Les Xtreme 40 en vitesse de croisière

Après une 3e manche de l’iShares Cup nettement dominée à Cowes par le « local de l’étape », Pete Cumming sur Masirah, trois groupes se distinguent dans le classement du circuit à mi-parcours. Tout en haut du tableau, les deux équipages d’Oman Sail – Masirah et Renaissance
– encadrent Gitana Extreme Group LCF skippé par Yann Guichard avec respectivement 27, 24 et 26 points. Vient ensuite un autre trio à 17-18 points composé de BMW Oracle Racing, BT et Groupama 40, puis le peloton de queue (9-12 points) avec iShares, Luna et Holmatro, Ecover faisant office de voiture balai avec seulement 4 points. Précisons que James Spithill et son équipage d’Oracle étaient à San Diego le weekend du 1er août* et n’ont donc pas pris le départ des régates de Cowes, ce qui fausse leurs performances globales. Ils devraient s’aligner au départ des suivantes. De même, Franck Cammas traversait l’Atlantique en trois jours** à cette même période. Patron de l’organisation, Mark Turner affichait une grande satisfaction à l’issue de Cowes, « le plus bel événement jusqu’à présent, et sans chavirage ! » Il observe une amélioration de tous les indices événementiels d’étape en étape : le niveau sportif de la compétition, le retour des VIPs, la couverture média et l’animation du public. En ce qui concerne l’aspect purement sportif du circuit, tout semble se jouer à quelques détails près entre les concurrents, l’entraînement faisant la différence. Tous les bateaux ont ainsi gagné au moins une manche du circuit. Mark Turner et Loïck Peyron partagent la même analyse : à bateaux équivalents, la cohésion de l’équipage et les journées sur l’eau s’avèrent primordiales. L’archétype de ce mix réussi se drape de rouge et se nomme Masirah : c’est le seul équipage 100% identique à celui de la saison précédente ; ils se sont entraînés longtemps l’hiver passé à Oman… « et ils parlent tous la même langue », souligne Loïck Peyron. Et d’ajouter : « Non seulement le barreur de Masirah est très bon, mais son équipage affiche également un gabarit idéal lorsqu’il y a du vent, comme à Hyères ou à Cowes. » Le verra-t-on un jour en Décision 35 ? Fin connaisseur de la série hightech lémanique, Loïck Peyron parle de deux bateaux complètement différents, répondant chacun parfaitement à leurs cahiers des charges respectifs. Si l’Xtreme 40 induit un potentiel de vitesse plus élevé par temps soutenu, le D35 se révèle plus évolutif et plus technique. Après une étape à Kiel fin août, les containers des dix catamarans continuent leur tour d’Europe à Amsterdam (25-27 septembre) et Almeria (10-12 octobre – à suivre sur www.skippers.tv). Mark Turner a déjà mis le cap sur 2010 et tient à renforcer davantage la plate-forme événementielle avec certainement des villes hôtes encore plus attractives pour le public et les sponsors. La saison prochaine promet son lot d’innovations…

A bord avec Loïck Peyron
Vendredi 3 juillet 2009, nous laissons la voiture au très branché Bor hôtel près du port de Hyères et rejoignons à pied le village de l’iShares Cup pour les premières régates de l’étape française du circuit des Xtreme 40. Le village sponsor s’étend tout en longueur sur les quais du port, jusqu’à la digue que se partagent avec courtoisie les spectateurs lambda, la tribune VIP et la zone réservée aux photographes. La première bouée marquant la ligne d’arrivée est mouillée à moins de 25m. Première impression sur la zone de navigation : minuscule ! A quoi joue donc ce parterre de stars océaniques ? A l’évidence, l’accent est mis sur le spectacle; depuis les quais on ne perd pas une miette de cette course-poursuite entre les dix équipages. Renaissance doit m’accueillir pour la 7e et avant-dernière manche. Les manches sont minutées et leur tender me jette sur un fl otteur entre deux vagues. Gentleman zenissime devant l’Eternel, Loïck Peyron se fend d’un sourire en réceptionnant son nouveau lest et effectue les présentations. Il y a vraiment du lourd à bord. Commençons par les têtes connues sur le Léman : le Français Julien Cressant (gennaker) navigue en D35, mais à bord de Smart Home. Habitué des tours du monde avec Loïck, il a par ailleurs trois campagnes d’America’s Cup à son actif et un record de la traversée de l’Atlantique sur Maricha III. Ses muscles paraissent aussi durs que le carbone du bateau. Détenteur de trois records du monde de vitesse, endurci par deux Volvo Ocean Race et vainqueur de la Sydney Hobart, l’Australien Greg Homann s’avère au bar le plus sympa et à bord le plus sonore dans les efforts. Quatrième larron de l’équipe, l’Anglais Peter Greenhalg (grand voile) n’est autre que le vainqueur de l’iShares Cup 2007 sur Basilica et second en 2008 sur Team Origin. Deux-trois bords de réglage et la procédure de départ suivante (5mn) est déjà enclenchée. Les 40 pieds se ruent vers la ligne de départ; tout ne se joue pas là mais l’avantage peut se révéler déterminant. Le quadruple vainqueur de la Genève-Rolle ne vise pas d’emblée les avant-postes. Plus tard, il m’expliquera que l’habitude des D35, plus légers et nerveux, le conduit régulièrement à surestimer la réactivité des Xtreme 40. Qu’à cela ne tienne, la première bouée du triangle se profile déjà et la dizaine de concentrés de carbone s’est scindée en deux groupes suivant chacun son option. Le parcours est si ramassé que les deux options se rejoignent à chaque virement de bord en remontant au vent. Les croisements qui s’ensuivent s’opèrent parfois au décimètre. Notre étrave sabre le sillage bouillonnant de BT qui a lui-même rasé le safran tenu par James Spithill. Loïck a bien calculé son coup, nous passons la bouée en 2e position. Branle-bas de combat sur Renaissance, tout le monde se propulse à l’autre bout du filet et peaufine ses réglages en scrutant l’adversaire. Evitant la bôme et les cordages, je me replace à l’avant de l’autre coque. Même en vent arrière, l’enchaînement intense des manœuvres met les équipiers en sueur et leur extirpe des râles toujours plus longs. L’iShares Cup n’est donc pas seulement spectaculaire et tactique, elle est aussi musclée. Quelques bords plus tard, Renaissance passe la ligne d’arrivée juste derrière BT, pour la première fois de la journée en 2e position. Toujours le mot pour rire, Loïck me remercie de leur avoir porté chance.
Voir toutes les vidéos de l’iShares Cup sur la rubrique Régate de www.skippers.tv. Tous les résultats sur www.isharescup.com

*voir l’article sur Alinghi en page 78
** voir l’article sur les records océaniques en page 74
*** voir l’article sur Hyères dans le Skippers n°32 ou sur la section Croisière de www.skippers.tv