Les vents contraires bloquent la flotte

Après plusieurs jours de conditions idéales, les concurrents de la VELUX 5 OCEANS buttent dans une zone de vents faibles et contraires au large de Rio de Janeiro.

 Finies les belles moyennes quotidiennes. La flotte poursuit sa remontée vers le Nord, mais au près et au ralenti. Et cela risque de durer. Le vent devrait continuer de souffler au nord-est pendant plusieurs jours.

Au classement, pas de changement pour l’instant. Brad Van Liew est toujours en tête avec 50 milles d’avance sur Derek Hatfield. Joint par téléphone, ce dernier se disait plutôt satisfait de cette position. « Je fais tout pour rester au contact avec Brad car j’ai vraiment été déçu de ma quatrième place dans la dernière étape. Je vais pousser au maximum jusqu’à Charleston et j’espère que le résultat suivra. Pour l’instant tout va bien. Le bateau marche parfaitement et je me sens bien à bord. La route est encore longue, mais c’est déjà un bon début ».

A la vacation radio, Derek décrivait également une remontée importante des températures. « Le ciel est couvert mais il fait très chaud par ici. L’eau est à 30 degrés et il fait très humide à bord, donc je garde mon ciré sur le pont. Par contre à l’intérieur, c’est intenable ».

La surprise de ce début de quatrième étape entre Punta del Este (Uruguay) et Charleston (Etats-Unis), c’est sans doute la quatrième place de Gutek. Le skipper Polonais, qu’on avait l’habitude de voir à la lutte avec Brad Van Liew depuis le départ de ce tour du monde, est toujours pénalisé par des soucis de quille, qu’il avait déjà rencontrés lors de la précédente étape et n’avait pas pu réparer à Punta. Son Eco 60 Operon Racing est déjà à plus de 100 milles derrière le leader.

« Pour être honnête », explique t’il dans son carnet de bord, « je pensais que je serais encore plus loin derrière parce que les vents de travers rencontrés ces derniers jours ne sont pas très favorables à mon bateau, qui ne peut pas rivaliser avec les Eco 60 plus récents. Dans cette étape, il va y avoir plusieurs occasions de jouer des coups tactiques donc rien n’est perdu. Bien sûr, il faudra aussi avoir la chance de mon côté ».