien prochainement prendre l’ascendant grâce à un  angle plus favorable pour descendre vers la Guadeloupe dès demain en fin de journée. A noter par ailleurs l’abandon officiel de Joris de Carlan (Generik Exp’hair en beauté). Victime d’une voie d’eau, le benjamin de la Route du Rhum – La Banque Postale 2010 (22 ans), fait actuellement route au nord afin de rejoindre Saint-Brieuc, son port d’attache.

Charlie Capelle (Acapella)
: « Depuis 48 heures, je reste à la limite de l’anticyclone et j’essaie de me rapprocher de l’orthodromie où j’espère retrouver des vents favorables. Je navigue beaucoup au près, dans de la mer mais Acapella se comporte très bien dans ce type de conditions. On est pas mal à avoir choisi de passer par là. Avec mon petit multicoque, je vais quasiment à la même vitesse que les 40 pieds. C’est sympa de les avoir autour. Rassurant aussi. »

En bref
France 3 Ouest- Audience Record pour le départ
Malgré la présence de plus de 200 000 personnes au départ, France 3 Ouest a connu une audience record pour le direct du départ avec près de 400 000 téléspectateurs, soit 24% de part d’audience. Près d’un téléspectateur sur quatre a ainsi suivi le départ de la Route du Rhum – La Banque Postale dimanche dernier.

273 000 visiteurs sur le site Internet officiel
Depuis le lancement de l’événement, 273 000 visiteurs uniques se sont rendu sur le site Internet officiel de la 9e édition de la Route du Rhum – La Banque Postale. Au total, près de deux millions de pages ont été vues. Par ailleurs, 50 000 téléchargements de l’application officielle I Phone sont recensés. Des chiffres à l’échelle de ce début de course : énormes !

La régate virtuelle fait le plein

Près de 200 000 joueurs se sont inscrits dans les trois premiers jours de course pour participer à la régate virtuelle. Un record pour le jeu. « Déjà plus de 215 000 inscrits à la Route du Rhum-La Banque Postale virtuelle. Cela démontre que la communauté Virtual Regatta est toujours plus active, toujours plus grande, toujours plus passionnée », détaille Philippe Guigné, directeur de Many Players.